Aller au contenu principal

Porc : "La situation du marché chinois ressemble à celle de 2019"

Des foyers récents de peste porcine africaine en Chine font grimper la demande en viande de porc européenne. © Ifip
Des foyers récents de peste porcine africaine en Chine font grimper la demande en viande de porc européenne.
© Ifip

Selon Lars Albertsen, le directeur des ventes mondiales chez Danish Crown, cité par le site Euromeat news.com, la situation actuelle du marché chinois « ressemble à celle du dernier trimestre de 2019 ». Une période dont les éleveurs de porcs français se souviennent très bien, puisque les cours au MPB avaient alors atteint durablement 1.70 €/kg, grâce à des exportations européennes records à destination de la Chine. « Les commandes passées à Danish Crown pour la deuxième quinzaine d’avril et début mai sont effectuées à des prix en hausse », affirme-t-il.  Lars Albertsen met en avant un faisceau d’éléments favorables qui devraient bénéficier aux producteurs danois, et, espérons-le, également aux français. D’une part, il souligne que de nouveaux foyers de PPA en Chine au cours des deux derniers mois ont fait grimper la demande. Selon lui, d’autres pays de la zone Asie-Pacifique cherchent aussi à augmenter leurs importations de viande de porc : le Japon, les Philippines, et l’Australie notamment.  D’autre part, la baisse des abattages aux États-Unis constatée depuis un an laisse de l’espace aux entreprises européennes qui reprennent des parts de marché en Asie. Le Danemark est le second exportateur européen de viande de porc vers la Chine, derrière l’Espagne. Sa filière porcine pèse lourd dans sa balance commerciale, puisque quatre porcs sur cinq produits sur son territoire sont destinés à l’exportation.

Source : Euromeat news.com
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Yannick Jacq. «On ne gère pas plusieurs salariés comme on le fait pour un seul. Il est nécessaire de cerner les besoins de chacun.»
« J’ai appris à mieux connaître mes salariés», se félicite Yannick Jacq, éleveur de porc
Eleveur de porcs, Yannick Jacq a suivi la formation proposée par son groupement Porc Armor Évolution et le Cerfrance Finistère.…
La mortalité moyenne des portées de plus de 16 porcelets dépasse 18 %, contre 11 % pour les portées de 13 à 14 porcelets.
Comment gérer les porcelets surnuméraires
Le nombre de porcelets nés vivants n’a jamais été aussi élevé dans les élevages français. Mais les mener jusqu’au sevrage reste…
Le département du Finistère représente près de la moitié des offres bretonne en production porcine.
Salarié en élevage de porc - Un marché de l’emploi tendu en Bretagne
L’Anefa Bretagne analyse chaque année les offres déposées sur la Bourse de l’emploi www.lagriculture-recrute.org
Le cheptel porcin français en baisse en 2022
Le cheptel porcin français en baisse en 2022

Selon la dernière enquête réalisée au printemps dernier, le cheptel porcin français a…

Mickaël Benoit, président du Sylaporc.
« Le porc label Rouge va mieux répondre aux attentes sociétales »
Mickaël Benoit a été élu président de Sylaporc (Syndicat des Labels porc et charcuteries) le 14 novembre. Il succède à Jean-…
Consacrer du temps à l'accueil du nouvel arrivant est essentiel. Il est important de montrer à la personne qu'elle est attendue, et de prendre du temps pour lui faire visiter l'élevage.
Recruter un salarié porcin c’est bien, le fidéliser c’est encore mieux !
Lorsqu’on a eu la chance de trouver un candidat compétent pour un poste, il n’est pas question de le perdre ! Pour lui donner…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)