Aller au contenu principal

Le robot de lavage amène du confort aux salariés en élevage de porcs

À l’élevage de la Vallée Cavet à Plurien, le robot de lavage réalise la partie du lavage la plus pénible et répond bien à l’organisation rigoureuse liée à la conduite à la semaine.

A l'élevage de la Vallée Cavet,  le robot est alimenté par une pompe double à poste fixe de deux fois 30 litres par minute de débit, dans le bloc maternité et en engraissement, permettant le fonctionnement simultané dans deux bras de lavage. Pour avoir plus de souplesse et permettre un lavage manuel simultané, l’élevage dispose aussi d’une pompe mobile. © A. Puybasset
A l'élevage de la Vallée Cavet, le robot est alimenté par une pompe double à poste fixe de deux fois 30 litres par minute de débit, dans le bloc maternité et en engraissement, permettant le fonctionnement simultané dans deux bras de lavage. Pour avoir plus de souplesse et permettre un lavage manuel simultané, l’élevage dispose aussi d’une pompe mobile.
© A. Puybasset

À l’élevage de la Vallée Cavet à Plurien, le robot de lavage est devenu un outil du quotidien dont personne ne voudrait se passer, ni les deux associés Philippe et Inès Rouxel, père et fille, ni leurs sept salariés. Depuis son arrivée en octobre 2019, il lave quasiment toutes les salles de l’élevage de 800 truies naisseurs-engraisseurs, à l’exception de deux engraissements extérieurs. « Nous ne voulions pas transférer le robot d’un site à l’autre, pour des raisons sanitaires », précise Inès Rouxel. L’objectif de l’automate est avant tout de réduire la pénibilité du lavage et d’améliorer le confort de travail des salariés. Pour Inès, l’enjeu était aussi de faire face aux difficultés croissantes à recruter en élevage de porcs. « Entre deux offres d’emploi équivalentes, la présence d’un robot de lavage peut faire la différence. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les quantités de paille ajoutées en litière accumulée ont un effet important sur l'apparition des odeurs sexuelles en lien avec la propreté des animaux. © Ifip
L’Ifip évalue les risques d’odeur de viandes des porcs mâles entiers en bio
L’Institut du porc a réalisé un bilan des risques d’apparition d’odeurs sexuelles sur les carcasses associés à la production de…
Romain Louzaouen s’est préparé très tôt à son installation. « Il faut du temps pour mûrir son projet, conforter ses décisions, échanger avec les cédants. Il me paraissait important de les impliquer dans le projet. » © A. Puybasset
Jeune installé en porc : « On vise l’autonomie et la qualité de vie »
Romain Louzaouen est installé depuis 2019 avec son frère David dans le Finistère. La reprise d’une ferme voisine a permis d’…
L'alimentation multiphase est difficile à mettre en oeuvre avec des systèmes de distribution de soupe à eau poussante ou avec recyclage, majoritaires en France. © D. Poilvet
Trois solutions pour faire du multiphase en soupe en élevage de porcs
Les Chambres d’agriculture de Bretagne et l’Ifip ont décrypté les propositions des fabricants de machines à soupe pour pouvoir…
L’enjeu pour raisonner les élevages de demain est de répondre à la fois aux attentes de la société, et à celles des éleveurs en termes de qualité de travail et de niveau de rémunération. © D. Poilvet
L’incidence environnementale des élevages doit être évaluée globalement
L’Ifip pilote un nouveau programme de recherche dont l’objectif est d’évaluer globalement les incidences environnementales de…
François Valy, président de la FNP. «La rémunération des mâles castrés devra intégrer le surcoût de la castration et les écarts de performances.» © M.Courades
L’arrêt de la castration à vif des porcelets au cœur des débats de la Fédération Nationale Porcine
La Fédération nationale porcine (FNP) a réaffirmé son souhait que le mâle entier devienne la référence du cadran lors de son…
Arnaud Brielles, avec Mathieu Soulabaille (Asserva). «Par rapport à l’ancien post-sevrage, le gain d’indice de consommation me fait fait gagner 4 500 euros de coût alimentaire par bande de 1 100 porcelets, soit 45 000 euros par an.» © D. Poilvet
Une alimentation de précision pour les porcelets
Arnaud Brielles a investi dans l’alimentateur Optimat d’Asserva pour distribuer un aliment humidifié aux porcelets logés dans son…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)