Aller au contenu principal
Font Size

La forme subclinique de l’iléite porcine souvent sous-estimée en élevage

L’iléite porcine également, appelée Entéropathie Proliférative Porcine, est une maladie de l’appareil digestif attaquant principalement l’iléon, causée par la bactérie Lawsonia intracellulaire.

L'iléite porcine induit un épaississement de la muqueuse idéale avec de nombreux replis, prenant la forme d’un cerveau. © MSD Santé Animale
L'iléite porcine induit un épaississement de la muqueuse idéale avec de nombreux replis, prenant la forme d’un cerveau.
© MSD Santé Animale

Elle provoque une multiplication anarchique des entérocytes qui restent à un stade immature. « Cela induit un épaississement de la muqueuse idéale avec de nombreux replis, prenant la forme d’un cerveau (voir photo) », explique Sylvie Chouet, directrice technique de MSD lors de la conférence de presse annonçant le lancement d’un vaccin inactivé pour lutter contre l’iléite porcine.

La prévalence de cette bactérie dans les élevages de porcs est très importante, comme l’a confirmé une étude publiée en 2019 par le laboratoire MSD dans six pays d’Europe et menée dans des élevages ayant des troubles digestifs. « En France, 90 % des élevages enquêtés durant une année avaient au moins un prélèvement positif à ce pathogène. »

Il existe trois formes cliniques, variant notamment en fonction de l’âge des animaux, du nombre de bactéries et des surinfections.

- La forme clinique, l’iléite hémorragique, atteint davantage les animaux en fin d’engraissement et les jeunes reproducteurs. Cette forme est très caractéristique avec des mortalités brutales, des porcs devenant blancs avec des fèces noires liées à la présence de sang.

- La forme chronique atteint plutôt les porcs en croissance et fait partie du syndrome de diarrhées grises, avec des bouses couleur ciment et des petites tâches, à différencier des diarrhées très liquides colibacillaires. Elles provoquent une altération des performances techniques (IC, GMQ, hétérogénéité, sensibilité aux infections digestives).

- « La dernière forme, subclinique, est comme son nom l’indique, difficile à détecter mais c’est pourtant celle qui est la plus répandue. » Elle atteint aussi les porcs en croissance avec une atteinte de l’IC et du GMQ. Son diagnostic est moins évident. Elle est suspectée dès qu’il y a une altération des performances zootechniques sans lien avec une pathologique respiratoire ou digestive clairement exprimée. Il a été démontré récemment que cette maladie induit une diminution de la sécrétion de mucus de la paroi intestinale, qui devient plus sensible aux infections bactériennes secondaires. Plusieurs études ont montré que l’iléite subclinique coûtait au moins 5 euros par porc.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

La réglementation impose une ouverture sur trois côtés, avec une aire extérieure et des courettes partiellement découvertes. © D. Poilvet
Ce qui change pour le porc bio avec le futur règlement européen
Le projet de nouveau règlement européen pour l’agriculture biologique tend à durcir les conditions d’élevage du porc bio. Mais il…
Prix du porc en France classe SE et prévisions © RNM et estimations Ifip
Maintien prévu des cours du porc en 2020
Le prix du porc à la production restera stimulé par les importations chinoises dans un contexte de stabilité de l’offre…
Construite en 2017, la FAF du Gaec de la Riale est équipée d’une fosse de réception de 52 m3. L’aliment est stocké dans les silos existants. © B. Griffoul
Une fabrique d'aliment à la ferme pour "perdurer dans la production porcine"
Les éleveurs du Gaec de la Riale dans l’Aveyron ont investi dans une fabrique d’aliment à la ferme pour pérenniser leur élevage.…
Les abattoirs néerlandais utilisent la méthode du nez humain pour détecter les carcasses présentant des odeurs de verrats. © Ifip
Aux Pays-Bas, la production de porcs mâles entiers devient prédominante
Depuis 2014, le marché de détail néerlandais s’est entièrement converti à la vente de viande de porcs mâles entiers. La filière…
Deux plateformes au niveau des cellules extérieures de blé et d'orge permettent une maintenance en toute sécurité.  © Y. Le Moigne
Un agrandissement de la fabrique d’aliment à la ferme porcine à coût réduit
La SCEA de Restrezerc’h (groupement Evel'Up) a doublé la capacité de sa fabrique d’aliment intégrale en limitant les…
Éric Van Remoortere. "Je me suis installé par intérêt pour l’élevage en plein air et par conviction pour le bio." © D.Poilvet
Dans l’Indre, la nouvelle génération d’éleveurs de porcs passe au 100 % bio
Dans la famille Van Remoortere, la nouvelle génération d’éleveurs s’oriente délibérément vers l’élevage bio. Ils ont pris la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)