Aller au contenu principal

L’intelligence artificielle arrive dans les élevages

L’intelligence artificielle et le numérique promettent de révolutionner le métier de l’éleveur en l’accompagnant 24 heures sur 24 dans le suivi et la traçabilité des animaux. Des premières solutions ont été dévoilées au Space.

À la station Ifip de Romillé, les ingénieurs testent les nouveaux dispositifs de caméra capables d'analyser le comportement des animaux en temps réel pour aider les éleveurs dans ses prises de décision. © D. Poilvet
À la station Ifip de Romillé, les ingénieurs testent les nouveaux dispositifs de caméra capables d'analyser le comportement des animaux en temps réel pour aider les éleveurs dans ses prises de décision.
© D. Poilvet

Tous les secteurs d’activité ont aujourd’hui un seul mot à la bouche : l’intelligence artificielle (IA). Le secteur agricole dont la filière porcine ne fait pas exception. Derrière ces deux mots se cachent différentes disciplines. La plus prometteuse semble être l’analyse d’images, primée par plusieurs Innov’Space et présentée par plusieurs sociétés au salon rennais. Cet engouement provient essentiellement des possibilités infinies qu’elles offrent à partir d’un seul et unique capteur devenu très bon marché et performant : la caméra. À cela viennent s’ajouter les progrès accomplis sur les réseaux de neurones artificiels qui constituent la forme d’IA la plus aboutie lorsqu’il s’agit de traiter des images. Les applications imaginées peuvent considérablement améliorer le quotidien des éleveurs. L’entreprise canadienne Ro-Main propose déjà des solutions de suivi et de comptage des animaux. Les équipementiers français ne sont pas en reste. Sodalec utilise l’analyse d’images pour aider aux respects des règles de biosécurité en étudiant les sens de passages des personnes et des véhicules. Copeeks fait le pari de l’analyse automatique du comportement des animaux en associant l’image et les paramètres d’ambiance. Mais face à cet engouement, il faut garder les pieds sur terre : le faible niveau de maturité de ces technologies n’offre qu’un aperçu de l’étendue de leurs possibilités, sans pour autant convaincre les éleveurs de franchir le pas, du moins pour le moment.

Des informations collectées à l’échelle de l’animal

D’autres solutions numériques s’installent dans le concret avec comme leitmotivs principaux la traçabilité et les performances techniques. Côté performances techniques, la numérisation apporte de nouvelles solutions de saisies automatiques, la possibilité de faire une GTE en continue ou encore la mise à disposition d’informations à l’échelle de l’animal. Ainsi, l’alimentateur Synaps, développé par Calipro, valorise les données individuelles des cochettes pour adapter leur plan de rationnement. De son côté, le Gouessant souhaite améliorer les performances techniques en analysant le comportement des animaux à travers des automates d’alimentation de précision. L’autre atout de la numérisation réside dans une meilleure traçabilité. Smart’Pharm, présenté par Asserva, est un exemple concret de ces outils qui assurent un suivi sans faille des traitements vétérinaires. Une exigence clairement énoncée par les consommateurs qui pourrait jouer en faveur de la production nationale, face aux risques de dérive que représentent les traités de libre-échange intercontinentaux.

Les applications issues de l’intelligence artificielle peuvent considérablement améliorer le quotidien de l’éleveur

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Romain Louzaouen s’est préparé très tôt à son installation. « Il faut du temps pour mûrir son projet, conforter ses décisions, échanger avec les cédants. Il me paraissait important de les impliquer dans le projet. » © A. Puybasset
Jeune installé en porc : « On vise l’autonomie et la qualité de vie »
Romain Louzaouen est installé depuis 2019 avec son frère David dans le Finistère. La reprise d’une ferme voisine a permis d’…
© M.Courades
L’arrêt de la castration à vif des porcelets au cœur des débats de la Fédération Nationale Porcine
La Fédération nationale porcine (FNP) a réaffirmé son souhait que le mâle entier devienne la référence du cadran lors de son…
Arnaud Brielles, avec Mathieu Soulabaille (Asserva). «Par rapport à l’ancien post-sevrage, le gain d’indice de consommation me fait fait gagner 4 500 euros de coût alimentaire par bande de 1 100 porcelets, soit 45 000 euros par an.» © D. Poilvet
Une alimentation de précision pour les porcelets
Arnaud Brielles a investi dans l’alimentateur Optimat d’Asserva pour distribuer un aliment humidifié aux porcelets logés dans son…
L'alimentation multiphase est difficile à mettre en oeuvre avec des systèmes de distribution de soupe à eau poussante ou avec recyclage, majoritaires en France. © D. Poilvet
Trois solutions pour faire du multiphase en soupe en élevage de porcs
Les Chambres d’agriculture de Bretagne et l’Ifip ont décrypté les propositions des fabricants de machines à soupe pour pouvoir…
L’enjeu pour raisonner les élevages de demain est de répondre à la fois aux attentes de la société, et à celles des éleveurs en termes de qualité de travail et de niveau de rémunération. © D. Poilvet
L’incidence environnementale des élevages doit être évaluée globalement
L’Ifip pilote un nouveau programme de recherche dont l’objectif est d’évaluer globalement les incidences environnementales de…
Didier Gaudré, Ifip-Institut du porc © Ifip
Des tanins pour réduire les odeurs sexuelles des carcasses de porc

Selon une étude d’un groupe de chercheurs tchèques et slovaques, l’incorporation de 2 % d’extraits de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)