Aller au contenu principal

Le marché du porc britannique dans l’incertitude après le Brexit

En février, le Royaume-Uni est officiellement sorti de l’Union européenne. Ce pays est un marché d’importance pour les exportateurs européens et les conséquences de ce retrait restent incertaines.

Les transformateurs européens, en particulier les Polonais, Néerlandais, Irlandais et Danois, seront les plus perturbés par le Brexit.  © Ifip
Les transformateurs européens, en particulier les Polonais, Néerlandais, Irlandais et Danois, seront les plus perturbés par le Brexit.
© Ifip

Avec une production annuelle de 889 000 tonnes équivalent carcasses (téc) pour une consommation indigène brute de 1,65 million de téc (1), le Royaume-Uni doit importer 55 % de ses besoins en viande de porc et produits de charcuterie. L’union européenne l’approvisionne en quasi-totalité (99,8 %), avec en tête le Danemark, les Pays-Bas et l’Allemagne. Le marché britannique se positionne parmi les premiers débouchés de viandes et co-produits du porc européen. Sur les onze premiers mois de l’année, les exportations de l’UE à destination du Royaume-Uni atteignent près de 2,5 milliards d’euros et 826 000 tonnes.

Le Royaume-Uni est un débouché à forte valeur pour les exportateurs européens. Près de la moitié de ses importations est constituée de produits transformés (bacon, saucisses). Les transformateurs européens, en particulier les Polonais, Néerlandais, Irlandais et Danois, seront les plus perturbés par le Brexit. Dans un avenir où le marché britannique serait plus ouvert aux importations nord-américaines, la concurrence pourrait être plus forte sur ces produits transformés.

En revanche, cette compétition sera moindre sur les viandes fraîches, qui représentent 77 % des viandes importées par le Royaume-Uni, contre 23 % sous forme congelée. Après le Brexit, la part du frais pourrait être modifiée, mais les viandes européennes ne pourront pas être en totalité compensées par les viandes congelées et par d’autres fournisseurs étrangers. Toutefois, l’application potentielle de droits de douane pourrait, à terme, contribuer à l’inflation et impacter la demande britannique.

Légère hausse du cheptel truies

Face au Brexit, une autre stratégie s’offre aux Britanniques : développer la production nationale ou limiter les barrières tarifaires à l’import. D’après la dernière enquête cheptel réalisée en novembre 2019, les effectifs porcins et de truies sont en hausse de 1,6 % par rapport à 2018, laissant entrevoir un timide redressement de la production dans les prochains mois. Toutefois, l’industrie porcine devra sécuriser un avenir pour les élevages britanniques.

Actuellement, une période de transition de onze mois permet aux entreprises de se préparer au retour des formalités douanières et au possible rétablissement des droits de douanes. Les relations commerciales restent ainsi inchangées jusqu’à fin 2020. À l’issue de cette période, si les négociations entre le Royaume-Uni et l’UE n’ont pas abouti, les règles par défaut de l’OMC se rétabliront, c’est-à-dire des barrières douanières et tarifaires. Outre ses relations avec l’UE, le pays doit également renégocier les accords avec ses autres clients internationaux.

(1) Données 2018, d’après calculs Ifip.

Types de produits importés par le Royaume-Uni (11 mois 2019)

 
Source : Ifip d’après Douanes.

Principaux fournisseurs du Royaume-Uni (11 mois 2019, viande et coproduits, hors vif)

 
Source : Ifip d’après Douanes.

Les plus lus

éleveur de porcs dans la Sarthe
« Mon atelier porcin d'engraissement est en synergie avec mes cultures »
Gérant et associé d’une maternité collective, Sébastien Renvoisé a en parallèle investi dans un atelier d’engraissement, raisonné…
François Denoual : «Avec la nouvelle maternité, je compte améliorer le nombre de sevrés par truie et gagner en confort de travail.»
« J'optimise mon temps de travail avec le nouveau naissage de mon élevage de porcs»

À la tête d’un élevage de 174 truies et sa suite, François Denoual a investi dans un bâtiment regroupant la maternité et la…

Les porcelets sont mélangés en groupes de trois à quatre portées.
« La sociabilisation des porcelets en maternité m’apporte beaucoup d’avantages »

Depuis deux ans, Ségolène sociabilise ses porcelets en maternité. Elle y voit de nombreux avantages sur ses conditions de…

Les journées s’articulent généralement autour d’une visite d’élevage chez l’un des membres du groupe.
Les éleveurs de porcs réfléchissent en groupe pour anticiper les évolutions des élevages
Les Chambres d’agriculture de Bretagne animent cinq groupes d’éleveurs de porcs répartis sur toute la région. Les thématiques…
Michel Bloc'h, président de l'UGPVB l’élevage a deux défis à relever : l’investissement et le renouvellement des élevages. "
Quels sont les défis à relever pour maintenir l’élevage de porcs en France?
L’assemblée générale de l’Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne (UGPVB) a souligné les difficultés que…
La conjoncture économique plus favorable en 2023 encourage les investissements dans les bâtiments d'élevage.
Trésoreries : Une bonne année 2023 en élevage de porc

La hausse du prix du porc en 2023 a permis de renflouer les trésoreries des élevages de porc, mises à mal depuis 2020. L’étude…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)