Aller au contenu principal
Font Size

Plus de porcelets de qualité pour la Libra d’Hypor

La génétique femelle franco-néerlandaise se distingue, selon les éleveurs qui témoignaient au forum Imevia, par son calme et la qualité de ses issus.

Arnaud Pelliet, Imevia. "La meilleure qualité des porcelets se traduit par un taux de pertes sevrage-vente inférieur de 0,5 point à la référence nationale."
© D. Poilvet

"Docile, facile à gérer, maternelle, laitière…" les termes élogieux employés par les éleveurs qui témoignaient au forum Imévia à Saint-Brieuc, le 12 juin dernier, n’ont pas manqué pour qualifier la truie Libra, fer de lance en génétique femelle de la société franco-néerlandaise Hypor. "Depuis 2013, nous avons gagné 0,25 porcelet par portée et par an sous les primipares", a détaillé Arnaud Pelliet, responsable technique Imévia. "Mais il faut surtout noter que l’écart entre les nés totaux et les sevrés est passé de 1,5 à 1,2 porcelet par portée. Cette évolution démontre l’amélioration de la qualité des porcelets à la naissance, une clé essentielle de la rentabilité des ateliers naissage." Une qualité qui se traduit également par un taux de pertes sevrage-vente inférieur de 0,5 point à la référence nationale, "soit un gain de 0,80 euro par porc". Arnaud Pelliet souligne aussi que la rentabilité des élevages dépend beaucoup des progrès sur l’indice de consommation. "D’ici cinq ans, les 10 % meilleurs verrats de notre lignée Maxter auront un indice de consommation sevrage-vente inférieur à deux. L’amélioration de ce critère permet aux éleveurs d’économiser un euro par porc et par an." Un Maxter également réputé pour sa croissance rapide. "Les 10 % meilleurs clients d’Imevia utilisant le Maxter obtiennent un GMQ sevrage-vente de 783 grammes par jour. Sept jours d’âge en moins à 115 kg, c’est + 2,50 euros par porc grâce au gain de poids." Des performances qu’explique Luis Pietro, le directeur général d’Hypor. "En parallèle aux mesures classiques d’évaluation des performances de nos lignées, nous testons individuellement les produits finaux en conditions sanitaires normales. Toutes les données de carcasse sont individuellement enregistrées. Ces données apportent plus de précision dans l’estimation des valeurs génétiques de nos lignées pures." La génomique est aussi un outil désormais essentiel pour accélérer l’amélioration génétique. "Elle nous permet de faire une estimation plus précise des caractères de chaque animal." Des améliorations qui, en plus des critères traditionnels que sont la reproduction, l’efficacité alimentaire et la qualité des carcasses, portent aussi sur des critères qualitatifs : "survie et résistance des animaux aux maladies, qualité des porcelets à la naissance, performances sur des carcasses lourdes"…et aussi sur une alternative à la castration chirurgicale grâce à la technique de l’édition du génome, une technique de biologie moléculaire qui modifie le génome de l’animal en utilisant des enzymes particulières jouant le rôle de ciseaux moléculaires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
À l’entrée de l’élevage, une signalétique oriente les visiteurs vers les différents points d’entrée de l’élevage. Un parking à voiture a été aménagé en zone publique. © T. Marchal
Les entrées des élevages de porcs doivent être protégées pour assurer une biosécurité efficace
Thierry Marchal a mis en place des mesures de bon sens pour gérer correctement les points de passage entre la zone d’élevage et l…
La bétaillère doit être systématiquement nettoyée et désinfectée après chaque transport. © D. Poilvet
Des règles strictes pour le transport des porcs par les éleveurs
L’administration a fixé des règles de biosécurité concernant le transport de porcs réalisé par les éleveurs, qui représente un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)