Aller au contenu principal

Le porc peut être producteur net de protéines

En valorisant des matières premières végétales non comestibles par l’homme, l’élevage de porc peut produire plus de protéines animales qu’il ne consomme de protéines végétales.

L'introduction de matières premières non consommable par l'homme dans l'aliment des porcs (tourteau de tournesol, par exemple) permet de limiter la compétition alimentaire entre l'homme et l'animal.
L'introduction de matières premières non consommable par l'homme dans l'aliment des porcs (tourteau de tournesol, par exemple) permet de limiter la compétition alimentaire entre l'homme et l'animal.
© LoranG76

La compétition alimentaire entre l’homme et les animaux d’élevage fait souvent débat, ces derniers étant en partie nourris avec des matières premières végétales qui pourraient être consommées directement par l’homme.

Chez les espèces granivores, le taux de concurrence alimentaire se situe entre 20 et 35 % chez le porc et, 20 à 65 % chez la volaille, tandis qu’il atteint 5 à 25 % pour les ruminants consommant majoritairement de l’herbe et des fourrages. « Cette concurrence se réduit à mesure que l’alimentation animale valorise des végétaux et des coproduits non comestibles par l’homme, notamment issus des transformations industrielles pour l’alimentation humaine », rappelle le groupement d’intérêt scientifique (Gis) Avenir élevage dans une récente synthèse. Ainsi, un tiers du grain de blé n’est pas consommé par l’homme (drêches, son…), de même que la totalité de la pulpe de betterave issue de l’extraction du sucre.

Augmenter la part des végétaux non comestibles

La concurrence entre alimentation humaine et animale ne s’appréhende plus de la même façon, si l’on prend en compte uniquement les produits végétaux comestibles par l’homme (grain de blé, de maïs…), en écartant les végétaux non comestibles (drêche, tourteau ou herbe pour les ruminants…).

 

 

 

L’illustration la plus parlante est celle des ressources en protéines. On considère que 2,5 kilos à 10 kilos de protéines végétales sont nécessaires pour produire un kilo de protéines animales, selon l’espèce et la ressource végétale. Mais en prenant en compte uniquement les protéines en concurrence avec l’alimentation humaine (et en écartant la part non comestible), les quantités nécessaires sont cinq à dix fois plus faibles (voir infographie).

En porc, pour produire un kilo de protéines animales, il faut environ 2,5 kilos de protéines végétales, mais seulement 0,6 à 1,5 kilo de protéines végétales consommables par l’homme. Cela signifie que le porc peut être producteur net de protéines (valeur inférieure à 1 kilo), c’est-à-dire produire plus de protéines animales qu’il ne consomme de protéines végétales.

La condition à cela est de maximiser la part des végétaux non comestibles dans l’aliment des porcs. En gros, plus la part de coproduits de céréales, de pois, de tourteaux non consommables (colza et tournesol) et de maïs humide est élevée dans la ration, plus la quantité de protéines végétales consommables par l’homme nécessaire par kilo de protéines animales diminue. Selon les scénarios étudiés dans le cadre du Gis Élevages demain, cette quantité avoisine 1,4 kilo dans le cas d’un élevage en aliment complet, et peut baisser à 1 voire 0,7 kilo, selon la composition des aliments.

En Faf, elle baisse à 0,9 voire 0,6 grâce à l’utilisation plus élevée de maïs humide, de tourteaux non consommables et de coproduits liquides. Le cas de l’élevage bio ressortait moins favorable du fait des matières premières utilisées plus en concurrence avec celles pour l’homme et d’un indice de consommation plus élevé.

Ces données rebattent les cartes sur la concurrence alimentaire entre l’homme et l’animal. Elles ne tiennent pas compte du fait que les protéines animales sont considérées de meilleure qualité que les protéines végétales, car elles contiennent plus d’acides aminés indispensables. Ainsi en termes d’apports protéiques, 100 g de viande de porc équivaut à 150 g de tofu ou 260 g de lentilles, illustre le Gis Avenir élevage.

 

Un hectare sur cinq destiné à l’élevage

En France, les animaux d’élevage occupent 52 % de la surface agricole utile, essentiellement sous forme de prairies permanentes ou semées et de surfaces fourragères.

Ils mobilisent en revanche 19 % de la surface cultivée (grandes cultures principalement), celle-ci excluant les terres non cultivables (infertiles, inondables, non labourables), par ailleurs valorisées par les animaux.

Ces données ne tiennent toutefois pas compte des surfaces à l’étranger liées à l’importation de matières premières destinées aux animaux.

Source : Agreste
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

François Valy, président de la FNP
La Fédération nationale porcine met la pression sur la grande distribution
La fédération nationale porcine (FNP) estime que l’aval et les GMS doivent payer les hausses de prix. Elle milite également pour…
L'introduction de matières premières non consommable par l'homme dans l'aliment des porcs (tourteau de tournesol, par exemple) permet de limiter la compétition alimentaire entre l'homme et l'animal.
Le porc peut être producteur net de protéines
En valorisant des matières premières végétales non comestibles par l’homme, l’élevage de porc peut produire plus de protéines…
Cooperl lance sa Bulle environnement
Communiquer sur les efforts entrepris en faveur de l’environnement, tel est l’objectif de la « Bulle environnement »…
Leon Trentmann. «Les enregistrements demandés par ITW me demandent quatre heures de plus chaque semaine.»
« Le bien-être doit être rentable pour l’éleveur de porc »
Leon Trentmann, éleveur de porcs naisseur-engraisseur en Allemagne, s’est engagé dans la démarche ITW. Une subvention a quasiment…
Les truies sont rapidement mises en liberté après l’insémination : elles disposent alors de 2,25m² par animal comme en gestante.
Vers une réduction de la contention dans les verrateries des élevages de porcs
En verraterie, il est possible d’améliorer le bien-être animal et le bilan environnemental en associant la mise en liberté des…
Cette barquette d'échine de porc  indique qu'il s'agit d'une viande bien-être (ITW) classée en mode de conduite 2.
Bien-être du porc : l'Allemagne veut faire simple pour être efficace
La filière viande allemande a pris à bras-le-corps la problématique du bien-être animal en édictant des règles applicables par la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)