Aller au contenu principal
Font Size

Odeurs de mâles entiers : les lignées génétiques ne sont pas toutes égales

Gène + a dévoilé les premiers résultats de l’évaluation des risques d’odeur sur les mâles entiers issus du Piétrain Gène+ et de la Youna.

Michel Sourdioux, directeur Gène+
Michel Sourdioux, directeur Gène+
© dp

«Aucun maillon de la filière ne peut garantir aujourd'hui le risque zéro d'odeurs sexuelles sur les carcasses", affirme Michel Sourdioux, le nouveau directeur de Gène+. Il y a cependant des schémas génétiques qui s’approchent un peu plus que d’autres de cet objectif. « D’après une étude réalisée à la station de testage du Rheu par l’agence de sélection porcine et l’Ifip, les issus du Piétrain Gène + et de la truie Youna présentent un risque de mauvaises odeurs à l’abattoir moins important que la moyenne des autres types de porcs charcutiers présents sur le marché français », affirmait-il le 5 décembre dernier lors du forum Gène+ au Mans. Selon ces résultats, seulement 6 % des issus du croisement Gène+ présentent un risque élevé, et 18 % un risque modéré, contre respectivement 17 % et 16 % pour la moyenne.
D’après une autre étude publiée par l’Inra, le Piétrain est la race la moins à risque de toutes les génétiques utilisées en France. Le Landrace présente un risque important de production de scatol, un composé chimique malodorant produit par la flore bactérienne des mâles entiers. Le Duroc est plutôt à risque pour la production d’androsténone, un stéroïde produit par les testicules et stocké dans le gras. Les données concernant les lignées sino-européennes sont méconnues. « Mais les tests réalisés à la station du Rheu prouvent qu’il n’y a pas de risques d’odeurs plus élevés sur les issus de la Youna », constate-t-il. Cependant, le risque de commercialiser des carcasses présentant des odeurs de verrats est toujours bien réel, et pourrait affecter la consommation de porcs si leur détection à l’abattoir n’est pas maîtrisée. Pour diminuer ce risque, la sélection génétique a un rôle essentiel à jouer. Une sélection uniquement sur la voie mâle est envisageable et permettrait d’éviter des effets négatifs sur les critères de reproduction des lignées femelles. Les OSP françaises ont engagé des simulations avec l’Inra pour évaluer l’efficacité d’une sélection indirecte sur la croissance, la teneur en gras ou encore l’âge à la puberté, des critères corrélés avec les odeurs de verrat. Enfin, la sélection à l’aide de marqueurs génétiques constitue certainement une voie d’avenir. Des gènes agissant sur la teneur en androsténone et en scatol ont été détectés sur le porc. Cela sera-t-il suffisant pour produire d’ici 2018 des carcasses de mâles entiers exemptes d’odeurs de verrats? « Ce qui est sûr, c’est qu’en cinq ans, la génétique ne va pas résoudre seule le problème des odeurs », conclut Michel Sourdioux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
À l’entrée de l’élevage, une signalétique oriente les visiteurs vers les différents points d’entrée de l’élevage. Un parking à voiture a été aménagé en zone publique. © T. Marchal
Les entrées des élevages de porcs doivent être protégées pour assurer une biosécurité efficace
Thierry Marchal a mis en place des mesures de bon sens pour gérer correctement les points de passage entre la zone d’élevage et l…
La bétaillère doit être systématiquement nettoyée et désinfectée après chaque transport. © D. Poilvet
Des règles strictes pour le transport des porcs par les éleveurs
L’administration a fixé des règles de biosécurité concernant le transport de porcs réalisé par les éleveurs, qui représente un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)