Aller au contenu principal

Un nouveau protocole pour mesurer les particules émises par les bâtiments porcins

Des chercheurs ont mis au point une méthode de mesure des émissions de particules issues des bâtiments porcins. L’objectif principal est d’identifier les typologies d’élevages les moins émetteurs.

La France doit réduire de 57 % ses émissions de particules d’ici 2030. Avec près de 48 000 décès prématurés par an et un coût sanitaire évalué à 100 milliards d’euros par an en France, l’amélioration de la qualité de l’air est devenue un objectif prioritaire. L’agriculture contribue à hauteur de 54 % aux émissions nationales de particules avec comme poste principal le travail des sols. Pour atteindre cet objectif ambitieux de réduction, la France a établi un plan « particules » intégrant un volet agricole qui cible les productions végétales et animales. Le travail des partenaires du projet Papovit (1), auquel l’Ifip et les chambres d’agriculture des Pays de la Loire et de Bretagne ont participé, a conduit à la mise au point d’une méthode permettant de mesurer les émissions de particules des salles d’engraissement. L’analyse de la bibliographie existante combinée avec des tests en élevages a permis de l’adapter aux conditions spécifiques des élevages de porcs français.

Une combinaison de méthodes de mesures

La détermination des émissions nécessite la mesure des concentrations en particules et le débit d’air. Pour la mesure des concentrations, deux appareils sont utilisés en parallèle : un spectromètre (méthode optique) et un collecteur sur filtre (méthode gravimétrique). Le spectromètre permet de compter le nombre de particules en fonction de leurs diamètres en utilisant la diffusion de la lumière et de les convertir en concentration exprimée en masse par mètre cube d’air. Le collecteur sur filtre indique une concentration en masse des particules toutes tailles confondues par mètre cube d’air. L’utilisation des appareils en parallèle permet de calibrer les mesures réalisées avec le spectromètre pour la conversion en masse. Les mesures sont réalisées au centre de la salle à 1 mètre de haut pendant 24 heures. La concentration en particules de l’air extérieur est mesurée pour caractériser l’air entrant. Elle est obtenue à partir d’une mesure à l’extérieur du bâtiment, proche de l’entrée d’air pendant 30 minutes. Les émissions de particules exprimées en milligrammes par heure sont obtenues de la manière suivante : (concentration intérieure (mg/m3) – concentration extérieure (mg/m3)) x débit. Trois campagnes de mesures sont effectuées sur la période de présence des porcs en engraissement : à 12-20 jours, 43-52 jours et à 76-84 jours de présence.

Lire aussi : Agir pour se protéger des particules fines présentes dans l’air des bâtiments d’élevage

 

Identifier les itinéraires techniques les moins émetteurs

Cette méthode de mesure est actuellement en application dans près d’une trentaine d’élevages en vue d’acquérir des données sur les facteurs d’émission de particules des élevages français en fonction de leurs conduites (mode de présentation de l’aliment, gestion des effluents). Les acquis de ce projet permettront d’identifier les itinéraires les moins émetteurs. La diffusion des résultats du projet servira aux filières d’élevage pour qu’elles contribuent au respect des engagements européens de notre pays, mais également d’améliorer leur image auprès des consommateurs français et de renforcer leur attrait auprès des élèves de l’enseignement agricole.

(1) Le projet Papovit financé par le Casdar et piloté par l’Ifip en collaboration avec les chambres d’agriculture de Bretagne et des Pays de la Loire, l’Inrae et l’IMT Atlantique a trois objectifs : mettre au point une méthode de mesure des émissions de particules des élevages de porcs, acquérir des facteurs d’émissions de particules contribuant à identifier les itinéraires techniques les moins émetteurs et élaborer des supports de diffusion des acquis du projet à destination des acteurs de la filière et des instances décisionnaires.

Trois types de particules à mesurer

Les polluants impactant majoritairement la santé sont les particules présentes dans l’air. Elles sont constituées d’un ensemble très hétérogène de composés, et sont différenciées selon leur taille : les TSP (particules totales en suspension) regroupent l’ensemble des particules quelque que soit leur taille, les PM10 ont un diamètre inférieur à 10 µm, les PM2,5 ont un diamètre inférieur à 2,5 µm. Les particules sont soumises à la réglementation française. Les concentrations dans l’air extérieur en PM10 et de PM2,5 ne doivent pas dépasser respectivement 40 µg/m3 et 25 µg/m3 en moyenne (en campagne comme en ville). Dans les bâtiments d’élevage, les travailleurs ne doivent pas être exposés à des concentrations en particules PM2,5 supérieures à 5 000 µg/m3 pendant 8 heures.

Les plus lus

éleveur de porcs dans la Sarthe
« Mon atelier porcin d'engraissement est en synergie avec mes cultures »
Gérant et associé d’une maternité collective, Sébastien Renvoisé a en parallèle investi dans un atelier d’engraissement, raisonné…
François Denoual : «Avec la nouvelle maternité, je compte améliorer le nombre de sevrés par truie et gagner en confort de travail.»
« J'optimise mon temps de travail avec le nouveau naissage de mon élevage de porcs»

À la tête d’un élevage de 174 truies et sa suite, François Denoual a investi dans un bâtiment regroupant la maternité et la…

Les porcelets sont mélangés en groupes de trois à quatre portées.
« La sociabilisation des porcelets en maternité m’apporte beaucoup d’avantages »

Depuis deux ans, Ségolène sociabilise ses porcelets en maternité. Elle y voit de nombreux avantages sur ses conditions de…

Les journées s’articulent généralement autour d’une visite d’élevage chez l’un des membres du groupe.
Les éleveurs de porcs réfléchissent en groupe pour anticiper les évolutions des élevages
Les Chambres d’agriculture de Bretagne animent cinq groupes d’éleveurs de porcs répartis sur toute la région. Les thématiques…
Michel Bloc'h, président de l'UGPVB l’élevage a deux défis à relever : l’investissement et le renouvellement des élevages. "
Quels sont les défis à relever pour maintenir l’élevage de porcs en France?
L’assemblée générale de l’Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne (UGPVB) a souligné les difficultés que…
La conjoncture économique plus favorable en 2023 encourage les investissements dans les bâtiments d'élevage.
Trésoreries : Une bonne année 2023 en élevage de porc

La hausse du prix du porc en 2023 a permis de renflouer les trésoreries des élevages de porc, mises à mal depuis 2020. L’étude…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)