Aller au contenu principal
Font Size

Smartpharm, la pharmacie informatisée

L’Ifip a codéveloppé et testé un outil de numérisation des saisies des traitements vétérinaires qui permet le suivi sanitaire de l’élevage et assure une traçabilité complète.

L’Ifip et la société Asserva ont conçu l’outil Smartpharm à destination des éleveurs souhaitant simplifier leur registre des traitements et améliorer leur suivi sanitaire. Ce registre, obligatoire, est souvent réalisé sur papier et ne permet pas un pilotage quotidien du sanitaire de l’élevage. L’objectif de Smartpharm est de proposer un outil simple pour disposer d’un tableau de bord de suivi de la médication afin d’analyser, comparer et comprendre ses pratiques de traitements. De plus cette numérisation offre une meilleure traçabilité en permettant l’édition de fiches, par porc ou par lot, contenant l’historique des traitements reçus. Les éleveurs peuvent alors valoriser les animaux dans des filières spécifiques et diversifier leurs débouchés.

Un outil, deux supports

L’Ifip a testé une version PC autonome qui permet à l’utilisateur d’affecter les traitements, de les suivre en temps réel et d’éditer les fiches traçabilité. Cette solution PC peut être complétée par une application smartphone, dont la mise en place nécessite l’installation d’un réseau wifi local (pas besoin d’internet) sur l’ensemble de l’élevage pour la connexion des terminaux. À l’aide de cette application, l’éleveur commence par scanner une carte NFC qu’il aura au préalable affectée à un médicament. La posologie recommandée s’affiche selon les informations provenant de Gvet, une base de données sécurisée sur les traitements vétérinaires en élevage porcins proposant des références développées par l’Ifip, l’Anses et Isagri. L’éleveur ajuste cette posologie selon la prescription de son vétérinaire et indique le motif du traitement. Il peut maintenant administrer le médicament et, dans le même temps, l’attribuer aux animaux concernés en scannant une seconde carte NFC, associée à un emplacement (salle/case), ou directement la boucle RFID de l’animal. L’application sert également d’interface privilégiée pour renseigner les mouvements d’animaux. Ceux-ci sont indispensables au bon fonctionnement de l’outil (affectation des traitements et calcul des indicateurs). Au quotidien, la navigation sur l’application est très facile et intuitive grâce à des pictogrammes très visuels au style épuré.

Des références pertinentes pour une meilleure analyse

Les rapports sont édités selon les critères de l’éleveur et de son vétérinaire pour une analyse personnalisée. Dans ces rapports, l’éleveur peut se comparer aux références fournies par Gvet. Ce dernier regroupe les registres de traitements informatisés et calcule des indicateurs pertinents. Ce pilotage précis et en temps réel permet de cibler les points à corriger dans le but de réduire les consommations d’antibiotiques ainsi que les dépenses de santé.

+

Application ergonomique et épurée
Pilotage de l’exploitation
Suivi de l’état sanitaire en temps réel
Technologie NFC simple et rapide
Mise en place peu compliquée
Ne nécessite pas de couverture 4G ni de bon débit ADSL

-

Nécessite d’être connecté au wifi
Nécessite l’état des stocks animaux à jour
Absence de connectivité avec d’autres automates (flux d’animaux)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
La case Protek se pose comme le modèle standard du bien-être animal en maternité. © B. Plesse
I-Tek étoffe sa gamme de cases bien-être pour les truies en maternité
I-Tek refond entièrement sa gamme de cases maternité bien-être avec la commercialisation de trois modèles différents.
L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les études démontrent des contaminations par les mouches à l'intérieur et à l'extérieur des bâtiments d'élevage. © Elanco
Les mouches peuvent transmettre la fièvre porcine africaine
Des études scientifiques démontrent le rôle important des mouches dans la transmission des maladies du porc.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)