Aller au contenu principal

La téléréalité au cœur des élevages québécois

L’émission de téléréalité Arrive en campagne fait un tabac sur la première chaîne télévisée québécoise avec un million de spectateurs sur environ huit millions d’habitants. Elle prépare sa cinquième saison. En compagnie du célèbre chef cuisinier Stefano Faita, une famille urbaine est invitée à passer 48 heures dans une exploitation et à participer au travail avec la famille d’agriculteurs qui l’accueille. Chaque semaine, l’émission fait découvrir une production et une région différente. Loin de l’image bucolique et trompeuse habituellement véhiculée par les médias télévisés, en France notamment, cette émission surprend car elle montre sans complexe la réalité des exploitations agricoles : des entreprises familiales modernes. Lors des émissions sur le porc, les images sont tournées à l’intérieur des bâtiments, de type et de taille conventionnels : cases maternité (voir vidéo) , verraterie, truies gestantes en case individuelle, porcs en engraissement… L’émission met en avant l’éleveur qui explique sa façon de produire, son organisation de travail. Un vétérinaire explique de façon didactique à quoi sert la biosécurité… La famille urbaine met la main à la pâte pour nourrir les truies, les amener en verraterie, participer au chantier d’épandange du lisier. Pour « pimenter » l’émission et apporter un côté ludique, elle doit relever quelques défis au cours de son immersion dans l’exploitation, par exemple compter sans se tromper et en quelques secondes les porcelets d’une case de post-sevrage (voir vidéo du défi).

Bientôt une adaptation française

L’émission s’achève autour d’un repas cuisiné à partir du produit de l’exploitation. Réalisé avec le partenariat d’organisations agricoles qui financent les émissions, dont la coop Fédérée et l’association des Porcs du Québec, « Arrive en campagne » offre une occasion originale de renouer le dialogue avec le citoyen-consommateur, tout en ciblant un public jeune et urbain. Un projet d’adaptation a démarré en France, avec une diffusion prévue le samedi matin sur TF1. Les producteurs CocoTV et Galaxie sont en train de « constituer un noyau de partenaires agricoles, financeurs et commanditaires de l’émission, qui bénéficie du soutien du ministère de l’Agriculture. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Romain Louzaouen s’est préparé très tôt à son installation. « Il faut du temps pour mûrir son projet, conforter ses décisions, échanger avec les cédants. Il me paraissait important de les impliquer dans le projet. » © A. Puybasset
Jeune installé en porc : « On vise l’autonomie et la qualité de vie »
Romain Louzaouen est installé depuis 2019 avec son frère David dans le Finistère. La reprise d’une ferme voisine a permis d’…
© M.Courades
L’arrêt de la castration à vif des porcelets au cœur des débats de la Fédération Nationale Porcine
La Fédération nationale porcine (FNP) a réaffirmé son souhait que le mâle entier devienne la référence du cadran lors de son…
Arnaud Brielles, avec Mathieu Soulabaille (Asserva). «Par rapport à l’ancien post-sevrage, le gain d’indice de consommation me fait fait gagner 4 500 euros de coût alimentaire par bande de 1 100 porcelets, soit 45 000 euros par an.» © D. Poilvet
Une alimentation de précision pour les porcelets
Arnaud Brielles a investi dans l’alimentateur Optimat d’Asserva pour distribuer un aliment humidifié aux porcelets logés dans son…
L’enjeu pour raisonner les élevages de demain est de répondre à la fois aux attentes de la société, et à celles des éleveurs en termes de qualité de travail et de niveau de rémunération. © D. Poilvet
L’incidence environnementale des élevages doit être évaluée globalement
L’Ifip pilote un nouveau programme de recherche dont l’objectif est d’évaluer globalement les incidences environnementales de…
Le temps de travail hebdomadaire tous élevages avec truies confondus, est proche d’une UTH pour 56 truies présentes. © Chambres d'agriculture de ...
Un temps de travail important en élevage de porcs bio
Les éleveurs de porcs bio en bâtiment travaillent 33 heures par truie présente et par an, selon une enquête réalisée par les…
La fièvre porcine africaine a fait diverger les prix du porc en Europe

Le marché du porc européen est en plein remous depuis l’irruption de la fièvre porcine africaine (FPA) en Allemagne en…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)