Aller au contenu principal

Les industriels de la viande poussent au maintien de la castration des porcs mâles

© C.Reibel

 

Dans un communiqué publié le 14 décembre, Culture Viande, le syndicat des industriels de la viande, veut s’engager  « à explorer toutes les pistes (…) qui permettront (…) de poursuivre au 1er janvier 2022 la castration des animaux dans le cadre de la loi ». Une castration qui ne devra plus être pratiquée à vif à compter de cette date, selon une décision du ministère de l’agriculture. Le syndicat souligne qu’en Allemagne, les autorité ont ainsi subventionné l’achat d’appareils permettant la castration des porcelets mâles sous anesthésie générale à l’isoflurane. Il pointe les « faiblesses » des viandes issues de porcs mâles entiers : un gras qui ne convient pas à la fabrication des salaisons sèches, la teneur élevée en maigre de ces viandes, et un risque d’odeur à la cuisson. Face aux dix groupements de producteurs de porc du Grand Ouest qui revendiquent une production de référence issue d’élevages ayant arrêté la castration des porcelets, Culture Viande souligne que « seul le marché fixe les prix, valorise les bons produits au détriment des autres et que, de mémoire, les plus-values générées par l’amont ont toujours rapidement été captées par l’aval ». Le syndicat se dit « prêt à engager la concertation et le débat » avec les autres maillons de la filière.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

François Valy, président de la FNP
La Fédération nationale porcine met la pression sur la grande distribution
La fédération nationale porcine (FNP) estime que l’aval et les GMS doivent payer les hausses de prix. Elle milite également pour…
Anthony, Ludovic et Fabien Bourbon, les trois jeunes associés du Gaec du Bertrand. «Notre stratégie a toujours été de privilégier l’autonomie alimentaire pour maîtriser les 70% du coût de revient que représente l’alimentation.»
"Notre élevage de porcs est autonome en protéines"
Les associés du Gaec du Bertrand dans l’Indre ont choisi l’autonomie alimentaire pour leur élevage de 240 truies naisseurs-…
Le tourteau de soja reste difficile à déloger des formules d'aliment porc, grâce à ces caractéristiques nutritionnelles intéressantes et son prix compétitif.
Le soja reste toujours incontournable dans les formules des aliments porcs
Dans le contexte de flambée du coût des matières premières et de pénurie pour certaines, le tourteau de soja (hors non OGM)…
Jean-Luc Sevin, vétérinaire Socavet pour Eureden. «La qualité des opérations de nettoyage-désinfection est essentielle.»
Des bactéries positives contre les diarrhées des porcelets en maternité
À l’occasion d’une journée technique organisée par le laboratoire Cobiotex le 5 mai dernier, Jean-Luc Sevin, vétérinaire Socavet…
Les surfaces d'oléagineux devraient augmenter en France.
Un plan protéines ambitieux à l’horizon 2028
Le plan protéines présenté fin 2021 par le gouvernement vise à réduire la dépendance de la France aux importations de protéines…
Depuis juillet 2020, 5 830 sites d'élevages ont été audités avec l'application Pig connect, soit 40% des sites d'élevage professionnels.
Prévention de la fièvre porcine africaine : bilan positif des audits Pig connect
L’audit Pig connect permet de qualifier le niveau de biosécurité des élevages et le respect des obligations de l’arrêté…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)