Aller au contenu principal
Font Size

Le Grand Ouest s’oriente vers l’AOP

Des jeunes administrateurs de groupements se sont prononcés pour la création d’une association d’organisations de producteurs dans l’Ouest de la France.

Durant le premier semestre de l’année, un comité de pilotage composé de jeunes administrateurs des groupements de l’Ouest de la France a planché sur le projet d’association d’organisations de producteurs (AOP). Leur conclusion est sans équivoque : "il faut le faire !" Pour eux, trois objectifs doivent être atteints : "redonner un vrai pouvoir commercial aux éleveurs, faire valoir la qualité en simplifiant les signes officiels de qualité, et donner envie aux jeunes de s’investir dans le métier d’éleveur de porcs". À cela s’ajoute la nécessité d’inscrire la production porcine dans la réforme annuelle de la politique agricole commune (PAC), "ce qui permettrait d’élaborer des plans opérationnels assortis de moyens financiers", souligne Michel Bloc’h, le président de l’Union des groupements de producteurs de Bretagne (UGPVB). Le projet rédigé par le groupe de travail a été soumis aux présidents des groupements le 28 août pour validation. L’UGPVB a reçu mandat pour engager des discussions avec la Commission européenne et le ministère de l’Agriculture en vue de l’obtention d’une reconnaissance.

 

Témoignages : David Louzaouen, administrateur Porc Armor Évolution

David Louzaouen, administrateur Porc Armor Évolution

« Mettre en place des stratégies communes »

« L’AOP doit être une structure qui permettra à tous les groupements d’échanger entre eux, quel que soit le sujet. Elle devra surtout leur permettre de mettre en place des stratégies communes de commerce à des périodes difficiles de l’année : vente des porcs au MPB, exportations en vif… Les OP doivent démontrer qu’elles sont capables de s’organiser pour l’intérêt collectif. Cependant, chaque groupement doit continuer à proposer des solutions propres sur le terrain auprès de leurs adhérents, y compris concernant les débouchés. L’émulation, source de progrès, doit se maintenir entre eux. Dans le groupe de travail mis en place pour définir le projet AOP, nous avons réussi à trouver un terrain d’entente entre les éleveurs provenant des différents groupements. Nous nous connaissons presque tous depuis notre passage aux JA. Nous n’avons pas vécu les conflits passés qui ont dégradé les relations entre les groupements. Il était donc plus facile pour nous de mettre de côté les clivages traditionnels, et de réfléchir ensemble à la construction de cette AOP dans l’intérêt de tous. »

 

 

David Riou, administrateur Evel’Up

David Riou, administrateur Evel’Up © D. Riou

« Notre avenir passe par une organisation collective »

« Il est primordial que l’AOP se fasse et que la jeune génération prenne ce dossier à bras-le-corps. Depuis quelques années les éleveurs sont bousculés par les abattoirs : retards d’enlèvement, différence de prix avec l’Allemagne… La faute en revient essentiellement à la dispersion de l’offre. Notre avenir passe par une meilleure organisation collective. Nous devons mettre en place une organisation nous permettant d’avancer de front face aux abattoirs. Des jeunes provenant de différents horizons ont discuté de ce sujet sans tabou, en faisant abstraction de l’histoire des groupements. Nous devons dépasser les clivages traditionnels. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
À l’entrée de l’élevage, une signalétique oriente les visiteurs vers les différents points d’entrée de l’élevage. Un parking à voiture a été aménagé en zone publique. © T. Marchal
Les entrées des élevages de porcs doivent être protégées pour assurer une biosécurité efficace
Thierry Marchal a mis en place des mesures de bon sens pour gérer correctement les points de passage entre la zone d’élevage et l…
La bétaillère doit être systématiquement nettoyée et désinfectée après chaque transport. © D. Poilvet
Des règles strictes pour le transport des porcs par les éleveurs
L’administration a fixé des règles de biosécurité concernant le transport de porcs réalisé par les éleveurs, qui représente un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)