Aller au contenu principal

Élevage des vins en barrique
Composer avec les bactéries acétiques

Contrairement aux idées reçues, la présence de bactéries acétiques est inéluctable lors de l´élevage des rouges en barrique, malgré un sulfitage correct.


« Bien loin de ce que l´on supposait, nous avons mis en évidence qu´une population importante de bactéries viables subsiste lors de l´élevage en barrique des vins rouges », a indiqué Vincent Millet lors de la matinée des oenologues bordelais en mars dernier. L´ancien thésard de la Faculté d´oenologie de Bordeaux a même observé un véritable fourmillement de différentes espèces en interaction. « La population de bactéries lactiques (en majorité des Onococcus oeni) reste étonnamment élevée dans les premiers mois d´élevage, de l´ordre de 106 à 107/ml. Mais elle régresse, surtout au moment du collage au blanc d´oeuf, pour tomber à moins d´une bactérie/ml en fin d´élevage. »
Les bactéries acétiques (en majorité des Acetobacter aceti sont, elles, plus embêtantes.

« Elles se maintiennent durant tout l´élevage en alternant des cycles de croissance et de régression », en fonction surtout de la concentration en oxygène du vin. Le moindre soutirage est aussitôt suivi d´une multiplication des bactéries acétiques. « La population semble s´ajuster à 104/ml quelques jours après l´aération. Entre deux soutirages, il suffit de 0,1 à 0,3 mg/l d´oxygène dissous pour la maintenir à 102 à 103 cellules/ml. »
Et qui dit bactéries acétiques dit formation d´acide acétique et donc d´acidité volatile. « La production d´acide acétique est inéluctable. Elle est de 0,015 à 0,055 g/l à chaque croissance après soutirage. »
©D. R.

Des bactéries traîtres
Les bactéries ont en plus un côté vicieux : elles sont capables de s´adapter à des conditions difficiles pour mieux se redévelopper ensuite. « En conditions de survie, quand elle manquent d´oxygène, certaines bactéries acétiques peuvent réduire leur taille. » Elles posent alors deux problèmes. D´une part elles passent au travers d´une membrane de 0,45 hm et échappent donc à une filtration stérilisante en conditions normales. D´autre part, elles ne sont plus détectables par les méthodes classiques d´analyse microbiologique sur boite de pétri. « Elles sont viables mais non cultivables. » Seule, la technique dite d´épifluorescence permet de les dénombrer. Elles retrouvent leur taille normale et leur activité quand les conditions leur redeviennent favorables.

Faut-il donc sulfiter à outrance pour éradiquer ce danger potentiel ? « Pas nécessairement, répond Vincent Millet. La présence de 102 à 103 bactéries acétiques/ml doit être considérée aujourd´hui comme naturelle. On peut choisir de les éliminer ou de les conserver. » D´autant plus que les doses de SO2 nécessaires sont importantes surtout dans les vins peu acides. « A un pH de 3,7 par exemple, les bactéries restent à leur concentration initiale même avec 30 mg/l de SO2 libre. Il faut monter à plus de 40 mg/l pour toutes les éliminer. » Et en plus, la présence de composés phénoliques favorise leur survie en les protégeant de l´action toxique du SO2.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les vendeurs de phyto ne peuvent officiellement plus vous conseiller depuis le 1er janvier
Désormais la loi interdit aux fournisseurs de produits phytosanitaires de jouer le rôle de conseil tel qu'il existait jusqu'à…
L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
Cédric Moussé ne manque pas d'expliquer sa démarche lorsqu'il reçoit des clients au caveau. © J.-C. Gutner
Limiter son empreinte carbone à la vigne et au chai
Vigneron à Cuisles, dans la Marne, Cédric Moussé a intégré dans sa stratégie d’entreprise la modération de l’impact de sa…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole