Aller au contenu principal

Les États-Unis leaders des coûts de production

Les éleveurs de porcs américains bénéficient toujours d’un coût alimentaire très bas qui les rend compétitifs vis-à-vis des autres producteurs mondiaux.

coût du travail et du bâtiment et productivité des truies par pays (année 2017)
© Ifip d'après Interpig

Avec un coût de production de 0,96 euro par kilo (€/kg) de carcasse en 2017, les États-Unis sont les premiers du classement de l’étude des coûts de production publié par le réseau Interpig (1). Ils sont suivis de près par la région Centre-Ouest du Brésil (Mato Grosso, Goïas) dont le coût de production atteint 1,03 €/kg de carcasse. Le principal avantage de ces deux pays réside dans leur faible coût alimentaire, compris entre 0,64 et 0,65 €/kg de carcasse. Aux États-Unis, le prix moyen des aliments se situait à 166 euros la tonne en 2017 ! Le Danemark arrive en troisième position, boosté par la productivité de ses truies, 32,9 porcelets sevrés par truie et par an. Il arrive en tête du peloton constitué des pays européens. La France n’arrive qu’en sixième position, avec un coût de revient du porc de 1,38 €/kg de carcasse et un coût alimentaire de 0,81 €/kg. Les Pays-Bas et l’Allemagne ferment la marche des principaux pays européens producteurs, avec des coûts de production nettement en retrait (1,52 à 1,53 €/kg de carcasse).

La France seulement sixième du classement

L’Ifip a analysé les autres principaux critères qui agissent sur le coût de production en dehors de l’aliment. Les États-Unis et le Brésil disposent d’une main-d’œuvre particulièrement bon marché (respectivement 9,9 et 3,30 €/h). Cependant, ce poste de dépense n’est pas déterminant en Europe, puisque le Danemark a un coût du travail supérieur à la France (22,90 €/h contre 19,70 €/h). Le coût des bâtiments est également en faveur des pays américains, ainsi que de l’Espagne en Europe. Dans ce pays, il est deux fois moins élevé qu’en France (3 677 €/truie contre 7 535 €/truie). L’analyse de la productivité des truies démontre clairement une progression de la France moins importante que celle de ses concurrents. Avec 27,9 porcelets sevrés par truie et par an, la moyenne française de 2017 se situe à des niveaux similaires à celles des États du sud du Brésil (27,4) et de l’Espagne (27,2). La France s’est surtout décrochée des leaders que sont le Danemark (32,9 porcelets sevrés par truie et par an), les Pays-Bas (30,3) et l’Allemagne (29,8). L’Ifip souligne aussi que si l’indice de consommation global s’est amélioré en France, reculant de 3,6 % entre 2009 et 2017, c’est moins que chez nos concurrents européens : -3,9 % en Allemagne, -4,1 % au Danemark, -4,8 % aux Pays-Bas et surtout -10,7 % en Espagne.

(1) Interpig regroupe des économistes mondiaux spécialisés en production porcine (dont ceux de l’Ifip) afin de comparer le niveau de compétitivité entre les principaux pays producteurs de porcs.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les animaux produits par Laurent Dartois, l’éleveur, sont destinés à une commercialisation haut de gamme supérieure au label rouge dont la distribution se fera dans les rayons boucherie frais de l’enseigne Intermarché.
« Un élevage de porcs entre le conventionnel et le bio »
Le cahier des charges de la SA Ker Angel est unique dans son genre. Pour le concrétiser, Laurent Dartois, l’éleveur, et le…
Anne Richard est la nouvelle directrice de l'interprofession porcine Inaporc

Anne Richard, actuelle directrice de l'Itavi et d'Anvol (Institut technique de l’aviculture et Interprofession de la volaille…

« La non castration des porcelets, c’est une économie de 10 euros par porc»

L’association des éleveurs « 

Cooperl veut se désengager du dispositif collectif de gestion de l'équarissage pour valoriser à terme les co-produits issus des animaux trouvés morts.
Le collectif de la filière porcine française en danger
L’actualité de ces derniers mois démontre les tensions grandissantes dans la filière. Les dossiers de la fin de la castration à…
Des situations financières plus solides en 2020 pour les élevages de porcs bretons
L’analyse de Cerfrance Bretagne montre un niveau soutenu des marges brutes par truie sur deux années successives. Il a contribué…
Le système de préchauffage testé à Crécom a permis d’améliorer les paramètres d’ambiance (gaz et particules), mesurés par des capteurs installés dans les post-sevrages © Chambres d'agriculture de ...
Le préchauffage de l’air entrant améliore l’ambiance dans les post-sevrages des élevages de porcs
Le système de préchauffage de l’air entrant Biomim proposé par la société Calopor réduit la présence de gaz et de poussières dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)