Aller au contenu principal

L’UGPVB veut plus de budget pour les programmes opérationnels

L’Union des groupements de viande de Bretagne (UGPVB) réclame de l’État que l’enveloppe des programmes opérationnels de la prochaine Pac soit rehaussée pour retrouver de la compétitivité, ont fait savoir ses représentants lors de son assemblée générale, le 2 décembre à Saint-Pol-de-Léon, dans le Finistère.

Michel Bloc'h, président de l'UGPVB. «Nous voulons obtenir des financements des programmes opérationnels de la nouvelle Pac.»
Michel Bloc'h, président de l'UGPVB. «Nous voulons obtenir des financements des programmes opérationnels de la nouvelle Pac.»
© D. Poilvet

Pour l’UGPVB, la compétitivité est clairement un enjeu de souveraineté alimentaire. Les programmes opérationnels sont des dispositifs de la Pac qui permettent aux organisations de producteurs (OP) et associations d’OP de cofinancer avec l’Europe des projets sur trois à cinq ans. Les sujets visés concernent l’amélioration de leur stratégie commerciale (marques, cahiers des charges, outils de gestion de crise…), l’orientation de leurs pratiques en matière d’environnement et de bien-être animal, ou encore le développement de projets de recherche expérimentale, etc. Dans la nouvelle Pac (2023-2027), la Commission européenne permet aux États membres de disposer d’une enveloppe dédiée aux programmes opérationnels correspondant au maximum à 3 % du premier pilier. Or, la France a fait le choix de la limiter à 0,5 %.

Conforter l’organisation de la production

Dans le Grand Ouest, les AOP Porc Grand Ouest, Poplait et Cerafel (légumes) ont communiqué ensemble il y a quelques mois pour dénoncer le manque d‘envergure de l’ambition française dans son PSN (Plan stratégique national, déclinaison française de la Pac), qu’elle a remis à la Commission européenne. L’UGPVB demande aujourd’hui de « maintenir l’engagement pris sur 0,5 % du premier pilier en 2024 pour l’augmenter progressivement à 1 % en 2025, 2 % en 2026 jusqu’à 3 % en 2027 ». Une disposition qui permettrait à la France de conforter l’organisation de sa production pour consolider sa souveraineté alimentaire au travers de projets portés par les producteurs. Car les filières d’élevage du Grand Ouest, du moins celles représentées par l’UGPVB (porc, bovins, poules pondeuses) craignent de voir leur potentiel de production rogné par les crises qui se succèdent.

Les plus lus

Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne « J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
« J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne. En 2021, il a fait le choix de mettre en place un…
Un biofiltre bien optimisé permet de réduire plus de 50% des émissions d’ammoniac.
La biofiltration pour réduire les émissions d'ammoniac et les odeurs des bâtiments porcins
La biofiltration est un système de traitement de l’air en sortie de ventilation qui permet de réduire les émissions d’ammoniac et…
Avec un prix de l'énergie multiplié par cinq pour l’électricité et par près de deux pour le gaz en deux ans, la pression est maximale chez les abatteurs et les transformateurs.
Flambée de l'énergie : L’industrie de la viande porcine est sur le gril
La flambée du prix de l’énergie inquiète l’aval de la filière qui réclame la mise en place d’un bouclier tarifaire. En attendant…
Forte baisse des résultats des élevages de porcs en 2021 à l’international
Forte baisse des résultats des élevages de porcs en 2021 à l’international
En 2021, les résultats des éleveurs de porc ont baissé dans la très large majorité des principaux pays producteurs du monde…
Mathieu Edy (à gauche), avec Anthony Leblanc, responsable de la maternité, et Maxime Edy. «En achetant un lot de cochettes croisées par an, nous n'avons pas à gérer un noyau de race pure.»
"J'assure le renouvellement de mon troupeau de truies grâce à un noyau de cochettes F1"
À l’EARL Edy naissage, trente cochettes croisées Large-White x Landrace sont introduites dans l’élevage une fois par an.…
Porcelets sous la lumière
Prix de l’électricité : les éleveurs de porcs exclus du bouclier à 280 euros s’alarment
La fédération nationale porcine demande à ce que tous les élevages de moins de 10 salariés puissent bénéficier du tarif plafonné.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)