Aller au contenu principal

Les priorités du Comité régional porcin de Bretagne

 Le conseil d’administration du comité régional porcin (CRP) de Bretagne a élu Carole Joliff présidente de l’organisation le 31 août dernier. Elle nous détaille le rôle de cette structure et ses principales missions.

Carole Joliff, présidente du Comité régional porcin de Bretagne

Le CRP Bretagne, c’est quoi ?

Carole Joliff. Le CRP Bretagne est une association « loi de 1901», qui regroupe six organisations agricoles : la FRSEA et les JA Bretagne, l’UGPVB, les Chambres d’agriculture de Bretagne, le Marché du porc Breton et Uniporc Ouest. Les organisations de producteurs (OP) sont représentées par l’UGPVB. Le syndicalisme, FRSEA et JA, est présent au CRP pour représenter et défendre l’ensemble des éleveurs de porcs bretons.

A quoi sert-il ?

C.J. Depuis sa création en 1990, le CRP Bretagne a pour mission de coordonner la production porcine bretonne et de faire valoir ses intérêts auprès de l’administration et des partenaires de la filière. Par exemple, c’est l’organisme qui définit au nom des éleveurs et des OP les grands principes de rémunération des porcs avec les abatteurs au travers de la grille de paiement. En revanche, le CRP n'intervient pas dans les transactions commerciales. Elles sont du domaine des organisations professionnelles et, plus récemment, de l’AOP porc Grand Ouest, dont le CRP Bretagne a toujours défendu la création. Par ailleurs, il porte la voix de la Bretagne au niveau national en participant aux conseils d’administration d’Inaporc. Enfin, le rôle du CRP est de défendre et de promouvoir les outils communs que sont le MPB et Uniporc. Eux seuls garantissent une équité de traitement entre tous les éleveurs pour la vente de leurs porcs charcutiers.

Quels sont les sujets « chauds » que l’association va devoir gérer ces prochaines semaines ?

C.J. La nouvelle feuille de route qui doit faire suite à l’élection n’a pas encore été officialisée. Elle le sera dans les prochaines semaines. Cependant, le dossier du paiement des porcs mâles castrés sous anesthésie est prioritaire pour le CRP Bretagne. La situation actuelle n’est pas équitable, avec des montants de rémunération différents selon les abattoirs. Le CRP Bretagne a un rôle important à jouer, néanmoins, il n’est pas impliqué dans les transactions commerciales avec les abattoirs. Face à l’enjeu démographique qui se présente à nous, le renouvellement des générations en élevage de porcs est un défi majeur pour le CRP Bretagne. Pour cela, il faut encourager les vocations des futurs éleveurs et des futurs salariés en élevage de porcs. Sans femmes et hommes pour assurer l’activité de production, la filière n’a pas d’avenir. Il faut également leur permettre d’exercer le métier dans les meilleures conditions de travail possibles. L’innovation et la modernisation des élevages, inspirés notamment par les travaux de recherche et développement menés en Bretagne, doivent y contribuer.

Quelle est la ligne directrice du CRP concernant l’installation des jeunes ?

C.J. La promotion du métier d’éleveur est l’une des missions essentielles du CRP Bretagne. Les jeunes qui s’installent en production porcine demandent à être accompagnés pour ne pas être dans l’incertitude. Cela passe par différentes stratégies d’entreprises qui peuvent se cumuler : la contractualisation, la recherche d’autonomie alimentaire, la liberté de choix des fournisseurs, l’accès direct au marché et incontestablement l’optimisation de la marge aux 100 kg produits. L’ambition du CRP Bretagne demeure la défense de l’identité de la production porcine bretonne basée sur des élevages à capitaux majoritairement familiaux.

Curriculum

Carole Joliff est éleveuse de porcs à Plougonver dans les Côtes d’Armor, avec un élevage de 170 truies naisseur engraisseur, 105 hectares de cultures et une fabrication d’aliments à la ferme. Elle a été élue à la présidence du CRP Bretagne au titre de la FRSEA, dont elle est la présidente de la section porc. Elle succède à Philippe Bizien qui occupait cette fonction depuis 2013. Carole Joliff est également secrétaire générale de la Fédération nationale porcine (FNP).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Véronique et Thierry Lebert avec Julie leur fille et Perrine Thévenin, salariée de l’élevage. « En journée, nous n’avons pas besoin d’allumer les lumières dans les salles, même par temps nuageux. »
Bâtiment porc : Un concentré de lumière naturelle dans les salles
Les puits de lumière constituent une solution pour apporter de la lumière naturelle dans les grandes salles ou les couloirs de…
Marlène et Mathieu Bourveau. «La valorisation de notre lisier par les céréales, elles-mêmes valorisées par nos animaux nous semble une démarche vertueuse d'un point de vue environnemental et économique.»
Une fabrique d'aliments à la ferme d’exception pour 700 truies et la suite
La fabrique d’aliment à la ferme réalisée par Marlène et Mathieu Bourveau fera sans doute référence pour longtemps grâce à sa…
Lothar Hövelmann, directeur de la DLG "Les éleveurs allemands estiment que la situation restera tendue tout l’hiver et probablement en 2023".
Les éleveurs de porcs allemands n’ont pas le moral
Moins optimistes que leurs confrères européens, les producteurs de porcs allemands souffrent du prix et de la situation sanitaire…
Les priorités du Comité régional porcin de Bretagne
 Le conseil d’administration du comité régional porcin (CRP) de Bretagne a élu Carole Joliff présidente de l’organisation le 31…
Preview image for the video "Sanders porc alimentation contractualisation".
Se spécialiser, innover et contractualiser, un pari gagnant pour Bruno
Producteur de porcs en Vendée, Bruno a dû délocaliser son exploitation en 2016. Il a reconstruit de nouveaux bâtiments d’élevage…
Le bâtiment d'engraissement réalisé à l'EARL de la Cour offre une surface par porc augmentée, du caillebotis partiel, des enrichissements, une hauteur sous plafond de 3 mètres et de la lumière naturelle.
Bâtiment bien-être en porcs charcutiers : premiers retours d'expérience de l'EARL de la Cour
Les associés de l’EARL de la Cour ont fait le pari de concilier bien-être animal avec performances technico-économiques et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)