Aller au contenu principal

L’Ifip et Porc'spective testent trois protocoles de décapage du biofilm dans les canalisations d’eau des élevages de porcs

Les protocoles de décapage du biofilm présent dans les canalisations d’eau sont efficaces mais pas toujours suffisants s’ils ne sont appliqués qu’une seule fois.

Le biofilm présent dans les canalisations d’eau peut encrasser l’ensemble du circuit (abreuvoirs, compteurs d’eau, pompes doseuses…) et héberger des agents pathogènes (SDRP, circovirus, Actinobacillus…). Il existe aujourd’hui des indicateurs pour facilement démontrer la présence d’un biofilm en élevage et évaluer l’efficacité de différents protocoles de décapage. Des essais ont été menés sur des circuits d’eau en post-sevrage, dans des salles de 30 élevages volontaires localisés en Bretagne et en Normandie. Dans ces élevages, il apparaît tout d’abord que la quantité de biofilm augmente le long de la canalisation : les bactéries revivifiables à 22 et 37 °C sont plus nombreuses en fin de ligne qu’en début de ligne. Cela s’explique par les fragments de biofilm qui se détachent régulièrement et qui contaminent l’aval du circuit dans le sens de la circulation de l’eau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

La nouvelle maternité liberté réalisée par Gildas Hamel à Trégomeur, dans les Côtes-d'Armor, est constituée de 36 grandes cases dans une salle unique pour une conduite en cinq bandes. © D. Poilvet
Une maternité grand espace pour des truies en liberté
A Trégomeur dans les Côtes d'Armor, Gildas Hamet a investi dans une maternité équipée de 36 cases liberté pour son élevage de 250…
La recherche de l'origine du foyer d'infection doit mobiliser les chasseurs pour rechercher d'éventuels sangliers morts de PPA.
Peste porcine : un plan d’intervention sanitaire d’urgence testé en Bretagne
Alors que le risque PPA demeure aux portes de l’Hexagone, l’administration teste depuis plusieurs mois l’efficacité d’un plan d’…
l'abattoir JPS à Josselin (Côtes d'Armor) est une filiale du groupe Mousquetaires dont fait partie Intermarché. © Les mousquetaires
L’activité des abattoirs de porcs JPS et Jean Floc’h en Bretagne a progressé de plus de 1 % en 2020
Les deux groupes d'abattage privés arrivent en deuxième et troisième position dans le classement des plus importants abatteurs…
Cooperl anticipe la mise en place de règlements futurs plus contraignants en matière de pesticides, et une demande grandissante des consommateurs. © G. Omnès
Cooperl s’engage vers une alimentation des porcs sans pesticides
Le groupe lamballais a contractualisé 800 hectares de céréales non traitées avec une centaine d’agriculteurs. L’objectif est de…
Les jeunes qui découvrent la production porcine lors d’un stage constituent un vivier intéressant de futurs salariés.  © D. Poilvet
Bien accueillir les jeunes salariés en élevage de porcs
Lorsque des jeunes découvrent la filière porcine à l’occasion d’un stage, l’aspect humain est essentiel pour leur donner envie de…
Les éleveurs de porcs veulent que la distribution tienne compte de la flambée du prix des aliments

Dans un communiqué du 5 février, l'Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne (UGPVB) appelle la grande…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)