Aller au contenu principal

Le Covid-19 pourrait accélérer la démondialisation

© G. Omnès

Après des années d’intensification du commerce international, la mondialisation est entrée dans le discrédit général, accentué par la pandémie du coronavirus, selon Thierry Pouch, économiste à l’APCA (Assemblée permanente des chambres d’agriculture). La rupture était clairement apparue lors de la crise économique de 2008-2009, qui s’était accompagnée d’une baisse des échanges internationaux. Ce constat a été conforté par le processus de relocalisation de certaines industries, fortement influencé par les écarts de coûts salariaux dans le monde. Le Covid 19 pourrait accélérer cette démondialisation. De plus, le caractère libéral du commerce mondial a progressivement fait place à des protections nationales. Un exemple récent est le conflit commercial entre la Chine et les États-Unis, qui peut être considéré comme une interruption de la libéralisation du commerce mondial et une réintroduction des accords bilatéraux entre les nations. De plus, les citoyens-consommateurs sont devenus sensibles aux méthodes de production, à la disponibilité des produits et biens, à l’innovation et au respect de l’environnement et des droits de l’homme conduisant également au protectionnisme. Ainsi, la démondialisation gagne en importance. Le ralentissement de la croissance économique mondiale peut être largement attribué à la situation économique de la Chine. Cette situation s’est aggravée depuis l’apparition du coronavirus. Début mars, l’OCDE a de nouveau révisé à la baisse ses prévisions économiques pour l’année 2020. Le Covid-19 déstabilise désormais l’économie mondiale et souligne l’interdépendance internationale, notamment entre le monde occidental et la Chine.

Q. Mathieu et T. Pouch, 2020. Thomas Diafoirus, médecin et probable prix Nobel d’économie 2020 ou les effets probables du COVID-19 sur l’économie mondiale et sur l’agriculture. Analyses et perspectives n° 2002 - mars 2020.

Avis d’expert : Jan Peter Van Ferneij, Ifip-Institut du porc

« La filière porcine européenne est trop dépendante de la Chine »

« La filière porcine européenne est devenue dépendante de la demande chinoise, qui achète plus de la moitié de ses exportations. Depuis janvier, ces exportations sont interrompues par le Covid-19. En raison des barrières de transport en Chine, il était souvent impossible de livrer la viande dans les villes. De nombreux conteneurs ont été stockés dans les ports chinois et asiatiques. Depuis mi-mars, ce stock dans les ports commence lentement à se résorber. Maintenant, les exportations européennes se heurtent aux problèmes logistiques, liés au manque de disponibilité de containers et à la diffusion du coronavirus en Europe. Nous vivons une époque très incertaine, avec une économie fragilisée, où il est extrêmement difficile d’imaginer comment la consommation répondra au confinement des populations, comment les exportations se dérouleront dans un contexte d’une concurrence accrue avec les États-Unis et comment les prix évolueront. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

La végétation (ici un mélange moha –trèfles) est bien consommée par les animaux.
Un éleveur bio expérimente le pâturage des porcs charcutiers
Carl Sheard est éleveur de porcs bio dans la région des Pays de la Loire. Il expérimente la pratique du pâturage des porcs en…
"Plus de bien-être animal, moins d’impact environnemental dans notre élevage de porcs"
"Plus de bien-être animal, moins d’impact environnemental dans notre élevage de porcs"
L’EARL de la Foutelais approvisionne la société Bordeau Chesnel en porcs charcutiers engraissés dans un bâtiment alternatif de…
Le nouveau bloc maternité de la Scea Binard se compose de deux salles de 90 places équipées de cases maternité « bien-être » pour un investissement total de 7 200 euros par place (dont un surcoût lié au terrassement).
Deux salles maternités de 90 places de truies conçues pour le confort de travail
La Scea Binard vient d’investir dans un bâtiment maternité doté de deux grandes salles de 90 places. Les associés de l’…
Kevin et Benjamin Coupu ont saisi l’opportunité d’un nouveau débouché de valorisation pour investir dans un bâtiment d’engraissement alternatif de porcs sur paille avec un raclage en V des déjections.
Jeune installé en porc : « Devancer les contraintes pour en faire des opportunités »
Kevin et Benjamin Coupu sont installés depuis 2018 sur l’exploitation familiale. Ils ont repris en complément une ferme voisine…
Sylvain Serandour. «L’été, en début de soirée, les cochons sont nombreux à venir profiter de la fraîcheur de la courette.»
Les cochons valident leur bâtiment bien-être
Un an après la mise en route de leur engraissement alternatif de 1 200 places, Sylviane et Sylvain Serandour se disent satisfaits…
Six chinois parmi les dix principaux producteurs de porcs dans le monde
Six chinois parmi les dix principaux producteurs de porcs dans le monde

Le classement des 40 principaux producteurs de porcs dans le monde possédant au moins 100 000 truies…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)