Aller au contenu principal

« Arriver au point mort grâce aux sans IG »

Michel Chapoutier, président de l’UMVin, l’Union des maisons de négoce, a partagé ses positions sur trois sujets d’actualité. Interview.

(((droite)))Michel Chapoutier, président de l’UMVin, l’Union des maisons de négoce.
© C. de Nadaillac
Comment voyez-vous les deux prochaines années ?

Je suis assez inquiet. Suite à la faible récolte de cette année, nous risquons de nous retrouver en situation de crise dans deux ans. Je m’explique : cette année, le négoce va puiser dans ses stocks pour alimenter les marchés dans la mesure du possible. Et il va absorber le surcoût sur le 2017 en rognant sur ses marges. Mais l’année prochaine, le négoce va devoir reconstituer ses stocks. Il y aura donc de la tension sur les marchés, ce qui entraînera un risque d’emballement de la production au niveau des prix : elle voudra conserver les niveaux acquis cette année. Or le marché ne peut pas absorber ces hausses de prix. Toutes les dernières crises sont nées de la sorte.

Où en sont les projets de vins sans IG ?

Il y a des projets de vignes sans IG dans des zones non AOC, avec contractualisation, non pas avec des vignerons, mais des agriculteurs. Car la viticulture ne veut pas reconnaître qu’elle a besoin des sans IG, tout comme les chefs étoilés ont eu besoin des bistrots pour équilibrer leurs finances. Le politique tue l’économique. Or il y a une vraie logique économique à développer des sans IG, en plus des signes de qualité, sur une même exploitation. Ce segment devrait non pas être la somme des invendus, mais permettre aux vignerons d’atteindre le point mort sur leur domaine, c’est-à-dire de payer les charges ; la marge étant ensuite réalisée sur les AOC et/ou IGP. Pour ce faire, les vignes doivent être établies sur un modèle de 1 000 pieds par hectare, avec un rendement de 200 hectolitres par hectare, et 70 à 100 heures de travail par hectare. Avec des volumes contractualisés. À l’heure actuelle, l’une des limites est l’accès à l’eau. Nous allons donc défendre les lacs collinaires dans le cadre des États généraux de l’alimentation.

Qu’attendez-vous et craignez-vous des EGA ?

L’une de mes craintes est que la viticulture soit prise en otage par la transversalité, et traitée comme les autres cultures. En ce qui concerne les contrats de filière, nous partageons tous le même constat. Mais y aura-t-il un vrai courage collectif ? C’est la question. En tout cas le président et le premier ministre ont une vraie volonté d’avancer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

À l'avenir le choix du porte-greffe pourrait être fait en fonction de son influence sur le pH et l'acidité du moût. © P. Cronenberger
Le porte-greffe de la vigne influence l’acidité des moûts
Des chercheurs australiens ont évalué l’effet du porte-greffe sur l’absorption du potassium. Tous ne sont pas égaux, ce qui joue…
Les amibes sont des micro-organismes unicellulaires. L'une d'elle, Willaertia magna, pourrait bientôt devenir une substance active de lutte contre le mildiou, aux vues de résultats au champ prometteurs. © Amoéba
Essais prometteurs pour un nouveau produit antimildiou de biocontrôle en vigne
Un biofongicide à base d’amibe, en test au champ depuis l’an dernier, a confirmé en 2020 son efficacité contre le mildiou. De…
Les bennes à vendange peuvent faire partie intégrante de la chaîne de tri, en plus d'assurer le transport. © Gimbre
Le transport de la vendange au service de la qualité
Les vignerons ont mis un point d’honneur à s’équiper de machines à vendanger et de matériels de chai dernier cri pour maintenir…
[ Coronavirus ] Pas de Vinitech-Sifel au parc des expositions de Bordeaux en 2020
Les trop nombreuses incertitudes liées à la situation sanitaire et économique mondiale ont contraint les organisateurs du…
Le moût blanc de noir macère pendant une dizaine de jours sur des marcs rouges issus de vinifications classiques servant à élaborer des cuvées structurées.   © Domaine Zusslin
Un vin rouge fait (presque) comme un blanc
Un domaine alsacien propose une cuvée de pinot noir élaborée à partir d’un blanc de noir repassé sur des marcs de rouges…
Le Bearcub affiche une largeur de 1,32 m.
Un nouveau robot utilisable en viticulture
La start-up californienne Ztractor prépare un tracteur autonome électrique pour les vignes, mais pas uniquement.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole