Aller au contenu principal
Font Size

« Transformer la contrainte biosécurité en une opportunité »

La chambre d’agriculture de Bretagne organise une journée destinée aux éleveurs et aux techniciens sur la santé des porcs et celle des travailleurs.

Thierry Marchal, président du groupe de travail porc de la chambre d'agriculture de Bretagne. "Il ne faut pas voir la biosécurité comme une contrainte, mais comme un atout. " © Chambre d'agriculture de ...
Thierry Marchal, président du groupe de travail porc de la chambre d'agriculture de Bretagne. "Il ne faut pas voir la biosécurité comme une contrainte, mais comme un atout. "
© Chambre d'agriculture de Bretagne

À Pontivy le 26 novembre prochain, les ingénieurs de la chambre d’agriculture de Bretagne feront le point sur le contexte sanitaire actuel et développeront l’intérêt des démarches de biosécurité engagées dans les exploitations. « C’est un sujet d’actualité, que chaque éleveur de porc doit s’approprier », souligne Thierry Marchal, président du groupe de travail porc de la chambre. « Il ne faut pas voir la biosécurité comme une contrainte, mais plutôt comme un atout, sur les aspects sanitaires, bien sûr, mais aussi les résultats techniques, les conditions de travail, et sur l’image que nous voulons donner aussi de notre métier en montrant des élevages propres et bien organisés. »

La journée abordera également la santé des travailleurs, et plus particulièrement les mesures qui peuvent être mises en place pour améliorer les conditions de travail. « On peut le faire avec de petits moyens, comme le démontre le concours 'Trucs et astuces' organisé par la chambre d’agriculture », rappelle Thierry Marchal. Des résultats de travaux portant sur les thématiques des équipements de protection individuelle, du déplacement des animaux, ou encore l’impact de nouveaux équipements sur la pénibilité au travail seront présentés l’après-midi (en maternité cases balances ou cases liberté par exemple). « La chambre régionale dispose d’une station expérimentale et d’une équipe de 13 ingénieurs spécialisés qui produisent des expertises neutres et non orientées au service des éleveurs », explique-t-il. « Leur travail est piloté par un groupe de 16 élus de la chambre qui sont des forces de proposition pour orienter les axes de recherche. Chaque ingénieur travaille en binôme avec l’un de ces élus pour renforcer les liens. » Enfin, les interventions apporteront aux éleveurs des éléments de réponses aux interpellations sociétales qui leur sont adressées, au travers par exemple de la relation homme-animal qui est au cœur du métier d’éleveur.

Thierry Marchal souligne aussi la complémentarité évidente entre la chambre d’agriculture et les groupements de producteurs de porcs. « La première a des ressources humaines et un outil pour faire de la recherche. Les seconds sont structurés pour faire du développement. Les deux doivent travailler de concert pour orienter les travaux sur les vrais sujets de préoccupation des éleveurs. »

Cette journée se déroulera de 9 h 30 à 17 h 00 au lycée du Gros Chêne à Pontivy. Entrée gratuite pour les éleveurs. Inscriptions au 02 98 52 49 58 ou par mail à dany.thomas@bretagne.chambagri.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
La case Protek se pose comme le modèle standard du bien-être animal en maternité. © B. Plesse
I-Tek étoffe sa gamme de cases bien-être pour les truies en maternité
I-Tek refond entièrement sa gamme de cases maternité bien-être avec la commercialisation de trois modèles différents.
Les études démontrent des contaminations par les mouches à l'intérieur et à l'extérieur des bâtiments d'élevage. © Elanco
Les mouches peuvent transmettre la fièvre porcine africaine
Des études scientifiques démontrent le rôle important des mouches dans la transmission des maladies du porc.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)