Aller au contenu principal

[Coronavirus] Dois-je fermer mon caveau de dégustation ?

(Mis à jour le 17 mars) La posture a adopter sur le caveau de vente est floue. L'administration estime qu'il peut être ouvert, mais les dégustations sont à proscrire.

© C.Gerbod

Le Premier ministre a annoncé samedi soir le passage au stade 3 de l'épidémie de coronavirus. Il a ainsi demandé aux restaurants, bars, discothèques et cinéma de rester fermés jusqu'à nouvel ordre, comme tous les lieux recevant du public "indispensables à la vie du pays". Les magasins alimentaires, pharmacies, banques, bureaux de tabac et stations services ne sont quant à eux pas concernés. Dès lors, que faire pour le caveau de dégustation d'un domaine ou d'une cave coopérative ? Le flou règne. Du côté de la Confédération nationale des AOC (Cnoac), on estime que la vente à emporter de vin n'est pas interdite, y compris pour les caveaux : " L’arrêté du 14 mars 2020 paru au JORF du 15 mars 2020 à la suite de la communication par voie de Presse du Premier Ministre doit être interprété en ce sens qu’il n’interdit pas l’activité de vente à emporter au caveau comme d’ailleurs chez les cavistes lorsqu’ils ne sont pas situés dans un centre commercial. En revanche, toute activité de restauration sur place est proscrite. L’activité de dégustation n’est pas spécifiquement traitée. Dans le silence du texte, au regard des circonstances très exceptionnelles du moment et compte tenu de l’objet du texte qui est d’éviter la propagation du virus, nous ne saurions considérer qu’elle puisse être maintenue. "

Le droit d'ouvrir confirmé par les Vignerons Indépendants

Les Vignerons Indépendants ont quant à eux fait circuler une information comme quoi, selon l'analyse de la DIRECCTE, les caveaux de vente directe peuvent être considérés comme  "Commerces de détail de boisson en magasin spécialisé" et ainsi continuer à recevoir du public au sens de l'arrêté publié au JO le 16 mars. Dans le cas où vous choisiriez de garder votre caveau de vente directe ouvert, il est demandé à ce que soient mises en place des mesures « barrières » (se laver les mains, tousser/éternuer dans son coude...) complétées de mesures supplémentaires comme l’installation d’une zone de courtoisie d’un mètre, le nettoyage des surfaces avec un produit approprié, ainsi que le lavage fréquent des mains.

Le cas des marchés alimentaires

Dans un premier temps, les marchés alimentaires ont été maintenus. Mais Édouard Philippe est revenu sur cette autorisation dans son allocution du 23 mars. La plupart des marchés alimentaires sont donc désormais fermés, à l'exception de ceux accueillant moins de 100 personnes et dont le respect des consignes sanitaires est assuré. Ces marchés peuvent ouvrir à condition de bénéficier d'une autorisation préfectorale initiée à la demande du maire ou de la mairesse de la commune sur laquelle a lieu le marché.

 

Un "drive" au domaine pour s'adapter

Au Domaine Rozel, dans la Drôme, les propriétaires proposent à leurs clients depuis ce matin un service "drive". Ces derniers peuvent acheter les vins en ligne et passer au domaine pour récupérer la commande, qui est directement déposée dans le coffre de la voiture du client. Les contacts sont ainsi minimisés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
Cédric Moussé ne manque pas d'expliquer sa démarche lorsqu'il reçoit des clients au caveau. © J.-C. Gutner
Limiter son empreinte carbone à la vigne et au chai
Vigneron à Cuisles, dans la Marne, Cédric Moussé a intégré dans sa stratégie d’entreprise la modération de l’impact de sa…
 © J.- C. Gutner
S’adapter petit à petit à soigner la vigne autrement
Les produits de protection des plantes que l’on connaît classiquement ne vont pas disparaître du jour au lendemain. Mais il faut…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole