Aller au contenu principal

Le Jambon Noir, nouveau fleuron de la gastronomie périgourdine

Le Jambon Noir du Périgord est une marque créée par 35 éleveurs du groupement Périgord Porc et le Saloir du Périgord qui fabrique des jambons secs. En 2011, ils vont en vendre 20 000.

Eleveurs de porcs à Montcaret en Dordogne, Jacques et Godelive Van der Horst commercialisent dans leur magasin du Jambon Noir du Périgord, en complément de leur activité principale de vente de fromage.
Eleveurs de porcs à Montcaret en Dordogne, Jacques et Godelive Van der Horst commercialisent dans leur magasin du Jambon Noir du Périgord, en complément de leur activité principale de vente de fromage.
© dp

Si vous voyez du Jambon Noir du Périgord dans les rayons de votre GMS favorite, surtout achetez-en. Il est excellent, et les 35 éleveurs du groupement Périgord Porc vous en seront reconnaissants. Ce sont eux qui sont à l’origine de la création de ce produit, il y a trois ans. «Nous étions à la recherche d’une meilleure valorisation de notre production, pour apporter de la plus- value financière », explique Jean-François Renaud, le président du groupement. L’idée de créer un jambon sec haut de gamme fait rapidement son chemin. Une association s’est créée entre le groupement, le Saloir du Périgord, une entreprise du nord de la Dordogne spécialisée dans la fabrication de jambons secs, et les deux abattoirs du département, Arcadie et Coudeyrat. « Grâce à l’implantation locale de tous les acteurs de cette filière, nous avons pu sans difficultés mettre en
avant    l’origine    périgourdine    de produit », explique Laurent Mollon, le directeur    du    Saloir    du    Périgord. « Savoir que le jambon est issu d’un porc élevé et abattu en Périgord, et qu’il a été préparé dans le département, est un critère de choix essentiel pour le consommateur, souvent perdu face à la multitude de références des grandes surfaces. »


JAMBON SEC SUPÉRIEUR


Mais pour vendre ce jambon, il faut aussi qu’il soit bon. « Nous avons opté pour une production de jambon sec supérieur, dont la durée de séchage est de huit mois ». Ensuite, il a fallu le différencier de ses concurrents. « Avec l’Institut du Goût de Périgueux, nous avons remis au goût du jour une ancienne recette locale, pour retenir au final un frottage manuel du jambon aux baies de genièvre qui l’aromatise et colore sa surface en noir » affirme Laurent Mollon. Cette finition particulière fait la différence à la fois visuellement et d’un point de vue gustatif. La couleur noire évoque aussi le célèbre Périgord Noir. Pour la mise au point du packaging et de la communication, l’as- sociation a fait appel à une jeune entreprise locale. Les couleurs foncées ont été savamment étudiées pour que l’emballage rappelle l’image
traditionnelle du produit.La technique d’affinage « à l’ancienne », ainsi que la « recette de fabrication ancestrale » ont été mises en avant. Au final, l’étude de marché et l’élaboration du produit a coûté 50 000 euros à l’association. La moitié a été subventionnée par les collectivités locales, souvent prêtes à encourager les produits qui font la promotion du terroir. Du côté de la production, le cahier des charges du jambon de Bayonne déjà appliqué par les éleveurs suffit largement pour fournir les jambons dont Le Saloir du Périgord a besoin. « Dans ce genre de démarche, il ne faut pas que la plus-value nette pour les éleveurs soit minorée par des contraintes supplémentaires », met en garde Jean François Renaud. Une plus- value qui se monte à 25 centimes par kilo de jambon pour l’éleveur, soit environ 5 euros par carcasse. Les abatteurs reçoivent 10 c/kg. Le Saloir du Périgord, qui assure la fabrication et la commercialisation auprès des distributeurs, s’adjuge une plus-value à la vente équivalente, « dans une démarche de répartition équitable des marges », souligne Laurent Mollon. « Nous positionnons le Jambon Noir du Périgord à un prix raisonnable par rapport à ses concurrents directs », ajoute-t-il.


150 TONNES EN 2012


Le rapport qualité-prix exceptionnel du Jambon Noir du Périgord devrait permettre d’en vendre 150 tonnes en 2012, soit l’équivalent de 30 000 jambons. « En deux ans, nous sommes passé de 0 à 10 % du chiffre d’affaire de l’entreprise », se réjouit-il. Les clients sont surtout localisés dans le Sud-Ouest, le Centre et l’Est de la France, aussi bien en GMS que dans les commerces traditionnels. Au niveau national, le produit est référencé chez Grand Frais. « Mais nous avons du mal à nous imposer auprès des grandes centrales d’achat. Nous sortons des circuits classiques et la place est déjà prise par les grandes marques nationales. » Laurent Mollon croit cependant ferme- ment au développement du Jambon Noir du Périgord. « Le groupement produit annuellement 80 000 porcs. Le potentiel n’est donc pas encore totalement exploité. Ensuite, les retours de nos clients sont tous positifs. Pas un seul n’a déréférencé le produit. » Pour augmenter la plus-value des carcasses, l’association compte développer de nouveaux produits comme « l’enchaud du Périgord », un rôti confit, ou encore du saucisson, tout cela bien sûr sous la marque « Le Porc du Périgord ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Romain Louzaouen s’est préparé très tôt à son installation. « Il faut du temps pour mûrir son projet, conforter ses décisions, échanger avec les cédants. Il me paraissait important de les impliquer dans le projet. » © A. Puybasset
Jeune installé en porc : « On vise l’autonomie et la qualité de vie »
Romain Louzaouen est installé depuis 2019 avec son frère David dans le Finistère. La reprise d’une ferme voisine a permis d’…
© M.Courades
L’arrêt de la castration à vif des porcelets au cœur des débats de la Fédération Nationale Porcine
La Fédération nationale porcine (FNP) a réaffirmé son souhait que le mâle entier devienne la référence du cadran lors de son…
Arnaud Brielles, avec Mathieu Soulabaille (Asserva). «Par rapport à l’ancien post-sevrage, le gain d’indice de consommation me fait fait gagner 4 500 euros de coût alimentaire par bande de 1 100 porcelets, soit 45 000 euros par an.» © D. Poilvet
Une alimentation de précision pour les porcelets
Arnaud Brielles a investi dans l’alimentateur Optimat d’Asserva pour distribuer un aliment humidifié aux porcelets logés dans son…
L’enjeu pour raisonner les élevages de demain est de répondre à la fois aux attentes de la société, et à celles des éleveurs en termes de qualité de travail et de niveau de rémunération. © D. Poilvet
L’incidence environnementale des élevages doit être évaluée globalement
L’Ifip pilote un nouveau programme de recherche dont l’objectif est d’évaluer globalement les incidences environnementales de…
Le temps de travail hebdomadaire tous élevages avec truies confondus, est proche d’une UTH pour 56 truies présentes. © Chambres d'agriculture de ...
Un temps de travail important en élevage de porcs bio
Les éleveurs de porcs bio en bâtiment travaillent 33 heures par truie présente et par an, selon une enquête réalisée par les…
La fièvre porcine africaine a fait diverger les prix du porc en Europe

Le marché du porc européen est en plein remous depuis l’irruption de la fièvre porcine africaine (FPA) en Allemagne en…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)