Aller au contenu principal
Font Size

Testé par l'Ifip : un nourrisseur transformé en distributeur de paille

L’Ifip a testé à sa station de Romillé des dispositifs pour faciliter la distribution de paille aux porcs en engraissement sur caillebotis.

Distribuer de la paille comme matériau manipulable à des porcs logés sur caillebotis suppose de répondre à plusieurs enjeux. Il faut rendre le matériau attractif pour favoriser une réelle utilisation d’une paille propre tout au long de la journée. Il faut aussi permettre une bonne évacuation des déjections, quel que soit le dispositif (préstockage en bâtiment ou évacuation régulière) en limitant les apports de paille, évitant les pertes directes sous les caillebotis et en jouant sur la longueur de la paille. Enfin, le dispositif doit éviter une surcharge de travail. Pour cela, disposer d’une trémie permettant de stocker la paille constitue un plus.

Limiter les pertes rapides de paille

Pour tenter de répondre à ces questions, l’Ifip a testé trois modèles de distribution de paille conçus à partir de nourrisseurs monoplaces inutilisés sur l’élevage. En complément, pour limiter les pertes rapides de paille sous les caillebotis, ils ont été placés sur des réceptacles de 90 x 60 cm² munis de bordures. Le choix a été fait de travailler avec de la paille hachée (4 cm) pour faciliter l’évacuation des lisiers par gravité. Sur le premier modèle, les joues latérales du nourrisseur ont été découpées pour permettre un accès à la mangeoire par trois côtés. L’apport de paille est ajusté en réglant la hauteur d’ouverture de la fente au fond de la mangeoire. Pour le second modèle, le système précédent est complété par le positionnement d’une grille au-dessus de la mangeoire, la paille est disponible à la fois au niveau de la grille et en fond de mangeoire. Le troisième modèle est adapté du premier en supprimant la mangeoire. La paille descend directement sur le réceptacle. Il est fixé sur la cloison.

Des aménagements en cours de testage

Le nourripaille sans mangeoire est le dispositif le plus utilisé. Ce modèle permet une dissémination de la paille sur le réceptacle ; c’est d’ailleurs au sol que la paille est la plus utilisée par les animaux. Des aménagements ont été faits en cours d’étude pour faciliter l’écoulement de la paille dans les nourripailles. En effet, quel que soit le modèle, nous avons observé du colmatage au niveau de la trappe, lié à l’humidification (salive ou miction). Afin de l’éviter, nous avons positionné une chaînette en fond de mangeoire pour stimuler le brassage et finalement ouvert au maximum la trappe au fond du nourrisseur. Le nourripaille avec une grille en façade a été ensuite utilisé sur deux bandes de porcs, sans poser de problèmes d’évacuation des lisiers. Ce dispositif, comme a priori les deux autres testés, permet de distribuer de la paille, matériau qui remplit l’ensemble des qualités définissant un bon enrichissement du milieu de vie des porcs, sans que ça ne perturbe l’évacuation du lisier. Ces prototypes doivent néanmoins être améliorés pour faciliter l’écoulement de la paille.

valerie.courboulay@ifip.asso.fr

 

Les plus

 
Maîtrise des quantités de paille distribuées
Réserve de paille permettant de réduire la fréquence des apports
Pas de passage direct de la paille sous les caillebotis
Réceptacle nécessaire uniquement pour le nourripaille sans mangeoire

 

Les moins

 
Risque de colmatage freinant la descente de paille
Pas d’accès simultané de plusieurs porcs à la paille (sauf nourripaille sans mangeoire)
Nécessité de brasser la paille pour améliorer le contact au niveau de la grille
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
À l’entrée de l’élevage, une signalétique oriente les visiteurs vers les différents points d’entrée de l’élevage. Un parking à voiture a été aménagé en zone publique. © T. Marchal
Les entrées des élevages de porcs doivent être protégées pour assurer une biosécurité efficace
Thierry Marchal a mis en place des mesures de bon sens pour gérer correctement les points de passage entre la zone d’élevage et l…
La bétaillère doit être systématiquement nettoyée et désinfectée après chaque transport. © D. Poilvet
Des règles strictes pour le transport des porcs par les éleveurs
L’administration a fixé des règles de biosécurité concernant le transport de porcs réalisé par les éleveurs, qui représente un…
Le système Spotmix mélange et distribue séparément la ration de chaque case. © Ferme des Trinottières
Retour gagnant pour l'alimentateur de précision Spotmix à la ferme expérimentale porcine des Trinottières
À la station expérimentale des chambres d’agriculture des Pays de la Loire, le système d’alimentation Spotmix permet une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)