Aller au contenu principal

[VIDEO] L’épidémie de fièvre porcine africaine hors de contrôle en Allemagne

Au 15 octobre, l’Allemagne dénombrait 67 cas de fièvre porcine africaine (FPA). La maladie, qui n’a touché que les sangliers jusqu’à maintenant, semble être totalement hors de contrôle, à l’inverse de la Belgique il y a deux ans où les autorités sanitaires avaient rapidement circonscrit l’épidémie dans une zone restreinte.

L’un des foyers allemands découvert le 29 septembre se situe à 64 kilomètres au nord du premier cas, et à 60 kilomètres du cas polonais le plus proche, le pays d’où est arrivée la maladie. Par ailleurs, l’analyse approfondie du « cas zéro » révélé le 10 septembre démontre que l’animal était mort depuis au moins la première quinzaine de juillet, soit plus de deux mois avant sa découverte. Ce qui a laissé largement le temps à la maladie de se propager avant que les premières mesures de protection ne soient mises en place. Par ailleurs, il semblerait que la clôture mise en place à la frontière entre l’Allemagne et la Pologne n’ait pas été suffisamment solide pour empêcher le passage des sangliers. Une frontière difficile à contrôler puisqu’elle fait 472 kilomètres de long.

Protection des élevages avant tout

En France, les actions visant à mettre en place les mesures de biosécurité afin de protéger leurs élevages sont bien engagées. Selon l’organisme sanitaire porc Bretagne qui tenait son assemblée générale le 15 octobre, 97 % des éleveurs bretons ont reçu une formation pour mener à bien leur projet. La profession a récemment simulé une situation de crise consécutive à la découverte virtuelle d’un foyer de FPA dans un élevage du Finistère, afin de mettre en évidence les points critiques sur les actions à mettre en place. Ce test a impliqué l’ensemble des acteurs concernés : éleveurs, coopératives, services sanitaires, administration, chasseurs… Ces derniers ont un rôle essentiel à jouer dans le recensement et le contrôle de la population de sangliers, principaux vecteurs de transmission de la maladie.

Lire aussi : La PPA en Allemagne bouleverse les échanges commerciaux 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

La végétation (ici un mélange moha –trèfles) est bien consommée par les animaux.
Un éleveur bio expérimente le pâturage des porcs charcutiers
Carl Sheard est éleveur de porcs bio dans la région des Pays de la Loire. Il expérimente la pratique du pâturage des porcs en…
"Plus de bien-être animal, moins d’impact environnemental dans notre élevage de porcs"
"Plus de bien-être animal, moins d’impact environnemental dans notre élevage de porcs"
L’EARL de la Foutelais approvisionne la société Bordeau Chesnel en porcs charcutiers engraissés dans un bâtiment alternatif de…
Le nouveau bloc maternité de la Scea Binard se compose de deux salles de 90 places équipées de cases maternité « bien-être » pour un investissement total de 7 200 euros par place (dont un surcoût lié au terrassement).
Deux salles maternités de 90 places de truies conçues pour le confort de travail
La Scea Binard vient d’investir dans un bâtiment maternité doté de deux grandes salles de 90 places. Les associés de l’…
Les éleveurs ont construit une fosse de réception en béton d’une capacité de 15 tonnes. Les céréales sont reprises par une vis de diamètre 160 mm puis par un élévateur à godets qui les envoie vers les trois cellules de stockage.
"Nous baissons le prix de nos aliments porcs grâce à notre fabrique à la ferme"
Philippe et Guillaume Vasseur fabriquent les 800 tonnes d’aliments annuels nécessaires pour leur atelier de multiplication de 130…
Chaque rangée est composée de 11 cases libertés Pro Dromi Basic de Vereijken, de 2,7 mètres de long sur 2,42 mètres de large, soit une surface totale par case de 6,5 m2.
Une maternité pour truies en liberté à coûts maîtrisés
Dans la Manche, le Gaec de Kerezenn a agrandi son élevage de 145 à 180 truies et investi dans une maternité de 44 places,…
Kevin et Benjamin Coupu ont saisi l’opportunité d’un nouveau débouché de valorisation pour investir dans un bâtiment d’engraissement alternatif de porcs sur paille avec un raclage en V des déjections.
Jeune installé en porc : « Devancer les contraintes pour en faire des opportunités »
Kevin et Benjamin Coupu sont installés depuis 2018 sur l’exploitation familiale. Ils ont repris en complément une ferme voisine…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)