Aller au contenu principal

La forme subclinique de l’iléite porcine souvent sous-estimée en élevage

L’iléite porcine également, appelée Entéropathie Proliférative Porcine, est une maladie de l’appareil digestif attaquant principalement l’iléon, causée par la bactérie Lawsonia intracellulaire.

L'iléite porcine induit un épaississement de la muqueuse idéale avec de nombreux replis, prenant la forme d’un cerveau. © MSD Santé Animale
L'iléite porcine induit un épaississement de la muqueuse idéale avec de nombreux replis, prenant la forme d’un cerveau.
© MSD Santé Animale

Elle provoque une multiplication anarchique des entérocytes qui restent à un stade immature. « Cela induit un épaississement de la muqueuse idéale avec de nombreux replis, prenant la forme d’un cerveau (voir photo) », explique Sylvie Chouet, directrice technique de MSD lors de la conférence de presse annonçant le lancement d’un vaccin inactivé pour lutter contre l’iléite porcine.

La prévalence de cette bactérie dans les élevages de porcs est très importante, comme l’a confirmé une étude publiée en 2019 par le laboratoire MSD dans six pays d’Europe et menée dans des élevages ayant des troubles digestifs. « En France, 90 % des élevages enquêtés durant une année avaient au moins un prélèvement positif à ce pathogène. »

Il existe trois formes cliniques, variant notamment en fonction de l’âge des animaux, du nombre de bactéries et des surinfections.

- La forme clinique, l’iléite hémorragique, atteint davantage les animaux en fin d’engraissement et les jeunes reproducteurs. Cette forme est très caractéristique avec des mortalités brutales, des porcs devenant blancs avec des fèces noires liées à la présence de sang.

- La forme chronique atteint plutôt les porcs en croissance et fait partie du syndrome de diarrhées grises, avec des bouses couleur ciment et des petites tâches, à différencier des diarrhées très liquides colibacillaires. Elles provoquent une altération des performances techniques (IC, GMQ, hétérogénéité, sensibilité aux infections digestives).

- « La dernière forme, subclinique, est comme son nom l’indique, difficile à détecter mais c’est pourtant celle qui est la plus répandue. » Elle atteint aussi les porcs en croissance avec une atteinte de l’IC et du GMQ. Son diagnostic est moins évident. Elle est suspectée dès qu’il y a une altération des performances zootechniques sans lien avec une pathologique respiratoire ou digestive clairement exprimée. Il a été démontré récemment que cette maladie induit une diminution de la sécrétion de mucus de la paroi intestinale, qui devient plus sensible aux infections bactériennes secondaires. Plusieurs études ont montré que l’iléite subclinique coûtait au moins 5 euros par porc.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Échanges intra-européens et vers la Chine de viande de porc © Source : Ifip
La PPA en Allemagne bouleverse les échanges commerciaux
La fermeture du marché chinois au porc allemand, suite à l’annonce de cas de peste porcine africaine (PPA) dans le pays, risque d…
La mesure et la notation des queues des porcs testés ont permis d'objectiver l'importance de la caudophagie.  © A. Puybasset
Adrien Montefusco teste l’arrêt de la caudectomie sur ses porcelets
Avec Le Gouessant, l’éleveur expérimente l’élevage de porcs avec une queue non raccourcie. Loin de généraliser cette pratique, il…
Le rattachement au cahier des charges qualité-traçabilité au logo Le Porc Français répond au besoin de mieux valoriser la production nationale. © D. Poilvet
Le Porc Français s’adosse au cahier des charges qualité traçabilité
L’interprofession Inaporc a annoncé la fusion de la démarche Le Porc Français et du cahier des charges QT enrichi de nouveaux…
La station de Romillé se dote d'un nouveau bâtiment permettant d'engraisser la totalité des porcelets produits. © Ifip
Romillé, un outil pour une R & D d’excellence
Bien-être, numérique, biosécurité… La station expérimentale de l’Ifip évolue pour répondre aux nouveaux enjeux de la filière…
Comment reconnecter les éleveurs de porcs et les consommateurs
Au grand débat du Space, écologistes, éleveurs et communicants ont débattu sur les moyens de reconnecter éleveurs de porcs et…
Michel Bloch, président de l'Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne. « Si nous pensons au court terme pour nos structures, on ne fera rien. Si nous pensons aux éleveurs, l’AOP se fera.» © D. Poilvet
« Le projet d’AOP est entre les mains des groupements »
Le président de l’UGPVB, Michel Bloch, exhorte les administrateurs des groupements à valider le projet d’association d’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)