Aller au contenu principal
Font Size

[VIDEO] Une puce à l'oreille des porcs permet l'automatisation de la ration

Jérémy Diais, installé en Loire-Atlantique, élève 60 truies en bio. Le jeune producteur de porc a mis en place un système d’alimentation automatique. Tous ses cochons sont munis d’une puce RFID. Le système permet de les identifier, de les peser et d’adapter la ration.

Le producteur s’est installé hors cadre familiale. Il a transformé une ferme, comprenant des élevages de volailles et de vaches laitières. « En bio, tous nos cochons doivent avoir accès à des parcours extérieurs. Un poulailler ou une stabulation sont finalement plus faciles à adapter qu’un bâtiment traditionnel sur caillebotis », explique Jérémy Diais.

 

Le jeune agriculteur a également construit un atelier d’engraissement. Particularité : l’alimentation des porcs y est individualisée. Tous les cochons sont bouclés à la naissance avec une puce RFID. Ils sont ainsi identifiés et pesés plusieurs fois par jour. Le cochon entre dans une cage. S’il a déjà mangé, l’animal sera réorienté vers la zone de vie. En zone d’alimentation, le cochon accède à 2.6 kg d’aliment par jour. « « Chaque animal a une quantité d’aliment dédiée, car une identification est effectuée au nourrisseur. L’automate régule la ration. On évite ainsi les effets dominant/dominé ».

Le système est basé sur deux zones d’alimentation, l’une pour les plus jeunes et la seconde pour les plus âgés.  

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
À l’entrée de l’élevage, une signalétique oriente les visiteurs vers les différents points d’entrée de l’élevage. Un parking à voiture a été aménagé en zone publique. © T. Marchal
Les entrées des élevages de porcs doivent être protégées pour assurer une biosécurité efficace
Thierry Marchal a mis en place des mesures de bon sens pour gérer correctement les points de passage entre la zone d’élevage et l…
La bétaillère doit être systématiquement nettoyée et désinfectée après chaque transport. © D. Poilvet
Des règles strictes pour le transport des porcs par les éleveurs
L’administration a fixé des règles de biosécurité concernant le transport de porcs réalisé par les éleveurs, qui représente un…
Le système Spotmix mélange et distribue séparément la ration de chaque case. © Ferme des Trinottières
Retour gagnant pour l'alimentateur de précision Spotmix à la ferme expérimentale porcine des Trinottières
À la station expérimentale des chambres d’agriculture des Pays de la Loire, le système d’alimentation Spotmix permet une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)