Aller au contenu principal

Porvéo poursuit sa stratégie de différenciation

Depuis le 1 janvier 2018, le rapprochement des groupements CAM 53 et Terrena est abouti. C’est désormais Porvéo qui fédère tous les acteurs du groupement porcs Terrena autour de la différenciation de leurs filières.

Thierry Lambert, président de Porvéo, le groupement porc de Terrena.
© C.Julien

Après deux années de transition, Porvéo s’est installé dans le paysage des groupements. Les fusions, d’abord de CAP 50 et de la CAM 53, puis avec la section porc de Terrena, ont permis au groupement d’atteindre une taille cohérente avec 317 adhérents et 823 000 charcutiers commercialisés. De nouveaux élevages ont rejoint le groupement et sept installations ont eu lieu sur 2017. « Ça, plus un cours, pas encore au beau fixe mais meilleur en 2017, des résultats techniques sur le nombre de sevrés qui progressent, nous redonnent le moral », apprécie Thierry Lambert, son président, lors de l’assemblée générale du 16 mars.

Segmenter l’offre pour ramener de la valeur ajoutée

Même en ayant réussi sa fusion, Porvéo sait ne pas rivaliser en termes de volumes face aux grands groupements. Porvéo mise donc sur ses filières différenciées pour aller chercher de la valeur ajoutée. Les marques « Nouvelle agriculture » et « bien produire, bien consommer » représentent déjà 43 % des volumes. Le bio et le label rouge y ajoutent 9 %. Pour intégrer le surcoût de ces différents cahiers des charges, le groupement prend en compte le coût de revient pour le paiement des porcs label rouge et « bien produire, bien consommer ». Dans la filière « Nouvelle agriculture », la plus value est indexée sur le cours du MPB et le prix de l’aliment. En bio, le contrat est indexé sur le prix de l’aliment. « Il y a une forte demande en bio et sans antibiotiques, indique Thierry Lambert. Nous travaillons aussi à plus faire entrer nos produits dans la restauration hors domicile. Une autre piste pour ramener de la valeur ajoutée est de mieux valoriser toutes les pièces de nos porcs sous cahiers des charges, principalement pour la filière bio. »

Continuer ce travail de différenciation passe aussi par le dossier bien-être. « Avec Tibena, notre outil d’évaluation du bien-être, nous avons déjà une longueur d’avance, apprécie Vincent Varin, le vice-président de Porvéo. Avec les éleveurs volontaires, nous réalisons des essais pour arrêter la caudectomie ou le limage des dents, trouver des alternatives à la castration. Nous avons tout à gagner à être force de propositions pour améliorer le bien-être. »

Vers une meilleure maîtrise sanitaire

Pour 2018, Porvéo entend bien cultiver son avance sur le sanitaire et la démédication. « Cette stratégie permet un retour rapide aux éleveurs, argumente Julien Ségalen, le directeur du groupement. Nous sommes à une moyenne de frais vétérinaires de 89 euros, alors que la moyenne Ifip est à 110 euros. » L’accompagnement des éleveurs vers une meilleure maîtrise sanitaire se poursuit par la mise en place de plans d’actions personnalisés et la meilleure valorisation des contrôles des poumons et foies à l’abattoir. Les éleveurs espèrent également des gains rapides grâce à l’accélération du progrès génétique par la génomique.

Porveo en chiffres

317 éleveurs (Manche, Mayenne, Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Ille-et-Vilaine)
822 883 charcutiers vendus (-2,5 %/2016)
136 millions de chiffre d’affaires en 2017
22,9 porcs/truie/an (26,9 pour les 15 % meilleurs)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

François Valy, président de la FNP
La Fédération nationale porcine met la pression sur la grande distribution
La fédération nationale porcine (FNP) estime que l’aval et les GMS doivent payer les hausses de prix. Elle milite également pour…
L'introduction de matières premières non consommable par l'homme dans l'aliment des porcs (tourteau de tournesol, par exemple) permet de limiter la compétition alimentaire entre l'homme et l'animal.
Le porc peut être producteur net de protéines
En valorisant des matières premières végétales non comestibles par l’homme, l’élevage de porc peut produire plus de protéines…
Cooperl lance sa Bulle environnement
Communiquer sur les efforts entrepris en faveur de l’environnement, tel est l’objectif de la « Bulle environnement »…
Leon Trentmann. «Les enregistrements demandés par ITW me demandent quatre heures de plus chaque semaine.»
« Le bien-être doit être rentable pour l’éleveur de porc »
Leon Trentmann, éleveur de porcs naisseur-engraisseur en Allemagne, s’est engagé dans la démarche ITW. Une subvention a quasiment…
Les truies sont rapidement mises en liberté après l’insémination : elles disposent alors de 2,25m² par animal comme en gestante.
Vers une réduction de la contention dans les verrateries des élevages de porcs
En verraterie, il est possible d’améliorer le bien-être animal et le bilan environnemental en associant la mise en liberté des…
Cette barquette d'échine de porc  indique qu'il s'agit d'une viande bien-être (ITW) classée en mode de conduite 2.
Bien-être du porc : l'Allemagne veut faire simple pour être efficace
La filière viande allemande a pris à bras-le-corps la problématique du bien-être animal en édictant des règles applicables par la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)