Aller au contenu principal
Font Size

Contractualisation tripartite
Lidl renforce son engagement dans les viandes label rouge

Le groupement de producteurs de porc label rouge Opale a signé pour la quatrième année consécutive un contrat tripartite avec le distributeur Lidl et des industriels, avec l’objectif de progresser davantage sur l’équilibre matière.

Le 21 septembre dernier, Lidl France a renouvelé son contrat tripartite avec les éleveurs de Porc Opale, l’abattoir Socopa et les entreprises de transformation Guyader Gastronomie et les Salaisons du Mâconnais. Pour l’occasion, les partenaires ont visité l’élevage de porc label rouge de Nadine et Louis Le Hérissé à Hénon dans les Côtes-d’Armor puis le site de production de charcuterie Guyader à Saint Agathon (voir encadré). L’objectif de cette contractualisation est de garantir une rémunération plus juste aux producteurs et de valoriser des produits français de qualité. Le prix d’achat redéfini à chaque semestre est indexé sur le coût de revient. « Si nous renouvelons chaque année notre partenariat, c’est bien le signe que ce modèle nous convient », a souligné Jean-Marc Courant, président du groupement Opale. « Lidl porte un projet concret de valoriser notre production et notre savoir-faire tout en nous aidant à proposer de plus en plus de produits sur un territoire plus large. »

Une zone de référencement élargie

La convention concerne l’équivalent de 600 porcs par semaine provenant des 150 élevages de porcs Opale. C’est environ 15 % de plus qu’il y a un an. La première année, l’accord portait uniquement sur de la viande fraîche avec Socopa. Il s’est rapidement élargi à de nouveaux partenaires industriels pour atteindre un meilleur équilibre carcasse. « Le taux de valorisation se situe aujourd’hui à 30 %, l’objectif étant d’aller jusqu’à 50 %. » La gamme de produits Opale, garantie sans OGM, comprend sept références de boucherie (côtes de porc, poitrines, filet mignon, saucisses…) et trois références de charcuterie (terrine, saucisson et jambon Bleu blanc cœur). La zone de commercialisation des produits Opale vient d’être étendue à trois nouveaux entrepôts. Elle couvre désormais une grande partie de l’ouest de la France, région parisienne comprise, soit 700 magasins.

Déployer la démarche tripartite sur tout le territoire

« Notre objectif est de déployer ce genre d’initiative tripartite dans l’ensemble des 1500 magasins présents sur le territoire français », a annoncé Michel Biero, directeur achats et marketing Lidl France. L’enseigne a également conclu des contrats tripartites dans les régions Auvergne, Rhône-Alpes et sud de la France avec la coopérative Cirhyo (viande label rouge) ainsi que dans le nord avec le groupement de producteurs de porcs des Monts de Flandre (porc conventionnel sous marque Ch’ti porcs). L’ambition du distributeur est aussi d’étendre la contractualisation à d’autres productions, notamment à la viande bovine. Il souhaite par ailleurs renforcer le dialogue entre le producteur et le consommateur, à travers les animations en magasins et en apposant une photo d’un éleveur sur les emballages.

Développer de nouvelles recettes pour améliorer l’équilibre carcasse

Dans les coulisses de la charcuterie Guyader

À la recherche de partenariats de long terme, l’entreprise Guyader s’est associée au contrat tripartite de Lidl dès 2015. À l’occasion du renouvellement de la convention, elle a ouvert en toute transparence les portes de son site de production de charcuterie à Saint-Agathon dans les Côtes-d’Armor. Il s’agit de l’une des six usines bretonnes du groupe Guyader Gastronomie, également présent sur les métiers traiteur et des produits de la mer. Avec plus d’une centaine de salariés, l’usine de charcuterie fabrique 3 000 tonnes de produits par an, essentiellement des pâtés et terrines, ainsi que du jambon cuit. Le label rouge représente 30 % de ses volumes. Sa production est vendue à 90 % en grande distribution, les deux tiers sous marque distributeur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
À l’entrée de l’élevage, une signalétique oriente les visiteurs vers les différents points d’entrée de l’élevage. Un parking à voiture a été aménagé en zone publique. © T. Marchal
Les entrées des élevages de porcs doivent être protégées pour assurer une biosécurité efficace
Thierry Marchal a mis en place des mesures de bon sens pour gérer correctement les points de passage entre la zone d’élevage et l…
La bétaillère doit être systématiquement nettoyée et désinfectée après chaque transport. © D. Poilvet
Des règles strictes pour le transport des porcs par les éleveurs
L’administration a fixé des règles de biosécurité concernant le transport de porcs réalisé par les éleveurs, qui représente un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)