Aller au contenu principal

Temps de travail : testez-vous !

Suis-je efficace ? Si j’agrandis mon élevage, pour quel volume horaire dois-je recruter ? Sept petites questions vous aident à faire le point sur le temps de travail.

 © D. Poilvet
© D. Poilvet

1- Pour une truie et sa suite, le temps de travail annuel s’élève à 18 heures.

⃞ Vrai

⃞ Faux

2- Comment les écarts entre élevages s’expliquent-ils ?

⃞ Par l’état des bâtiments (âge, cohérence, automatisation)

⃞ Par la taille de l’élevage

⃞ Par l’état d’esprit de l’exploitant

⃞ Par le niveau de spécialisation de l’exploitation

3- Petit élevage = gros temps de travail

⃞ Vrai

⃞ Faux

4- Si j’agrandis mon élevage de 100 truies naisseur engraisseur, je dois recruter un salarié à temps plein.

⃞ Vrai

⃞ Faux

5- Le naissage représente la moitié du temps de travail.

⃞ Vrai

⃞ Faux

6- Les éleveurs qui ont le plus faible temps de travail par truie et par an sont les plus épanouis.

⃞ Vrai

⃞ Faux

7- Pour le temps passé en bâtiments, ce sont les tâches quotidiennes qui prennent le plus de temps.

⃞ Vrai

⃞ Faux

Réponses :

1- VRAI, mais c’est une moyenne. Les temps mesurés en élevage en 2014 allaient de 12 heures par truie et par an à 35 heures par truie et par an.
2- Toutes les réponses sont vraies. En moyenne, le temps de travail par truie diminue lorsque la taille de l’élevage augmente. Les exploitations les plus efficaces ont généralement des bâtiments plus automatisés et plus cohérents, ce qui évite des pertes de temps. Enfin, les exploitants à la tête des exploitations les plus efficaces se présentent souvent comme « entrepreneurs », et la part des cultures dans l’exploitation est plus faible.
3- FAUX. En moyenne, les petits élevages ont un temps de travail plus élevé. Mais cela traduit surtout une grande diversité. Ainsi, dans l’enquête de 2014, on trouvait des élevages de moins de 250 truies à 12 heures par truie et par an, et d’autres à 35 heures par truie et par an. Les élevages de grande taille ont un temps de travail inférieur ou égal à la moyenne. Parmi les élevages de moins de 200 truies, les situations sont plus variées.
 
4- VRAI, à peu près. Ce ratio est à adapter à l’état du bâtiment. On peut compter qu’un salarié peut gérer environ 120 truies dans un élevage moderne, automatisé. Si les bâtiments sont vieux, peu cohérents et qu’il reste de l’alimentation manuelle, il faut compter moins : environ 70 truies naisseur engraisseur pour un salarié à 35 heures.
5-VRAI. Dans un élevage porcin naisseur engraisseur, le temps se répartit entre : une moitié sur le naissage (9 h/truie/an), un tiers sur l’engraissement (6 h/truie/an), et un sixième (3 h/truie/an) sur les autres tâches (administratif, réunions, etc.).
6- FAUX, ce n’est pas lié. Le temps de travail par truie et par an (« efficacité ») n’est pas le seul indicateur pertinent ; il faut aussi regarder la charge de travail de chacun. Pour cela, il est intéressant de regarder le temps de travail pour chacune des semaines de la conduite. Au-delà de 50 heures par semaine, sur l’atelier porc, il est difficile de garder du temps pour les imprévus (pannes, absences, etc.) et pour le repos.
7-VRAI. Pour le naissage comme pour l’engraissement, les tâches quotidiennes (surveillance, alimentation, raclage, etc.) représentent environ la moitié du temps.
 
Les données de cet article sont issues de l’enquête temps de travail 2014, réalisée avec le soutien du Compte d’affectation spéciale pour le développement agricole et rural

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

La qualité des gras des porcs immuno-vaccinés est aussi moins bonne que celle des porcs castrés chirurgicalement. © Zoetis
L’immuno-vaccination pour les races de porc locales ?

Deux instituts de recherche polonais mettent en avant l’intérêt de l’immuno-castration pour pallier à l’arrêt de la…

Le rattachement au cahier des charges qualité-traçabilité au logo Le Porc Français répond au besoin de mieux valoriser la production nationale. © D. Poilvet
Le Porc Français s’adosse au cahier des charges qualité traçabilité
L’interprofession Inaporc a annoncé la fusion de la démarche Le Porc Français et du cahier des charges QT enrichi de nouveaux…
La station de Romillé se dote d'un nouveau bâtiment permettant d'engraisser la totalité des porcelets produits. © Ifip
Romillé, un outil pour une R & D d’excellence
Bien-être, numérique, biosécurité… La station expérimentale de l’Ifip évolue pour répondre aux nouveaux enjeux de la filière…
Michel Bloch, président de l'Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne. « Si nous pensons au court terme pour nos structures, on ne fera rien. Si nous pensons aux éleveurs, l’AOP se fera.» © D. Poilvet
« Le projet d’AOP est entre les mains des groupements »
Le président de l’UGPVB, Michel Bloch, exhorte les administrateurs des groupements à valider le projet d’association d’…
Exportations européennes de viande de porc © MPB
Les exportations de viande de porc de l’UE progressent toujours

Les exportations de viande de porc de l’Union européenne vers les pays tiers ont encore augmenté en…

Comment reconnecter les éleveurs de porcs et les consommateurs
Au grand débat du Space, écologistes, éleveurs et communicants ont débattu sur les moyens de reconnecter éleveurs de porcs et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)