Aller au contenu principal

Le courant passe entre le photovoltaïque et le porc

L’autoconsommation d’énergie photovoltaïque est « la » piste pertinente pour baisser la facture énergétique en élevage de porc. La rentabilité économique peut atteindre 7 à 8 %.

La production d'énergie peut atteindre 50% des besoins sur les heures pleines. © D. Poilvet
La production d'énergie peut atteindre 50% des besoins sur les heures pleines.
© D. Poilvet

Le photovoltaïque est une fabrique d’électricité à la ferme ! Le principe est de transformer la lumière du soleil en électricité. Le passage de la lumière (photon) à travers les panneaux photovoltaïques va générer un courant électrique continu. Puis, ce dernier va être converti en courant alternatif via les onduleurs pour une utilisation finale dans l’élevage.

Les deux systèmes existants sont l’injection et l’autoconsommation. L’injection est la vente d’électricité à EDF via des panneaux photovoltaïques. L’autoconsommation, c’est la propre consommation d’électricité produite par les panneaux pour la ferme. L’objectif est d’autoconsommer 100 % de la production des panneaux. Pour autant, celle-ci ne représentera qu’un maximum de 20 % des besoins annuels de l’élevage. En effet, la nuit, les panneaux ne produisent pas. La meilleure autoproduction se situe en période estivale et peut atteindre 50 % sur les heures pleines (le jour). Pour les éleveurs de porc, l’autoconsommation doit être privilégiée. De plus, il n’y a aucune taxe, contrairement à l’achat chez un fournisseur d’électricité. Dans ce dernier cas, la facture se scinde en trois parties : la fourniture d’énergie (kWh) aux environs de 40 %, les réseaux de distribution-transport pour 35 % et les taxes et contributions pour 25 %, d’où l’intérêt de l’autoconsommation. Celle-ci dispense l’éleveur des taxes et de la distribution-transport.

Le graphique ci-contre est un exemple de comparaison de l’évolution du coût moyen de l’électricité du fournisseur (EDF ou autre) sur les 20 prochaines années (+2 %/an) au coût de l’électricité produit et autoconsommé à la ferme. Ici, l’installation photovoltaïque a un coût d’électricité autoconsommé de 9 c €/kWh pendant les 15 premières années (annuité de remboursement + coût de maintenance) et ensuite 2 c €/kWh (coût de maintenance seule). Enfin, le taux de couverture d’une centrale photovoltaïque sur bâtiment agricole est au maximum de 20 %, c’est-à-dire que l’éleveur sera dépendant du fournisseur d’électricité à 80 %.

Contrairement à la vente totale, l’autoconsommation ne s’arrêtera pas au bout de 20 ans. Actuellement, les installateurs garantissent la production d’électricité sur 25 ans. Cela signifie qu’après remboursement de l’emprunt, le gain économique perdurera au-delà de 20 ans.

Ne pas négliger les pistes d’économies d’électricité

Avant d’investir dans le photovoltaïque, il est important d’optimiser des pratiques d’élevage pour faire des économies d’énergie. Ainsi, la bonne gestion du couple chauffage-ventilation, le respect des débits minimum de renouvellement d’air, l’étalonnage et le positionnement des sondes […] font partie des clés de réduction des consommations d’énergie. La question d’investir dans des équipements économes se pose également. Les ventilateurs économes, les échangeurs air-air, les pompes à chaleur, les chaudières bois, les niches à porcelets, les lampes à leds […] permettent de réaliser des économies d’énergie. L’investissement dans tel ou tel équipement passe par une analyse de faisabilité technico-économique. Dans l’idéal, la pose de sous-compteurs électriques permet d’identifier plus précisément les postes de consommations et les investissements à réaliser. Pour un élevage de 250 truies naisseur engraisseur, la consommation d’électricité se situe en moyenne à 246 000 kWh par an. Dans le cadre d’un projet d’investissement bâtiment porc, la question du label BEBC se pose.

Jean-yves.lelievre@bretagne.chambagri.fr
 
 
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Arrêt de la castration à vif : la pression monte
L’association d’éleveurs « pour le bien-être animal et la non castration » reste mobilisée au sujet de l’arrêté interdisant…
Michel et Bruno Hamon, Gaec Coat-Bihan. « Le lavage révèle la dextérité de celui qui le programme. » © D. Poilvet
Lavage en élevage de porc : « Le robot fait le travail le plus pénible »
Les associés du Gaec Coat Bihan à Plédéliac, dans les Côtes-d’Armor, utilisent deux robots de lavage pour laver toutes les salles…
Les nez humains doivent sentir les molécules odorantes sur le gras chauffé des carcasses. © UGPVB
Un kit de sélection des futurs nez humains pour détecter les odeurs sexuelles sur les carcasses de porcs en abattoir
Dans l’hypothèse d’un développement de la production de mâles entiers ou immunovaccinés, Armelle Prunier de l’Inrae a mis au…
Yann Grelet, avec Jean-Jacques Rocher, technico-commercial Nutréa, et Anne Bouché, responsable marché en nutrition porc Nutréa. L’entreprise a suivi chez Yann Grelet les performances des porcs charcutiers alimentés au blé noir grâce notamment à une bascule connectée qui pèse instantanément les animaux en cours d’engraissement. © D. Poilvet
Nutréa lance le porc « cultivé et nourri au blé noir »
Deux ans d’investigations ont été nécessaires à Nutréa en collaboration avec un éleveur morbihannais pour élaborer un cahier des…
© JC Gutner
Les Français ont consommé plus de porc en 2020
Le confinement et la tension budgétaire chez les ménages les plus fragiles ont favorisé l’engouement pour les produits du porc en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)