Aller au contenu principal

Porc : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière porcine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de porcs.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Les alimentateurs de précision arrivent en maternité

L’ajustement des apports alimentaires aux besoins des truies hyperprolifiques nécessite des systèmes d’alimentation de précision. Les premiers élevages équipés confirment leur intérêt.

 © D. Poilvet
© D. Poilvet

Davantage de porcelets et de poids de portée au sevrage, tout en limitant les pertes d’état des truies en maternité. Tel est le défi que doivent relever les éleveurs, qui voient aujourd’hui la prolificité de leurs truies augmenter fortement. Pour atteindre cet objectif, les systèmes d’alimentation jouent un rôle essentiel, au moins autant que la qualité de l’aliment, du bâtiment, et des équipements intérieurs (cases balance). Les alimentateurs de précision répondent à cette problématique. Mis au point par plusieurs fournisseurs présents sur le marché français, leur objectif est de proposer à chaque truie un apport fractionné d’aliment frais, correspondant à ses besoins. Cette distribution fractionnée est contrôlée, pour que l’aliment ne s’accumule pas dans l’auge. L’éleveur peut programmer la quantité disponible sur la journée et sur des plages de repas qu’il définit lui-même. Mais la truie ne consomme que ce qu’elle veut, selon son appétit et/ou ses besoins. Les possibilités illimitées de l’informatique permettent de paramétrer les modalités de distribution (quantité par dose délivrée, intervalle entre deux distributions, durée des plages de repas, dilution…). Les apports d’eau peuvent être aussi programmés ou à volonté.

L’utilisation de ces appareils peut être encore optimisée

Les premiers résultats constatés en élevage confirment l’intérêt de ces alimentateurs. En comparaison avec des doseurs simples, ou des machines à soupe, les éleveurs constatent généralement une augmentation des quantités d’eau (jusqu’à 60 litres par jour !) et d’aliment consommés, sans que cela n’entraîne de troubles digestifs aux porcelets ou des blocages de consommation. Les poids de portées sont nettement plus élevés. Malgré cela, les truies puisent moins dans leurs réserves. Ces résultats sont remarquables, alors que l’alimentation individuelle des truies en maternité n’en est qu’à ses débuts, et que l’utilisation de ces appareils peut certainement être encore optimisée. Au-delà des quantités distribuées, les chercheurs ont démontré que la composition de l’aliment doit aussi évoluer en cours de lactation afin de mieux couvrir les besoins des truies. L’Inra met au point des modèles afin de tenir compte de ce paramètre. Des équipements de distribution sont déjà conçus pour l’intégrer. Reste à en démontrer l’intérêt économique et à fournir le mode d’emploi aux éleveurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Vignette
Succès de la ferme ouverte au Gaec d’Étouppeville
Producteur de porc, de lait et de mouton, le Gaec d’Étouppeville a ouvert ses portes au grand public le temps d’un après-midi,…
Vignette
Les filières animales françaises moins compétitives

Le projet Compani, piloté par l’UMR Smart-Lereco de l’Inra, analyse la compétitivité des filières animales en regroupant…

Vignette
Actualité scientifique Techporc : « La fertilité se prépare en maternité et en quarantaine »

Une étude Japonaise confirme que le taux de mise bas des truies et cochettes dépend du niveau des températures maximales…

Vignette
Un bâtiment d'engraissement des porcs conciliant bien-être et performances
Samuel Morand a construit un engraissement qui apporte des réponses quant au bien-être des animaux et des hommes, tout en…
Vignette
Les limites de la sélection génétique porcine face aux maladies
Des leviers génétiques existent pour sélectionner des animaux résistants à certains variants d’agents infectieux comme E. coli.…
Vignette
"Adrien Delattre veut anticiper la demande sociétale"
Éleveur à Quaëdypre dans le Nord, Adrien Delattre a intégré un bandeau lumineux dans son nouvel engraissement équipé d’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT'Hedbo Porc (tendances et cotations de la semaine)