Aller au contenu principal

Plus de porcelets de qualité pour la Libra d’Hypor

La génétique femelle franco-néerlandaise se distingue, selon les éleveurs qui témoignaient au forum Imevia, par son calme et la qualité de ses issus.

Arnaud Pelliet, Imevia. "La meilleure qualité des porcelets se traduit par un taux de pertes sevrage-vente inférieur de 0,5 point à la référence nationale."
© D. Poilvet

"Docile, facile à gérer, maternelle, laitière…" les termes élogieux employés par les éleveurs qui témoignaient au forum Imévia à Saint-Brieuc, le 12 juin dernier, n’ont pas manqué pour qualifier la truie Libra, fer de lance en génétique femelle de la société franco-néerlandaise Hypor. "Depuis 2013, nous avons gagné 0,25 porcelet par portée et par an sous les primipares", a détaillé Arnaud Pelliet, responsable technique Imévia. "Mais il faut surtout noter que l’écart entre les nés totaux et les sevrés est passé de 1,5 à 1,2 porcelet par portée. Cette évolution démontre l’amélioration de la qualité des porcelets à la naissance, une clé essentielle de la rentabilité des ateliers naissage." Une qualité qui se traduit également par un taux de pertes sevrage-vente inférieur de 0,5 point à la référence nationale, "soit un gain de 0,80 euro par porc". Arnaud Pelliet souligne aussi que la rentabilité des élevages dépend beaucoup des progrès sur l’indice de consommation. "D’ici cinq ans, les 10 % meilleurs verrats de notre lignée Maxter auront un indice de consommation sevrage-vente inférieur à deux. L’amélioration de ce critère permet aux éleveurs d’économiser un euro par porc et par an." Un Maxter également réputé pour sa croissance rapide. "Les 10 % meilleurs clients d’Imevia utilisant le Maxter obtiennent un GMQ sevrage-vente de 783 grammes par jour. Sept jours d’âge en moins à 115 kg, c’est + 2,50 euros par porc grâce au gain de poids." Des performances qu’explique Luis Pietro, le directeur général d’Hypor. "En parallèle aux mesures classiques d’évaluation des performances de nos lignées, nous testons individuellement les produits finaux en conditions sanitaires normales. Toutes les données de carcasse sont individuellement enregistrées. Ces données apportent plus de précision dans l’estimation des valeurs génétiques de nos lignées pures." La génomique est aussi un outil désormais essentiel pour accélérer l’amélioration génétique. "Elle nous permet de faire une estimation plus précise des caractères de chaque animal." Des améliorations qui, en plus des critères traditionnels que sont la reproduction, l’efficacité alimentaire et la qualité des carcasses, portent aussi sur des critères qualitatifs : "survie et résistance des animaux aux maladies, qualité des porcelets à la naissance, performances sur des carcasses lourdes"…et aussi sur une alternative à la castration chirurgicale grâce à la technique de l’édition du génome, une technique de biologie moléculaire qui modifie le génome de l’animal en utilisant des enzymes particulières jouant le rôle de ciseaux moléculaires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Arrêt de la castration à vif : la pression monte
L’association d’éleveurs « pour le bien-être animal et la non castration » reste mobilisée au sujet de l’arrêté interdisant…
Michel et Bruno Hamon, Gaec Coat-Bihan. « Le lavage révèle la dextérité de celui qui le programme. » © D. Poilvet
Lavage en élevage de porc : « Le robot fait le travail le plus pénible »
Les associés du Gaec Coat Bihan à Plédéliac, dans les Côtes-d’Armor, utilisent deux robots de lavage pour laver toutes les salles…
Les nez humains doivent sentir les molécules odorantes sur le gras chauffé des carcasses. © UGPVB
Un kit de sélection des futurs nez humains pour détecter les odeurs sexuelles sur les carcasses de porcs en abattoir
Dans l’hypothèse d’un développement de la production de mâles entiers ou immunovaccinés, Armelle Prunier de l’Inrae a mis au…
Le nombre d’Enterococcus et de coliformes totaux dans la soupe peut être un indicateur d’une soupe de mauvaise qualité microbiologique et à risque de diarrhées néonatales. © D. Poilvet
Un lien entre l’hygiène de la soupe des truies et les diarrhées néonatales
Une étude de Porc. spective montre que le risque d’avoir des diarrhées néonatales augmente lorsque le dénombrement d’entérocoques…
Yann Grelet, avec Jean-Jacques Rocher, technico-commercial Nutréa, et Anne Bouché, responsable marché en nutrition porc Nutréa. L’entreprise a suivi chez Yann Grelet les performances des porcs charcutiers alimentés au blé noir grâce notamment à une bascule connectée qui pèse instantanément les animaux en cours d’engraissement. © D. Poilvet
Nutréa lance le porc « cultivé et nourri au blé noir »
Deux ans d’investigations ont été nécessaires à Nutréa en collaboration avec un éleveur morbihannais pour élaborer un cahier des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)