Aller au contenu principal

Anticiper les difficultés de trésorerie de son entreprise viticole

Les raisons de mettre à mal la trésorerie ne manquent pas. Faire le point avec son conseil et ouvrir une procédure amiable ou collective devant le tribunal peut sauver l’entreprise. Le point avec Franck Chanquoy, expert-comptable au cabinet BSF, membre d’AgirAgri(1).

Etablir un diagnostic en examinant les indicateurs vitaux de l'entreprise est la première étape pour cibler les points essentiels à analyser et à traiter.
© JC. Gutner Archives

Les répercussions économiques de la pandémie de Covid-19 s'ajoutent aux multiples difficultés déjà présentes entre effets du Brexit, taxe Trump et intempéries qui mettent en danger les récoltes. Anticiper les conséquences de ces crises peut sauver son exploitation. Mais il faut agir maintenant et reprendre le pilotage de son entreprise.

Comment établir un diagnostic ?

Il faut commencer par établir un diagnostic de la situation, faire un point des indicateurs vitaux de l’entreprise : le chiffre d’affaires, l’EBE, le fonds de roulement, l’effectif, le délai de paiement client/fournisseur. Un état des lieux est nécessaire pour prendre en compte les incidences des différentes mesures gouvernementales mises en place (PGE, report d’échéances…) sur la situation économique et financière de l’entreprise.

Propre à chaque entreprise, ce diagnostic permet de cibler les points essentiels à analyser et à traiter.

Sur cette base, il sera nécessaire d’anticiper les difficultés à venir, grâce à la mise en place d’une démarche prévisionnelle. Elle consiste à établir un prévisionnel d’exploitation et de trésorerie suivant trois scénarios (dégradé, stable, optimiste). C’est un document indispensable pour piloter l’entreprise. Cet outil d’aide à la décision permettra de mettre en place un plan d’action adapté.

Parmi les solutions, il existe la possibilité d’avoir recours à des procédures amiables (le règlement amiable) et collectives (la sauvegarde et le redressement), engagées devant le Tribunal judiciaire ou de commerce selon la forme juridique de sa société.

En quoi consistent les procédures ?

L’objectif de ces procédures est de protéger le débiteur, de l’accompagner. Il ne faut donc pas avoir peur du tribunal, ni honte de devoir en passer par là. Le règlement amiable et la sauvegarde sont des procédures accessibles tant que l’entreprise n’est pas en état de cessation de paiement. Autrement dit, avant qu’il ne soit plus possible de faire face au passif exigible (ses dettes échues) avec l’actif disponible (sa trésorerie principalement).

Le règlement amiable permet au dirigeant de négocier ses dettes sous l’égide d’un conciliateur désigné par le président du tribunal. Il permet de négocier les dettes et d'en étaler le paiement avec les créanciers. La procédure reste confidentielle tant que l’accord n’est pas homologué.

La sauvegarde a pour but, après une période d’observation de 6 à 18 mois, prorogeable jusqu’à la fin de l’année culturale en cours, de permettre au dirigeant de restructurer l’entreprise et de proposer un plan de sauvegarde, dont la durée peut atteindre 15 ans, pour apurer les dettes. La procédure de sauvegarde a l’avantage de prendre en compte le sort des cautions (souvent le dirigeant lui-même).

Enclenchée suffisamment tôt, ses effets sont bénéfiques pour l’entreprise et permettent bien souvent de redresser la situation. À défaut, ou si l’état de cessation de paiement est avéré, il faudra envisager le redressement judiciaire, ou si la situation n’est pas redressable, la liquidation judiciaire.

La situation actuelle est certes compliquée, mais il existe des solutions pour s’en sortir, grâce à l’anticipation des dirigeants. Le recours à des procédures amiables ou collectives doit être considéré comme une décision de gestion du dirigeant.

tableau comparatif réglement amiable et sauvegarde - AgirAgri
(1) Franck Chanquoy est aussi juge-commissaire au Tribunal de commerce de Bordeaux et diplômé en droit des entreprises en difficultés.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Des nouvelles règles pour les emplois viticoles au 1er avril 2021
La viticulture comme l’ensemble des secteurs agricoles doit appliquer la nouvelle convention collective nationale agricole (CCNA…
Olivier Lecomte, vigneron au Château de Passavant dans le Maine-et-Loire estime que le gros avantage des roues Kress est sa vitesse de travail, autour de 8km/h : " ça dépote" dit-il. © J.GRAVE
« Les doigts Kress, pour des jeunes vignes c’est parfait »
Dans le Maine-et-Loire, Olivier Lecomte, vigneron au Château de Passavant, dispose de tout un arsenal d’outils de travail du sol…
À l'avenir, le désherbage à l'aide de glyphosate ne pourra intervenir qu'une fois par an et ce sur 20 % de la surface. © X. Delbecque
Usage du glyphosate en viticulture : ce qui va changer
Pour la campagne 2021 la grande majorité des produits à base de glyphosate sera utilisable comme à l’accoutumée. Ce sera ensuite…
 © J. Grave
La HVE revoit ses IFT de référence à la baisse
Fin janvier la Commission nationale de la certification environnementale a annoncé une modification des IFT de référence pour le…
 © X. Delbecque
Des brosses intercep, pour un coup de propre rapide du rang de vigne
Les outils à brosses métalliques réalisent un faible travail du sol, mais ils se montrent intéressants lorsque les sols sont…
 © D. Esquiro
« On laisse le Heric attelé et dès qu’on a le temps on va dans les vignes »
David Esquiro, vigneron à Mirepoix dans le Gers, au domaine de la Higuère, cultive 30 hectares de vigne en IGP côtes-de-Gascogne…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole