Aller au contenu principal

Les États-Unis leaders des coûts de production

Les éleveurs de porcs américains bénéficient toujours d’un coût alimentaire très bas qui les rend compétitifs vis-à-vis des autres producteurs mondiaux.

coût du travail et du bâtiment et productivité des truies par pays (année 2017)
© Ifip d'après Interpig

Avec un coût de production de 0,96 euro par kilo (€/kg) de carcasse en 2017, les États-Unis sont les premiers du classement de l’étude des coûts de production publié par le réseau Interpig (1). Ils sont suivis de près par la région Centre-Ouest du Brésil (Mato Grosso, Goïas) dont le coût de production atteint 1,03 €/kg de carcasse. Le principal avantage de ces deux pays réside dans leur faible coût alimentaire, compris entre 0,64 et 0,65 €/kg de carcasse. Aux États-Unis, le prix moyen des aliments se situait à 166 euros la tonne en 2017 ! Le Danemark arrive en troisième position, boosté par la productivité de ses truies, 32,9 porcelets sevrés par truie et par an. Il arrive en tête du peloton constitué des pays européens. La France n’arrive qu’en sixième position, avec un coût de revient du porc de 1,38 €/kg de carcasse et un coût alimentaire de 0,81 €/kg. Les Pays-Bas et l’Allemagne ferment la marche des principaux pays européens producteurs, avec des coûts de production nettement en retrait (1,52 à 1,53 €/kg de carcasse).

La France seulement sixième du classement

L’Ifip a analysé les autres principaux critères qui agissent sur le coût de production en dehors de l’aliment. Les États-Unis et le Brésil disposent d’une main-d’œuvre particulièrement bon marché (respectivement 9,9 et 3,30 €/h). Cependant, ce poste de dépense n’est pas déterminant en Europe, puisque le Danemark a un coût du travail supérieur à la France (22,90 €/h contre 19,70 €/h). Le coût des bâtiments est également en faveur des pays américains, ainsi que de l’Espagne en Europe. Dans ce pays, il est deux fois moins élevé qu’en France (3 677 €/truie contre 7 535 €/truie). L’analyse de la productivité des truies démontre clairement une progression de la France moins importante que celle de ses concurrents. Avec 27,9 porcelets sevrés par truie et par an, la moyenne française de 2017 se situe à des niveaux similaires à celles des États du sud du Brésil (27,4) et de l’Espagne (27,2). La France s’est surtout décrochée des leaders que sont le Danemark (32,9 porcelets sevrés par truie et par an), les Pays-Bas (30,3) et l’Allemagne (29,8). L’Ifip souligne aussi que si l’indice de consommation global s’est amélioré en France, reculant de 3,6 % entre 2009 et 2017, c’est moins que chez nos concurrents européens : -3,9 % en Allemagne, -4,1 % au Danemark, -4,8 % aux Pays-Bas et surtout -10,7 % en Espagne.

(1) Interpig regroupe des économistes mondiaux spécialisés en production porcine (dont ceux de l’Ifip) afin de comparer le niveau de compétitivité entre les principaux pays producteurs de porcs.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Arrêt de la castration à vif : la pression monte
L’association d’éleveurs « pour le bien-être animal et la non castration » reste mobilisée au sujet de l’arrêté interdisant…
Michel et Bruno Hamon, Gaec Coat-Bihan. « Le lavage révèle la dextérité de celui qui le programme. » © D. Poilvet
Lavage en élevage de porc : « Le robot fait le travail le plus pénible »
Les associés du Gaec Coat Bihan à Plédéliac, dans les Côtes-d’Armor, utilisent deux robots de lavage pour laver toutes les salles…
Les nez humains doivent sentir les molécules odorantes sur le gras chauffé des carcasses. © UGPVB
Un kit de sélection des futurs nez humains pour détecter les odeurs sexuelles sur les carcasses de porcs en abattoir
Dans l’hypothèse d’un développement de la production de mâles entiers ou immunovaccinés, Armelle Prunier de l’Inrae a mis au…
Yann Grelet, avec Jean-Jacques Rocher, technico-commercial Nutréa, et Anne Bouché, responsable marché en nutrition porc Nutréa. L’entreprise a suivi chez Yann Grelet les performances des porcs charcutiers alimentés au blé noir grâce notamment à une bascule connectée qui pèse instantanément les animaux en cours d’engraissement. © D. Poilvet
Nutréa lance le porc « cultivé et nourri au blé noir »
Deux ans d’investigations ont été nécessaires à Nutréa en collaboration avec un éleveur morbihannais pour élaborer un cahier des…
© JC Gutner
Les Français ont consommé plus de porc en 2020
Le confinement et la tension budgétaire chez les ménages les plus fragiles ont favorisé l’engouement pour les produits du porc en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)