Aller au contenu principal
Font Size

C’est bien, parfois, de tourner vinaigre !

Laurent Faure a quitté une carrière bien tracée pour devenir artisan vinaigrier, à Coursan, près de Narbonne. Il travaille avec des vignerons pour sauver une cuvée problématique ou pour développer des produits complémentaires aux vins, avec l’idée de créer des produits nobles.

Parce que la voie qu’il avait tracée ne lui convenait finalement pas, Laurent Faure a dévié d’une carrière pourtant brillamment commencée par un parcours scolaire et universitaire exemplaire : prestigieux lycée Henri IV à Paris, Khâgne, école nationale de la statistique et de l’administration (ENSAE)… et un boulot dans l’industrie lourde en Afrique.

Au final, il est revenu à son idée première, être producteur de vinaigre à l’ancienne, dans l’Aude, à l’atelier de Granhota à côté de Narbonne. Il revendique d’ailleurs avec La Guinelle à Banyuls-sur-Mer, et Martin Pouret à Orléans, d’être l’un des derniers artisans vinaigriers de France à employer une méthode traditionnelle. « En parallèle de mon début de carrière j’avais fait des expérimentations et en 2013, j’ai sauté le pas pour créer cette activité », raconte-t-il.

À Coursan, l’atelier de Granhota porte les stigmates d’une activité intense et permanente. Les balsamique cuisent, distillant dans l’air une odeur digne de mettre le moins gourmet d’entre nous en appétit. Si les vinaigres sont obtenus avec le temps et par l’action naturelle des bactéries, le balsamique doit lui passer par une cuisson « millimétrée » dans un outil sophistiqué, mis au point avec soin par Laurent Faure. « Cela nous a coûté 200 000 euros, c’est un peu notre secret industriel. » Dans l’atelier devenu trop exigu, les palettes de bouteilles vides attendent, les fûts font leur travail en laissant du temps au temps. Le vinaigre est aussi une histoire de patience.

Des produits nobles issus d’un savoir-faire

Il a développé sa propre gamme de balsamiques et vinaigres aromatisés ou non, soit 50 000 bouteilles vendues en direct et dans les épiceries fines chaque année. Mais Laurent Faure œuvre aussi « à façon ». « Notre travail, c’est de créer des produits dérivés viticoles à partir des produits des vignerons, moûts ou vins », résume-t-il. Des vignerons qui lui expédient des jus pour qu’il les transforme jusqu’à leur renvoyer… en bouteilles. « Le travail à façon, c’est la plus grosse partie de notre activité aujourd’hui. » Il reçoit des vins depuis plusieurs régions de France, depuis l’Alsace en particulier, qui viennent expérimenter dans la vinaigrerie Granhota leur magique évolution en un autre produit. « Les vins ou les moûts qui nous sont envoyés, sont soit refroidis à 2° pour arriver ici à 20°, soit ils partent en camion frigorifique. C’est la vocation du vin que de devenir vinaigre, il faut donc l’en empêcher avant qu’il arrive chez nous ! »

Qui sont ses clients ? Des vignerons donc, une quinzaine pour le moment, mais avec des attentes différentes. « Nous pouvons travailler avec des cuvées qui ont mal tourné par exemple, pour en faire un produit noble, mais nous avons aussi des clients qui ont développé une gamme de vinaigre pour mettre à la vente dans leur caveau de vente directe, en complément de gamme en quelque sorte », ajoute Laurent Faure. Il met un point d’honneur à accompagner les vignerons dans la création de leurs gammes. « Nous les aidons à définir ce dont ils ont besoin, quelle est leur cible. C’est du sur-mesure. » Et de vinaigrier, il est aussi devenu lui-même viticulteur, à la tête de deux hectares de vignes, ainsi qu'oléiculteur, veillant sur quatre hectares et demi d’oliviers !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Selon les réglages, les brosses viennent plus ou moins lécher les pieds de vigne. © Boisselet
La brosse rotative intercep travaille en surface
Cet outil de travail du sol intercep permet un désherbage sous le rang tout en limitant les risques d’érosion.
vinitech-sifel 2018
Le salon Vinitech-Sifel confirme la tenue de son édition 2020
La 22e édition du Vinitech-Sifel aura bien lieu du 1er au 3 décembre au parc des expositions de Bordeaux.…
Pour les prochaines vendanges, la MSA recommande notamment d' éviter le travail face à face, d'organiser les départs en décalé et que chaque salarié conserve son seau et son sécateur pour l’utilisation, l’entretien et le nettoyage.  © J.- C. Gutner
Préparer les vendanges en contexte Covid
Dans le contexte sanitaire actuel, l’organisation des vendanges devra sans doute être adaptée pour prendre en compte le risque de…
 © TikTok/ranjeet32432
Fixer aisément la barre du troisième point
L’astuce du mois nous vient des réseaux sociaux. Une idée pour attacher la barre de poussée du troisième point du tracteur d’une…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
 © DR
Diag’Pulvé, un outil pour estimer la qualité d’application avec son smartphone
Pour mesurer rapidement la qualité de la pulvérisation, un projet de recherche appliquée dénommé Diag’Pulvé (1) vient…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole