Aller au contenu principal
Font Size

Pure Logistique élimine les sondes usagées

La coopérative Yxia a mis en place une filière d’élimination des sondes d’insémination simple, respectueuse des exigences réglementaires et des contraintes sanitaires.

Julien Morand, responsable logistique Yxia. "Pure Logistique répond à la demande des éleveurs pour l'élimination des déchets selon les normes réglementaires."
© C. Julien

Les sondes d’insémination sont considérées comme des déchets à risques infectieux. Pas question de les jeter dans une simple poubelle. La réglementation oblige d’éliminer ces déchets par une filière agréée. « Que leur traitement soit payant, d’accord mais à un tarif acceptable et avec une logistique simple à gérer », estime Gérard Corvoisier. Cet éleveur de La Chapelle-Bouëxic, en Ille-et-Vilaine, a enfin trouvé la solution qu’il attendait avec Pure Logistique, une filiale d’Yxia opérationnelle depuis septembre 2017. « La coopérative Yxia a créé Pure Logistique pour répondre à la demande des éleveurs d’une élimination de ces déchets selon les normes réglementaires et qui soit adaptée aux contraintes de traçabilité et de sécurité sanitaire de la production porcine », retrace Julien Morand, son responsable logistique.

Les sondes sont collectées dans des emballages identifiés et normés. Les containers comprennent un sac plastique hermétique qui peut recevoir les sondes, leur emballage, les doses et les lingettes de nettoyage. L’éleveur peut mettre une centaine de sondes par container. Ces containers seront détruits dans l’un des trois centres de traitements du Grand Ouest, Brest, Rennes ou Nantes.

La sécurité avant tout

Pour répondre aux attentes des éleveurs, Pure Logistique met l’accent sur la sécurité sanitaire de cette collecte. Elle est assurée par une flotte de véhicules spécifiques, avec deux caissons, un pour les emballages vides, l’autre pour les containers pleins. Les camions sont désinfectés, intérieur et extérieur, après chaque tournée. Leurs chauffeurs ont été formés au respect des précautions sanitaires, à la fois en élevages et pour le transport de matières dites à risque.

Question tarif, « pour un élevage de 280 truies, ça revient à 1 €/an/truie, chiffre Charline Leroy, responsable commerciale. Il y a un abonnement de 15€ par mois et 6 centimes par sonde ». La collecte des sondes peut être couplée à celle des « piquants/coupants ». « Il y aura un seul coût de collecte, rassure Charline Leroy. Le traitement d’un fût de 50 litres pour ces déchets est à 24,9€. » Cette collecte est accessible à tous les éleveurs du Grand Ouest « même ceux qui ne travaillent pas avec nous pour la semence, précise Charline Leroy. Nos containers sont également adaptés pour les Dasri (1) des autres espèces ».

Une organisation efficace

Chaque éleveur intéressé reçoit la visite d’un commercial. Ensemble, ils calculent le volume de déchets à collecter, le nombre de containers à prévoir et identifient un lieu de dépôt propre pour les containers vides et un lieu de collecte pour les containers pleins. Selon le nombre de sondes à collecter, la récupération est mensuelle ou trimestrielle. « Je reçois un SMS qui m’avertit de la date de collecte mais comme le volume est connu d’avance, je n’ai pas besoin d’appeler pour un passage. C’est automatique, apprécie Gérard Corvoisier. Je signe le bordereau d’enlèvement et j’ai mon justificatif de traitement. » Justificatif qui, en cas de contrôle, servira à prouver la bonne gestion des déchets. « C’est pratique, tracé et sécurisé. Ça contribue à une meilleure image de notre filière », apprécie Gérard Corvoisier.

(1) Déchets d’activités de soins à risques infectieux.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
La case Protek se pose comme le modèle standard du bien-être animal en maternité. © B. Plesse
I-Tek étoffe sa gamme de cases bien-être pour les truies en maternité
I-Tek refond entièrement sa gamme de cases maternité bien-être avec la commercialisation de trois modèles différents.
Les études démontrent des contaminations par les mouches à l'intérieur et à l'extérieur des bâtiments d'élevage. © Elanco
Les mouches peuvent transmettre la fièvre porcine africaine
Des études scientifiques démontrent le rôle important des mouches dans la transmission des maladies du porc.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)