Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

« Transformer la contrainte biosécurité en une opportunité »

La chambre d’agriculture de Bretagne organise une journée destinée aux éleveurs et aux techniciens sur la santé des porcs et celle des travailleurs.

Thierry Marchal, président du groupe de travail porc de la chambre d'agriculture de Bretagne. "Il ne faut pas voir la biosécurité comme une contrainte, mais comme un atout. " © Chambre d'agriculture de ...
Thierry Marchal, président du groupe de travail porc de la chambre d'agriculture de Bretagne. "Il ne faut pas voir la biosécurité comme une contrainte, mais comme un atout. "
© Chambre d'agriculture de Bretagne

À Pontivy le 26 novembre prochain, les ingénieurs de la chambre d’agriculture de Bretagne feront le point sur le contexte sanitaire actuel et développeront l’intérêt des démarches de biosécurité engagées dans les exploitations. « C’est un sujet d’actualité, que chaque éleveur de porc doit s’approprier », souligne Thierry Marchal, président du groupe de travail porc de la chambre. « Il ne faut pas voir la biosécurité comme une contrainte, mais plutôt comme un atout, sur les aspects sanitaires, bien sûr, mais aussi les résultats techniques, les conditions de travail, et sur l’image que nous voulons donner aussi de notre métier en montrant des élevages propres et bien organisés. »

La journée abordera également la santé des travailleurs, et plus particulièrement les mesures qui peuvent être mises en place pour améliorer les conditions de travail. « On peut le faire avec de petits moyens, comme le démontre le concours 'Trucs et astuces' organisé par la chambre d’agriculture », rappelle Thierry Marchal. Des résultats de travaux portant sur les thématiques des équipements de protection individuelle, du déplacement des animaux, ou encore l’impact de nouveaux équipements sur la pénibilité au travail seront présentés l’après-midi (en maternité cases balances ou cases liberté par exemple). « La chambre régionale dispose d’une station expérimentale et d’une équipe de 13 ingénieurs spécialisés qui produisent des expertises neutres et non orientées au service des éleveurs », explique-t-il. « Leur travail est piloté par un groupe de 16 élus de la chambre qui sont des forces de proposition pour orienter les axes de recherche. Chaque ingénieur travaille en binôme avec l’un de ces élus pour renforcer les liens. » Enfin, les interventions apporteront aux éleveurs des éléments de réponses aux interpellations sociétales qui leur sont adressées, au travers par exemple de la relation homme-animal qui est au cœur du métier d’éleveur.

Thierry Marchal souligne aussi la complémentarité évidente entre la chambre d’agriculture et les groupements de producteurs de porcs. « La première a des ressources humaines et un outil pour faire de la recherche. Les seconds sont structurés pour faire du développement. Les deux doivent travailler de concert pour orienter les travaux sur les vrais sujets de préoccupation des éleveurs. »

Cette journée se déroulera de 9 h 30 à 17 h 00 au lycée du Gros Chêne à Pontivy. Entrée gratuite pour les éleveurs. Inscriptions au 02 98 52 49 58 ou par mail à dany.thomas@bretagne.chambagri.fr
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

« A Shangaï, la vie reprend son cours habituel », témoigne Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l'Institut français du porc
Face à l’épidémie mondiale de coronavirus, l'espoir vient de Chine. Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l’institut…
Jan Peter Van Ferneij, Ifip-Institut du porc © D. Poilvet
Le Covid-19 pourrait accélérer la démondialisation

Après des années d’intensification du commerce international, la mondialisation est entrée dans le…

Répartition des abattages de porcs en Bretagne par groupe en 2019 © Chambre d'agriculture de ...
La concentration des abattages de porcs bretons se poursuit
Selon les données Uniporc Ouest analysées par la Chambre d’agriculture de Bretagne, la part de Cooperl dans les abattages de la…
Christophe Battas (à droite), et Jean-Charles Cantin, éleveur à Maroué. « L'identification RFID des porcelets permet de gérer un historique de traitement par animal, en totale conformité avec la réglementation. » © D. Poilvet
Cooperl veut élaborer une carte Vitale électronique pour chaque porc
Avec l’utilisation des boucles RFID pour identifier chaque animal, Cooperl a pour ambition de mettre en place un véritable carnet…
[Coronavirus] L’appli de téléconsultation vétérinaire Linkyvet gratuite pendant un mois
Pendant la crise du Covid-19, la solution française de téléconsultation vétérinaire Lynkyvet met à disposition gratuitement la…
Le coronavirus pèse sur les marchés des matières premières pour l'aliment des porcs

Après une période de stabilité au dernier trimestre 2019, le prix de l’aliment pour porc charcutier estimé par l’Ifip a…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)