Aller au contenu principal

Testé par l'Ifip : un nourrisseur transformé en distributeur de paille

L’Ifip a testé à sa station de Romillé des dispositifs pour faciliter la distribution de paille aux porcs en engraissement sur caillebotis.

Distribuer de la paille comme matériau manipulable à des porcs logés sur caillebotis suppose de répondre à plusieurs enjeux. Il faut rendre le matériau attractif pour favoriser une réelle utilisation d’une paille propre tout au long de la journée. Il faut aussi permettre une bonne évacuation des déjections, quel que soit le dispositif (préstockage en bâtiment ou évacuation régulière) en limitant les apports de paille, évitant les pertes directes sous les caillebotis et en jouant sur la longueur de la paille. Enfin, le dispositif doit éviter une surcharge de travail. Pour cela, disposer d’une trémie permettant de stocker la paille constitue un plus.

Limiter les pertes rapides de paille

Pour tenter de répondre à ces questions, l’Ifip a testé trois modèles de distribution de paille conçus à partir de nourrisseurs monoplaces inutilisés sur l’élevage. En complément, pour limiter les pertes rapides de paille sous les caillebotis, ils ont été placés sur des réceptacles de 90 x 60 cm² munis de bordures. Le choix a été fait de travailler avec de la paille hachée (4 cm) pour faciliter l’évacuation des lisiers par gravité. Sur le premier modèle, les joues latérales du nourrisseur ont été découpées pour permettre un accès à la mangeoire par trois côtés. L’apport de paille est ajusté en réglant la hauteur d’ouverture de la fente au fond de la mangeoire. Pour le second modèle, le système précédent est complété par le positionnement d’une grille au-dessus de la mangeoire, la paille est disponible à la fois au niveau de la grille et en fond de mangeoire. Le troisième modèle est adapté du premier en supprimant la mangeoire. La paille descend directement sur le réceptacle. Il est fixé sur la cloison.

Des aménagements en cours de testage

Le nourripaille sans mangeoire est le dispositif le plus utilisé. Ce modèle permet une dissémination de la paille sur le réceptacle ; c’est d’ailleurs au sol que la paille est la plus utilisée par les animaux. Des aménagements ont été faits en cours d’étude pour faciliter l’écoulement de la paille dans les nourripailles. En effet, quel que soit le modèle, nous avons observé du colmatage au niveau de la trappe, lié à l’humidification (salive ou miction). Afin de l’éviter, nous avons positionné une chaînette en fond de mangeoire pour stimuler le brassage et finalement ouvert au maximum la trappe au fond du nourrisseur. Le nourripaille avec une grille en façade a été ensuite utilisé sur deux bandes de porcs, sans poser de problèmes d’évacuation des lisiers. Ce dispositif, comme a priori les deux autres testés, permet de distribuer de la paille, matériau qui remplit l’ensemble des qualités définissant un bon enrichissement du milieu de vie des porcs, sans que ça ne perturbe l’évacuation du lisier. Ces prototypes doivent néanmoins être améliorés pour faciliter l’écoulement de la paille.

 

Les plus

 
Maîtrise des quantités de paille distribuées
Réserve de paille permettant de réduire la fréquence des apports
Pas de passage direct de la paille sous les caillebotis
Réceptacle nécessaire uniquement pour le nourripaille sans mangeoire

 

Les moins

 
Risque de colmatage freinant la descente de paille
Pas d’accès simultané de plusieurs porcs à la paille (sauf nourripaille sans mangeoire)
Nécessité de brasser la paille pour améliorer le contact au niveau de la grille

Les plus lus

, avec Anita et Sylvain Lohier, avec Christophe Hue, technicien bâtiment Eureden (à gauche). "Ces investissements vont permettre d’augmenter l'autonomie de l'élevage en ...
« Avec notre nouveau bâtiment d’engraissement et son silo tour, nous renforçons l’autonomie de notre élevage de porcs »

Anita et Sylvain Lohier ont investi dans un bâtiment pour engraisser tous les porcelets issus de leur atelier naissage. Une…

Guillaume et Clément Trubert  : "Notre projet s'inscrit dans une démarche globale d'autonomie, en matière de commercialisation de nos cochons, de places d'engraissement, ...
« La vente directe a créé de l’emploi sur notre exploitation porcine de 140 truies »

Guillaume et Clément Trubert ont repris l’élevage familial en développant l’activité de vente directe avec l’objectif de…

Avec l'extension du site, comprenant la zone d'attente des porcs vifs ainsi que le dispositif d'étourdissement au CO2, l'abattoir Cooperl Viande a continué de produire ...
Cooperl Viande investit 15 millions d'euros dans son abattoir de Montfort-sur-Meu

Les travaux de modernisation de l’outil d’abattage de Cooperl Viande visent à améliorer la qualité de carcasse, l’…

Les élevages de moins de 150 truies sont souvent insérés dans des exploitations mixtes.
Les élevages de moins de 150 truies détiennent une truie sur six en France

Malgré l’augmentation constante de la taille des exploitations, les élevages de moins de 150 truies détiennent encore 16…

« La sonde d'insémination Easy & Clean évite le nettoyage des vulves des truies»

À la tête d’un élevage de sélection de 250 truies, Olivier Bouchonneau utilise depuis juillet 2023 les sondes Easy &…

quarantaine cochette
Trois leviers pour optimiser la carrière des cochettes

L'analyse des chiffres de la station expérimentale de Cooperl et de la base de données Pass cheptel démontre que la durée de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)