Aller au contenu principal

Vaccination et biosécurité vont de pair pour lutter contre le SDRP

Chez David Riou, la vaccination contre le virus SDRP conjuguée à un renforcement de la biosécurité a permis de réduire les co-infections par d’autres pathogènes et d’améliorer les performances d’engraissement.

L’élevage de David Riou, à Plouvorn (Finistère), a été le premier au sein d’Aveltis à mettre en place la démarche de contrôle du SDRP « 5 steps » du laboratoire Boehringer Ingelheim. Elle comprend un programme vaccinal et un plan d’actions pour améliorer la biosécurité, adaptés à chaque situation d’élevage. Car l’un ne va pas sans l’autre en matière de lutte contre ce virus insidieux et complexe à maîtriser. Après dix-huit mois de recul, David Riou dresse un bilan positif de cette démarche d’amélioration progressive. « On avance pas à pas en mesurant l’intérêt technico-économique des mesures mises en place. Le retour sur investissement mesuré au bout d’une année de vaccination SDRP est de quatre euros gagnés pour un euro d’investi.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Arrêt de la castration à vif : la pression monte
L’association d’éleveurs « pour le bien-être animal et la non castration » reste mobilisée au sujet de l’arrêté interdisant…
Michel et Bruno Hamon, Gaec Coat-Bihan. « Le lavage révèle la dextérité de celui qui le programme. » © D. Poilvet
Lavage en élevage de porc : « Le robot fait le travail le plus pénible »
Les associés du Gaec Coat Bihan à Plédéliac, dans les Côtes-d’Armor, utilisent deux robots de lavage pour laver toutes les salles…
Les nez humains doivent sentir les molécules odorantes sur le gras chauffé des carcasses. © UGPVB
Un kit de sélection des futurs nez humains pour détecter les odeurs sexuelles sur les carcasses de porcs en abattoir
Dans l’hypothèse d’un développement de la production de mâles entiers ou immunovaccinés, Armelle Prunier de l’Inrae a mis au…
Yann Grelet, avec Jean-Jacques Rocher, technico-commercial Nutréa, et Anne Bouché, responsable marché en nutrition porc Nutréa. L’entreprise a suivi chez Yann Grelet les performances des porcs charcutiers alimentés au blé noir grâce notamment à une bascule connectée qui pèse instantanément les animaux en cours d’engraissement. © D. Poilvet
Nutréa lance le porc « cultivé et nourri au blé noir »
Deux ans d’investigations ont été nécessaires à Nutréa en collaboration avec un éleveur morbihannais pour élaborer un cahier des…
© JC Gutner
Les Français ont consommé plus de porc en 2020
Le confinement et la tension budgétaire chez les ménages les plus fragiles ont favorisé l’engouement pour les produits du porc en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)