Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Comment continuer à vendre ses vins aux États-Unis ?

L’entrée en vigueur de la surtaxe de 25 % sur les vins tranquilles exportés aux États-Unis a fait l’effet d’une bombe. Mais plusieurs experts continuent de considérer le marché américain comme un eldorado. Voici leurs conseils pour s’y faire une place.

Seuls 36% des Américains consomment du vin, ce qui laisse une grande marge de progression sur ce marché dynamique. Mais pour y accéder, encore faut-il convaincre les importateurs, par exemple lors de dégustations professionnelles comme celles organisées ici par InterLoIre. © InterLoire
Seuls 36% des Américains consomment du vin, ce qui laisse une grande marge de progression sur ce marché dynamique. Mais pour y accéder, encore faut-il convaincre les importateurs, par exemple lors de dégustations professionnelles comme celles organisées ici par InterLoIre.
© InterLoire

Les chiffres dévoilés par FranceAgriMer ont de quoi susciter l’inquiétude : en novembre 2019, les ventes de vins tranquilles aux États-Unis ont reculé de 18 % en volume, et 32 % en valeur. « La notion d’épée de Damoclès n’a jamais été aussi bien illustrée », a commenté Sylvain Naulin, directeur général d’InterLoire, lors d’une conférence au Sival sur l’avenir des vins ligériens aux États-Unis. Mais tout le monde ne partage pas ce discours alarmiste, à commencer par Valérie Gérard Matsuura, directrice marketing vins et spiritueux chez Sopexa US. Selon l’experte, l’impact de la taxe Trump sera bien plus important sur la filière américaine que sur la filière européenne. « Les vins français sont des produits à forte valeur ajoutée, sur lesquels les marges sont élevées. Il est peu probable que les Américains décident de s’en priver », a-t-elle estimé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

[Coronavirus] Quelles sont les mesures de confinement à respecter dans le monde viticole ?
Le Président de la République a appelé tous les Français à rester confinés chez eux pour endiguer l’épidémie de Covid-19. Pour…
[Coronavirus] Dois-je fermer mon caveau de dégustation ?
(Mis à jour le 17 mars) La posture a adopter sur le caveau de vente est floue. L'administration estime qu'il peut être ouvert,…
Pour Hubert Gerber, viticulteur en Alsace, les avantages de la viticulture de conservation des sols sont nombreux. © X. Delbecque
Retour sur 10 ans de non-labour
Dans le Bas-Rhin, Hubert Gerber conduit ses vignes en semis direct et en non-labour. C’est pour lui moins de travail et la…
[Covid-19] La MSA rappelle les mesures sanitaires pour pouvoir travailler dans l’agriculture en se protégeant contre le coronavirus

Si le ministre de l'agriculture appelle les citoyens à venir travailler dans les champs malgré le confinement, ce n'est pas…

[Covid-19] Un vigneron élabore du gel hydroalcoolique à partir de ses eaux-de-vie
Face à la pénurie de gel hydroalcoolique utilisé pour limiter l'expansion du coronavirus, Mark Karazs, propriétaire du domaine…
Bernard Farges, président de la Cnaoc
[Covid-19] Bernard Farges, président de la Cnaoc : "Il est urgent de faire circuler l'argent"
Pour la Cnaoc, face à l'impact économique du Coronavirus, l’urgence c’est la trésorerie des acteurs de la filière viticole, afin…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole