Aller au contenu principal

« Transformer la contrainte biosécurité en une opportunité »

La chambre d’agriculture de Bretagne organise une journée destinée aux éleveurs et aux techniciens sur la santé des porcs et celle des travailleurs.

Thierry Marchal, président du groupe de travail porc de la chambre d'agriculture de Bretagne. "Il ne faut pas voir la biosécurité comme une contrainte, mais comme un atout. " © Chambre d'agriculture de ...
Thierry Marchal, président du groupe de travail porc de la chambre d'agriculture de Bretagne. "Il ne faut pas voir la biosécurité comme une contrainte, mais comme un atout. "
© Chambre d'agriculture de Bretagne

À Pontivy le 26 novembre prochain, les ingénieurs de la chambre d’agriculture de Bretagne feront le point sur le contexte sanitaire actuel et développeront l’intérêt des démarches de biosécurité engagées dans les exploitations. « C’est un sujet d’actualité, que chaque éleveur de porc doit s’approprier », souligne Thierry Marchal, président du groupe de travail porc de la chambre. « Il ne faut pas voir la biosécurité comme une contrainte, mais plutôt comme un atout, sur les aspects sanitaires, bien sûr, mais aussi les résultats techniques, les conditions de travail, et sur l’image que nous voulons donner aussi de notre métier en montrant des élevages propres et bien organisés. »

La journée abordera également la santé des travailleurs, et plus particulièrement les mesures qui peuvent être mises en place pour améliorer les conditions de travail. « On peut le faire avec de petits moyens, comme le démontre le concours 'Trucs et astuces' organisé par la chambre d’agriculture », rappelle Thierry Marchal. Des résultats de travaux portant sur les thématiques des équipements de protection individuelle, du déplacement des animaux, ou encore l’impact de nouveaux équipements sur la pénibilité au travail seront présentés l’après-midi (en maternité cases balances ou cases liberté par exemple). « La chambre régionale dispose d’une station expérimentale et d’une équipe de 13 ingénieurs spécialisés qui produisent des expertises neutres et non orientées au service des éleveurs », explique-t-il. « Leur travail est piloté par un groupe de 16 élus de la chambre qui sont des forces de proposition pour orienter les axes de recherche. Chaque ingénieur travaille en binôme avec l’un de ces élus pour renforcer les liens. » Enfin, les interventions apporteront aux éleveurs des éléments de réponses aux interpellations sociétales qui leur sont adressées, au travers par exemple de la relation homme-animal qui est au cœur du métier d’éleveur.

Thierry Marchal souligne aussi la complémentarité évidente entre la chambre d’agriculture et les groupements de producteurs de porcs. « La première a des ressources humaines et un outil pour faire de la recherche. Les seconds sont structurés pour faire du développement. Les deux doivent travailler de concert pour orienter les travaux sur les vrais sujets de préoccupation des éleveurs. »

Cette journée se déroulera de 9 h 30 à 17 h 00 au lycée du Gros Chêne à Pontivy. Entrée gratuite pour les éleveurs. Inscriptions au 02 98 52 49 58 ou par mail à dany.thomas@bretagne.chambagri.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les animaux produits par Laurent Dartois, l’éleveur, sont destinés à une commercialisation haut de gamme supérieure au label rouge dont la distribution se fera dans les rayons boucherie frais de l’enseigne Intermarché.
« Un élevage de porcs entre le conventionnel et le bio »
Le cahier des charges de la SA Ker Angel est unique dans son genre. Pour le concrétiser, Laurent Dartois, l’éleveur, et le…
Anne Richard est la nouvelle directrice de l'interprofession porcine Inaporc

Anne Richard, actuelle directrice de l'Itavi et d'Anvol (Institut technique de l’aviculture et Interprofession de la volaille…

« La non castration des porcelets, c’est une économie de 10 euros par porc»

L’association des éleveurs « 

Des situations financières plus solides en 2020 pour les élevages de porcs bretons
L’analyse de Cerfrance Bretagne montre un niveau soutenu des marges brutes par truie sur deux années successives. Il a contribué…
Le système de préchauffage testé à Crécom a permis d’améliorer les paramètres d’ambiance (gaz et particules), mesurés par des capteurs installés dans les post-sevrages © Chambres d'agriculture de ...
Le préchauffage de l’air entrant améliore l’ambiance dans les post-sevrages des élevages de porcs
Le système de préchauffage de l’air entrant Biomim proposé par la société Calopor réduit la présence de gaz et de poussières dans…
Cooperl veut se désengager du dispositif collectif de gestion de l'équarissage pour valoriser à terme les co-produits issus des animaux trouvés morts.
Le collectif de la filière porcine française en danger
L’actualité de ces derniers mois démontre les tensions grandissantes dans la filière. Les dossiers de la fin de la castration à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)