Aller au contenu principal

Porc : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière porcine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de porcs.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

La consommation d’antibiotiques pour les porcs continue de diminuer

Le rapport annuel de l’Anses montre qu’en 2013 les ventes d’antibiotiques pour les porcs ont atteint le niveau le plus bas depuis 1999, première année de suivi. Le tonnage a encore baissé de près de 6 % par rapport à 2012.

© F. Fourm/archives

En 2013, les tonnages d’antibiotiques à destination des porcs ont chuté de 59,8 % par rapport à 1999 et de 45,9 % par rapport à 2009, année où s’est réellement enclenché le mouvement de réduction. Si l’on tient compte de la diminution du cheptel, l’exposition des porcs aux antibiotiques a chuté de 27,7 % sur les cinq dernières années.
Le plan Ecoantibio 2017 dont l’objectif est de baisser de 25 % l’utilisation de l’ensemble des antibiotiques est donc atteint pour le porc. Toutes espèces confondues, l’exposition globale aux antibiotiques a baissé de 15,7 % sur les cinq dernières années (et de 7,3 % entre 2012 et 2013).
L’Anses calcule en outre que pour l’espèce porcine, la durée de traitement moyenne, toutes voies et familles de produits confondus, est passée de 8,4 jours en 1999 à 6,3 jours en 2013. C’est essentiellement la conséquence de la diminution de l’usage des traitements via les prémélanges médicamenteux qui en l’occurrence ne représentent plus que 36 % des cas contre 67 % en 1999. Parallèlement, la proportion de traitements sous forme de poudres et solutions orales est passée de 22 % à 51 % des traitements en 2013.

Par ailleurs, la filière s’est distinguée par une réduction drastique du recours aux antibiotiques « critiques », les céphalosporines de dernière génération (- 66 % entre 2013  et 2007) et les fluoroquinolones (- 26 %). « Si l’initiative de restriction de l’utilisation des Céphalosporines de dernières générations ne semble pas avoir fondamentalement induit une modification de l’usage chez les truies, la diminution de l’usage chez les porcs en croissance est considérable », précise le rapport de l’Anses qui calcule qu’en 2013 seulement 6,4 % des porcs en croissance ont reçu un traitement à base de ceftiofur ou de cefquinone.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Vignette
Aux États-Unis, les contrôles des défauts de carcasse confiés aux abattoirs

Le département américain de l’agriculture (USDA) prévoit de retirer toute limite à la vitesse à laquelle les abattoirs…

Vignette
L’Ifip teste un système de détection et de suivi automatique de la toux
L’Ifip a testé sur la station expérimentale de Romillé un dispositif d’enregistrement capable de détecter la présence de toux en…
Les règles se durcissent pour l’alimentation des porcs bio

Au 1er janvier 2021 pour les porcs bio de plus de 35 kg, au 1er janvier 2025 pour les plus petits…

Vignette
Un nouvel observatoire national des vaccins vétérinaires

Le Syndicat de l’industrie du médicament et réactif vétérinaires (SIMV) vient de publier les taux de vaccination des…

Vignette
La Chine prépare déjà l’après fièvre porcine africaine
Les autorités chinoises veulent rétablir la production rapidement. Les grands groupes présents dans le pays pourraient en…
Vignette
Les Allemands testent les viandes odorantes dans les charcuteries

33 %, c’est le taux maximum de viandes odorantes acceptable dans la mêlée pour faire une saucisse de Francfort de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT'Hedbo Porc (tendances et cotations de la semaine)