Aller au contenu principal

Valutrac valorise l’azote des urines des porcs en engrais facilement exportable

Le procédé mis au point par Cooperl Arc Atlantique transforme l’azote des urines de porcs en sulfate d’ammonium, un engrais facilement exportable.

Cooperl ajoute une brique supplémentaire à son panel de procédés permettant de valoriser les déjections animales. La coopérative propose désormais un dispositif, appelé Valutrac, qui transforme la fraction liquide issue du raclage en V en sulfate d’ammonium, un fertilisant concentré en azote rapidement utilisable par les cultures. « En cumulant la valorisation des déjections solides par la méthanisation et ce nouveau procédé, nous pouvons désormais exporter hors plan d’épandage 95 % de l’azote et 98 % du phosphore des déjections de porcs logés dans un bâtiment équipé d’un racleur Trac », explique Bertrand Convers, le responsable du pôle environnement de la coopérative.

L’urine est transformée en sulfate d’ammonium

Le procédé Valutrac se base sur le stripping, un processus physico-chimique d’extraction de l’ammoniac qui peut s’apparenter à une distillation. Il faut pour cela ajouter dans un premier temps de la chaux vive à l’urine pour relever son pH de 8 à 12. Le mélange passe ensuite dans un décanteur permettant d’extraire de la boue chaulée qui sera épandue sur les parcelles. Sa valeur neutralisante est équivalente au tiers de celle de la chaux vive. Le liquide résiduel basique est alors dirigé vers une tour de stripping dans laquelle il est soumis à un flux d’air permettant la volatilisation des molécules d’ammoniac. « Cette volatilisation est permise par l’élévation du pH, précise Bertrand Convers (1). Elle permet d’abaisser la teneur en azote du liquide à moins de 0,5 gramme d’azote par litre ». Inodore et exempt de matières en suspension, il peut être épandu toute l’année sur les terres par un système d’irrigation.

L’air riche en ammoniac extrait de la tour de stripping est envoyé vers une tour de lavage où il est arrosé d’acide sulfurique. La combinaison de l’ammoniac et de cet acide produit du sulfate d’ammonium. Ce produit contient 8 % d’azote ammoniacal, une forme d’engrais facilement assimilable par les plantes. Il est aussi composé de 15 % de soufre, qui possède des vertus antifongiques sur les plantes. « Avec notre filiale Fertival, nous allons créer un circuit de commercialisation pour valoriser le sulfate d’ammonium auprès d’utilisateurs potentiels : serristes, viticulteurs, maraîchers… », précise Bertrand Convers. Ce produit pourrait aussi être utilisé comme ingrédient entrant dans la composition de certains engrais, afin de les enrichir en azote ammoniacal et en souffre.

48 hectares d’épandage pour 340 truies naisseur engraisseur

Une première unité a été présentée le 9 septembre dernier à l’EARL du Grand Bignon chez Jérôme Rondel à Meslin, dans les Côtes-d’Armor, qui avait déjà accueilli en 2011 le prototype du raclage en V Trac mis au point par la Cooperl (voir Réussir Porc septembre 2011 page 44). « Grâce aux Tracs qui équipent le bloc naissage et une partie des engraissements, à la valorisation des déjections solides par le méthaniseur de Lamballe et au procédé Valutrac, je n’aurai besoin que de 48 hectares d’épandage pour mon futur projet de 340 truies et la suite », explique l’éleveur. Sans Trac ni Valutrac, il en aurait fallu 199 hectares. Une surface quasiment impossible à obtenir aussi bien en propre qu’auprès de prêteurs de terre dans cette région où l’élevage hors sol a été le modèle prédominant du développement de l’élevage depuis les années 80. « Avec cette solution complète, Il ne faut compter que 9 hectares d’épandage pour 1 000 places d’engraissement ou équivalent en truies, souligne Bertrand Convers. L’épandage d’azote et de phosphore n’est plus le problème. Le facteur limitant est désormais la potasse, dont l’apport maximum demandé par l’administration est de 500 kg à l’hectare. »

(1) Un autre processus de stripping constitue à chauffer le liquide pour faire évaporer l’ammoniac. Il faut cependant disposer pour cela d’une source de chaleur importante, un méthaniseur par exemple.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

La nouvelle maternité liberté réalisée par Gildas Hamel à Trégomeur, dans les Côtes-d'Armor, est constituée de 36 grandes cases dans une salle unique pour une conduite en cinq bandes. © D. Poilvet
Une maternité grand espace pour des truies en liberté
A Trégomeur dans les Côtes d'Armor, Gildas Hamet a investi dans une maternité équipée de 36 cases liberté pour son élevage de 250…
Pierre Cloarec dans la zone de courettes de son nouvel engraissement. «Je tenais à ce que les porcs aient un accès à l'extérieur.»  © A. Puybasset
Un bâtiment bien-être avec courettes extérieures pour l’engraissement des porcs
Pierre Cloarec a investi dans un engraissement alternatif de 672 places, avec lumière naturelle et courette extérieure. Son…
L'export devrait stimuler la production dans les bassins de production américain. © Chayakorn/stock.adobe.com
La production de porcs dans le monde va augmenter en 2021
La production mondiale de porcs devrait rebondir en 2021 par rapport à 2020. Mais la reprise ne permettra pas de retrouver les…
Frédéric Bloyet, le chef d’élevage de la Huettière (2e en partant de la droite) avec Charline Bardoul, Thibault Juton et Quentin Boisrame. « Une bonne productivité des truies est le résultat d’un travail d’équipe. » © D. Poilvet
Une productivité élevée des truies grâce à l’organisation du travail dans une maternité collective
À la SCEA de la Huettière, chaque bande en maternité est sous la responsabilité de l’un des trois techniciens d’élevage de l’…
La recherche de l'origine du foyer d'infection doit mobiliser les chasseurs pour rechercher d'éventuels sangliers morts de PPA.
Peste porcine : un plan d’intervention sanitaire d’urgence testé en Bretagne
Alors que le risque PPA demeure aux portes de l’Hexagone, l’administration teste depuis plusieurs mois l’efficacité d’un plan d’…
l'abattoir JPS à Josselin (Côtes d'Armor) est une filiale du groupe Mousquetaires dont fait partie Intermarché. © Les mousquetaires
L’activité des abattoirs de porcs JPS et Jean Floc’h en Bretagne a progressé de plus de 1 % en 2020
Les deux groupes d'abattage privés arrivent en deuxième et troisième position dans le classement des plus importants abatteurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)