Aller au contenu principal

Porc : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière porcine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de porcs.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Classement des carcasses
Uniporc généralise l’Image Meater

Le classement des carcasses par camera remplace à présent dans la quasi totalité des abattoirs de la zone Uniporc le procédé CGM.

L’Image Meater, appareil compact monté sur la chaîne, ici chez Gad à Lampaul Guimillau.
L’Image Meater, appareil compact monté sur la chaîne, ici chez Gad à Lampaul Guimillau.
© Réussir Porcs

A près plusieurs années de recherche (voir Réussir Porc, mai 2011), Uniporc Ouest vient d’achever la mise en place du procédé de classement Image Meater dans 18 abattoirs de sa zone, les cinq plus petits étant les seuls à conserver le système de classement CGM. Le procédé repose sur l’imagerie qui permet d’obtenir onze mesures précises de la carcasse, ces mesures entrant dans l’équation pour l’établissement du classement. « Concrètement, cela ne changera rien pour les éleveurs, la corrélation entre la lecture CGM et l’Image Meater aboutissant aux même résultats. Tout au plus peut-on s’attendre à, une très légère amélioration de la moyenne de la plus value de + 0,2 c/kg », précise Pascal Le Duot.L’objectif annoncé dès le début des travaux d’Uniporc est double : adopter une méthode non-invasive pour des questions sanitaires, et diminuer le personnel, « principale charge de fonctionnement d’Uniporc ». Ce qui est fait. Ainsi, si Uniporc comptait 105 collaborateurs il y a six ans, ils ne sont plus aujourd’hui que 70. Une première vague de départs en retraite avait permis de supprimer 17 postes avec l’arrêt de la lecture du G1 en 2008. Aujourd’hui, au lieu de trois postes en abattoir, deux resteront : un pour l’identification de la carcasse, l’autre pour la gestion des classements, le poste « lecture » étant désormais inutile puisque la caméra s’en charge. Pour l’éleveur, le changement sera seulement perceptible sur le bordereau Uniporc, où les mesures G2 et M2 par sexe disparaissent pour être remplacées par un G3 et un M3. Le CGM restera toutefois encore opérationnel dans les abattoirs pour classer les carcasses dérivées en observation sanitaire (soit environ 5 % des carcasses), qui sont écartées avant la lecture par Image Meater. p

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Vignette
Actualité scientifique : Les vers de terre apprécient les lisiers et les digestats

L’épandage de digestat de méthanisation mais aussi de lisiers de porc et de bovin permet d’augmenter la biomasse et la…

Vignette
Salariés des élevages porcins américains : une santé à protéger

Dans les élevages porcins du Missouri, les salariés migrants manquent d’informations et de moyens pour protéger leur…

Vignette
Effluents d’élevage : gare aux accidents !
Les pollutions accidentelles des cours d’eau par des effluents peuvent se produire dans n’importe quel élevage. Tour d’horizon…
Vignette
Une conduite alimentaire adaptée pour valoriser le Duroc
L’Earl de la Cosseterie a choisi le Duroc Danbred pour les atouts annoncés sur les porcelets en maternité. Une remise à plat de…
Vignette
Une communication positive sur les réseaux sociaux
Mathias Morel, de l’agence Comptoirs, conseille d’intervenir sur les réseaux sociaux avec humour ou au moins bonne humeur et de…
Vignette
L’énergie, le carburant des mises bas réussies
La truie doit pouvoir compter sur l’énergie apportée par l’alimentation pour que la mise bas se déroule dans de bonnes conditions…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT'Hedbo Porc (tendances et cotations de la semaine)