Aller au contenu principal

Accueillir un camping-car dans ses vignes

Valoriser un beau coin de son domaine en le louant à des camping-caristes, telle est l’opportunité proposée par la plateforme Park and View qui vient de se lancer.

« Un espace de 15 m2, plat, sur le bord d’un chemin, avec du calme et une jolie vue » : ce sont les règles du casting pour intégrer la plateforme d’emplacements touristiques pour camping-cars lancée par Park and View. Imaginée par Grégoire Popineau et née de sa passion pour ce véhicule de loisir, la plateforme collaborative veut proposer « une location d’emplacement la plus simple possible ». L’accès au site se fait sans contact obligatoire avec le propriétaire, par géolocalisation.

Grégoire Popineau voit dans son offre une façon pour les agriculteurs de tirer parti de coins de leurs domaines qui sont potentiellement des emplacements de rêve pour les camping-caristes en mal de nature. « Nous constatons que des viticulteurs sont aussi intéressés que les vignerons », indique l’entrepreneur. Côté vacanciers, « le marché du camping-car explose, mais les camping-caristes sont déçus de se retrouver amassés sur un parking », constate-t-il. Park and View leur garantit d’être seuls sur l’emplacement… en communion avec l’environnement. Il note que les nuitées de camping-cars représentent un marché de 5 milliards d’euros. Sa plateforme s’adresse aux 450 000 possesseurs de camping-cars mais aussi à ceux, de plus en plus nombreux, qui les louent.

Une appli accessible sur une diversité de supports

Comment soumettre un emplacement ? « Il faut le répertorier sur le site à l’aide de Google maps puis lui donner un nom. Il est obligatoire de signaler la taille de véhicule admis et le type de chemin d’accès. » Ensuite, il suffit de cocher ou pas les éléments descriptifs proposés sur la fiche. Park and View valide avant la mise en ligne mais ce sont les avis des deux premiers utilisateurs qui permettront la validation définitive s’ils attribuent une note de 3 étoiles. La plateforme est accessible par ordinateur, tablette et smartphone. La réservation est instantanée.

Le site vise 5 000 emplacements d’ici la fin de l’année en France, et l’internationalisation dans un deuxième temps avec une disponibilité prévue en 15 langues. Pour monter rapidement en puissance côté offre, il développe un système de parrainage. À 25 emplacements parrainés, on accède au statut de fondateur donnant droit à des parts sociales de l’entreprise. La chasse aux beaux emplacements est ouverte !

Des formalités légères

La légèreté et la simplicité font partie du concept de Park and View. « Il est possible de proposer jusqu’à 6 emplacements payants 90 jours par an sans autre démarche qu’une déclaration en mairie », détaille Grégoire Popineau. « Les prix sont libres et vont de 5 à 25 euros, mais il est même possible de proposer la gratuité. » Park and View prélève 1 euro par transaction payante. Côté loueur, l’inscription est gratuite et ne nécessite pas d’investissement. Le site prévoit d’offrir des panneaux aux agriculteurs pour marquer les emplacements.

Témoignage : Élodie et Matthieu Collet, vignerons au Domaine Fontanel à Tautavel, Pyrénées-Orientales

« Nous avons été sensibles à la flexibilité du projet"

Nous sommes deux sur une exploitation de 20 hectares donc nous n’avons pas le temps d’organiser des activités structurées pour emmener les gens dans les vignes. Mais nous trouvons agréable les rencontres et la transmission de notre passion. Nous avons été sensibles à la flexibilité du projet. L’accueil n’est pas obligatoire. Mais nous pouvons recevoir au domaine ceux qui le souhaitent.

Les gens sont en complète autonomie et nous sommes confiants sur leur respect des lieux. Nous verrons comment ça s’organisera quand il nous faudra aller dans les vignes.

L’emplacement que nous proposons donne vue sur un ilot de 5 ha de vignes avec un panorama à 360°. Le tarif est de 10 euros par 24 heures. Nous réfléchissons à 3 autres emplacements. Nos vignes étant dispersées, les emplacements sont très espacés. La tranquillité est assurée ! La vue aussi puisque nous sommes sur des coteaux. C’est un apport en plus, qui nous permet de valoriser nos vignes. Mais même en louant à plein, nous savons que ça restera des sommes très raisonnables !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Salons de matériel viticole 2022 : les 7 innovations les plus marquantes
Sival, Agrovina, Viti-Vini, Sima, Vinitech… Nous avons couvert de nombreux salons viticoles durant l’année 2022, et y avons…
Bahco, Arvipo et Mage proposent des sécateurs électriques avec une batterie intégrée dans le manche.
Sécateurs électriques viticoles : le sans-fil se taille une place dans les vignes
Le Vitilab a testé pour nous trois sécateurs électriques sans fil du marché. Ces outils ont tous donné satisfaction mais visent…
Les 10 nouveautés équipements viticoles qu'il fallait découvrir au Sival 2023
Le Sival 2023 réserve son lot de nouveautés. Petite sélection concernant le monde viticole.  
Selon les données de l'Axema, Fendt a immatriculé le plus grand nombre de tracteurs spécialisés en 2022, rétrogradant New Holland à la seconde place. Kubota reprend sa place de troisième à Same.
Immatriculations des tracteurs spécialisés 2022 - Fendt retrouve la première place
Les statistiques officielles relatives aux immatriculations de tracteurs en 2022 viennent d’être publiées par l’Axema, l’union…
Romain Henrion, consultant viticole, apprécie le rapport qualité/prix des sécateurs sans fil.
Les sécateurs électriques sans fil se déploient dans les vignes
Les premiers sécateurs sans fil commencent à se faire une place dans les vignes. Leurs utilisateurs plébiscitent le très bon…
Christophe Lardière, responsable des propriétés de Jean-Luc Thunevin, à Saint-Émilion, en Gironde, a confectionné une petite fourche pour planter ses 1 000 complants tous les printemps.
Astuce | « J’ai bricolé une fourche pour complanter les ceps de vigne », Christophe Lardière, responsable des propriétés chez Jean-Luc Thunevin
Christophe Lardière, responsable des propriétés chez Jean-Luc Thunevin à Saint-Émilion, en Gironde, a confectionné une petite…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole