Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Le Cese pousse à l’étiquetage du bien-être animal

 © Casino
© Casino

Dans un avis en date du 27 novembre, le Conseil économique, social et environnemental (Cese) (1) propose de créer un « étiquetage contrôlé par les pouvoirs publics pour fournir une information claire quant aux conditions d’élevage, de transport et d’abattage des animaux ». L’assemblée consultative suggère ainsi un « diagnostic » de l’initiative Étiquette bien-être animal (lancée par le distributeur Casino et les ONG CIWF, OABA et LFDA), « en vue de lui accorder une reconnaissance officielle pour en élargir l’usage ». « Il s’avère difficile pour les consommatrices et les consommateurs de connaître avec certitude les conditions d’élevage des animaux », précise l’avis, qui aborde tous les stades de la filière.

Intégrer le bien-être dans les accords de libre-échange

Le Cese propose notamment d’intégrer « systématiquement » le bien-être animal dans les accords de libre-échange, « pour interdire les importations de viande qui ne répondent pas aux normes en vigueur en Europe ». Une position qui implique que « la ratification en l’état des accords de libre-échange (Ceta, Tafta, Mercosur…) n’est […] pas possible. » Dans son avis, le Cese préconise en tout une vingtaine de mesures concrètes, dont un plan national pour les abattoirs de proximité, un renforcement de la réglementation européenne ou encore l’interdiction de « la construction de nouveaux bâtiments en caillebotis intégral ». Il se positionne aussi pour une interdiction de « la caudectomie et [de la] castration sans anesthésie des porcs ». Enfin, l’assemblée consultative veut intégrer le bien-être animal dans les plans de filière, dans les signes de qualité ou encore « relever les exigences de bien-être animal dans le socle de base des cahiers des charges Viandes de France ».

(1) Le Cese est une assemblée constitutionnelle française composée de représentants sociaux (patronat, syndicats, associations). Il a une fonction consultative, optionnelle ou obligatoire dans le cadre du processus législatif.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

« A Shangaï, la vie reprend son cours habituel », témoigne Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l'Institut français du porc
Face à l’épidémie mondiale de coronavirus, l'espoir vient de Chine. Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l’institut…
Jan Peter Van Ferneij, Ifip-Institut du porc © D. Poilvet
Le Covid-19 pourrait accélérer la démondialisation

Après des années d’intensification du commerce international, la mondialisation est entrée dans le…

Répartition des abattages de porcs en Bretagne par groupe en 2019 © Chambre d'agriculture de ...
La concentration des abattages de porcs bretons se poursuit
Selon les données Uniporc Ouest analysées par la Chambre d’agriculture de Bretagne, la part de Cooperl dans les abattages de la…
Christophe Battas (à droite), et Jean-Charles Cantin, éleveur à Maroué. « L'identification RFID des porcelets permet de gérer un historique de traitement par animal, en totale conformité avec la réglementation. » © D. Poilvet
Cooperl veut élaborer une carte Vitale électronique pour chaque porc
Avec l’utilisation des boucles RFID pour identifier chaque animal, Cooperl a pour ambition de mettre en place un véritable carnet…
[Coronavirus] L’appli de téléconsultation vétérinaire Linkyvet gratuite pendant un mois
Pendant la crise du Covid-19, la solution française de téléconsultation vétérinaire Lynkyvet met à disposition gratuitement la…
Covid-19 : organiser le travail en élevage de porcs en période d’épidémie
Même en période d’épidémie, l’activité d’élevage doit se poursuivre. L’organisation du travail doit toutefois être adaptée pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)