Aller au contenu principal
Font Size

Porvéo poursuit sa stratégie de différenciation

Depuis le 1 janvier 2018, le rapprochement des groupements CAM 53 et Terrena est abouti. C’est désormais Porvéo qui fédère tous les acteurs du groupement porcs Terrena autour de la différenciation de leurs filières.

Thierry Lambert, président de Porvéo, le groupement porc de Terrena.
© C.Julien

Après deux années de transition, Porvéo s’est installé dans le paysage des groupements. Les fusions, d’abord de CAP 50 et de la CAM 53, puis avec la section porc de Terrena, ont permis au groupement d’atteindre une taille cohérente avec 317 adhérents et 823 000 charcutiers commercialisés. De nouveaux élevages ont rejoint le groupement et sept installations ont eu lieu sur 2017. « Ça, plus un cours, pas encore au beau fixe mais meilleur en 2017, des résultats techniques sur le nombre de sevrés qui progressent, nous redonnent le moral », apprécie Thierry Lambert, son président, lors de l’assemblée générale du 16 mars.

Segmenter l’offre pour ramener de la valeur ajoutée

Même en ayant réussi sa fusion, Porvéo sait ne pas rivaliser en termes de volumes face aux grands groupements. Porvéo mise donc sur ses filières différenciées pour aller chercher de la valeur ajoutée. Les marques « Nouvelle agriculture » et « bien produire, bien consommer » représentent déjà 43 % des volumes. Le bio et le label rouge y ajoutent 9 %. Pour intégrer le surcoût de ces différents cahiers des charges, le groupement prend en compte le coût de revient pour le paiement des porcs label rouge et « bien produire, bien consommer ». Dans la filière « Nouvelle agriculture », la plus value est indexée sur le cours du MPB et le prix de l’aliment. En bio, le contrat est indexé sur le prix de l’aliment. « Il y a une forte demande en bio et sans antibiotiques, indique Thierry Lambert. Nous travaillons aussi à plus faire entrer nos produits dans la restauration hors domicile. Une autre piste pour ramener de la valeur ajoutée est de mieux valoriser toutes les pièces de nos porcs sous cahiers des charges, principalement pour la filière bio. »

Continuer ce travail de différenciation passe aussi par le dossier bien-être. « Avec Tibena, notre outil d’évaluation du bien-être, nous avons déjà une longueur d’avance, apprécie Vincent Varin, le vice-président de Porvéo. Avec les éleveurs volontaires, nous réalisons des essais pour arrêter la caudectomie ou le limage des dents, trouver des alternatives à la castration. Nous avons tout à gagner à être force de propositions pour améliorer le bien-être. »

Vers une meilleure maîtrise sanitaire

Pour 2018, Porvéo entend bien cultiver son avance sur le sanitaire et la démédication. « Cette stratégie permet un retour rapide aux éleveurs, argumente Julien Ségalen, le directeur du groupement. Nous sommes à une moyenne de frais vétérinaires de 89 euros, alors que la moyenne Ifip est à 110 euros. » L’accompagnement des éleveurs vers une meilleure maîtrise sanitaire se poursuit par la mise en place de plans d’actions personnalisés et la meilleure valorisation des contrôles des poumons et foies à l’abattoir. Les éleveurs espèrent également des gains rapides grâce à l’accélération du progrès génétique par la génomique.

Porveo en chiffres

317 éleveurs (Manche, Mayenne, Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Ille-et-Vilaine)
822 883 charcutiers vendus (-2,5 %/2016)
136 millions de chiffre d’affaires en 2017
22,9 porcs/truie/an (26,9 pour les 15 % meilleurs)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
À l’entrée de l’élevage, une signalétique oriente les visiteurs vers les différents points d’entrée de l’élevage. Un parking à voiture a été aménagé en zone publique. © T. Marchal
Les entrées des élevages de porcs doivent être protégées pour assurer une biosécurité efficace
Thierry Marchal a mis en place des mesures de bon sens pour gérer correctement les points de passage entre la zone d’élevage et l…
La bétaillère doit être systématiquement nettoyée et désinfectée après chaque transport. © D. Poilvet
Des règles strictes pour le transport des porcs par les éleveurs
L’administration a fixé des règles de biosécurité concernant le transport de porcs réalisé par les éleveurs, qui représente un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)