Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Aides à la restructuration pour raisons sanitaires

Dans le cadre du plan de lutte obligatoire contre la flavescence dorée, les parcelles arrachées pourront bénéficier d’une aide à la restructuration pour raison sanitaire.
Dans le cadre du plan de lutte obligatoire contre la flavescence dorée, les parcelles arrachées pourront bénéficier d’une aide à la restructuration pour raison sanitaire.
© P. Cronenberger

Pouvoir bénéficier d’aides à la restructuration pour des raisons sanitaires était une demande de la profession. Elle a été entendue. Le conseil spécialisé de France AgriMer vient en effet d’introduire cette mesure dans le programme national d’aides, même si aucune enveloppe n’était prévue à cet effet. « Cela ne concerne que 15-20, voire 30 hectares par an, relativise Anne Haller, déléguée pour la filière viticole chez FranceAgriMer. Cela ne posera pas de problème budgétaire. »
Cette mesure sera ouverte à l’ensemble du territoire français et sans plafond de surface, pour les parcelles arrachées pour cause de flavescence dorée. La replantation à l’identique devrait a priori être possible, même si ce point n’est pas encore acté. Le montant de l’aide n’est pas non plus tranché. S’il est certain que l’enveloppe plantation de l’aide à la restructuration sera versée à l’exploitant (4800 euros par hectare), l’indemnité perte de récolte n’est pas encore acquise. Au maximum, Anne Haller prévient que le montant global ne pourra dépasser les 10 000 euros par hectare.


Pas d’aide pour les maladies du bois


Mais attention. Seules les parcelles atteintes de maladies avec plan de lutte obligatoire pourront rentrer dans cette mesure. Exit donc les parcelles touchées par les maladies du bois, l’arrachage des ceps n’y étant pas obligatoire.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les Français boivent davantage de vin pendant le confinement
L'Association européenne des économistes du vin (EuAWE) et la Chaire Vins et Spiritueux de l’INSEEC U ont mené une enquête auprès…
La nouaison approche : sortez les machines à vendanger !
En Nouvelle-Zélande, le domaine Villa Maria fait un passage de machine à vendanger peu après la floraison. Cela permet de faire…
La viticulture française obtient des mesures d'aides spécifiques
Le gouvernement a dévoilé lundi 11 mai une première série de mesures d’aides à la filière viticole gravement touchée par la crise…
La suspension du pont avant s'ajuste au poids sur l'avant du tracteur de manière à conserver le maximum de course, en montée comme en descente. © Deutz-Fahr
Le pont avant suspendu apporte confort et sécurité
Ces dernières années, l’offre optionnelle en pont avant suspendu s’est généralisée dans les catalogues de la majorité des…
Le nombre de vignerons en biodynamie croit de plus de 10% par an. Les deux marques qui se proposent pour certifier la démarche offrent quelques différences. Leur fusion n'est pas envisagée pour l'instant. © J.-C. Gutner/Archives
Viticulture en biodynamie : une démarche, deux marques
La biodynamie a le vent en poupe depuis quelques années. Les vignerons qui veulent s’engager dans la démarche ont le choix entre…
Le gouvernement débloque 30 M€ pour accompagner la mise en place des ZNT
Un fonds national doté d’un budget de 30 millions d’euros va prochainement être débloqué pour soutenir les investissements des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole