Aller au contenu principal

La chambre d’agriculture de Bretagne teste les lampes régulées sur niches en maternité

Selon un test réalisé par la chambre d’agriculture de Bretagne, des lampes régulées sur niches en maternité permettent une économie d’électricité de 72 % sur le fonctionnement global du chauffage et de la ventilation.

Les lampes régulées sur niches permettent d'économiser 65 euros d'électricité par place et par an. © RV Biotech
Les lampes régulées sur niches permettent d'économiser 65 euros d'électricité par place et par an.
© RV Biotech

La chambre d’agriculture de Bretagne a évalué les économies d’énergie dans une salle équipée de niches avec lampes régulées infrarouges à la station expérimentale de Guernévez, dans le Finistère. D’après le comptage électrique effectué sur les huit bandes de l’essai, la consommation moyenne de chauffage était de 13,3 kWh par place tandis que celle de la ventilation affichait 12,7 kWh par place. Au total, les consommations moyennes du chauffage et de la ventilation étaient de 26 kWh par place.

Un retour sur investissement proche de cinq ans

RPO271 testé pour vous lampe

Pour une conduite en sept bandes avec un sevrage à 28 jours, la consommation énergétique imputable au chauffage et à la ventilation est alors de 226 kWh par place et par an pour la maternité équipée de lampes régulées sur niches. Par rapport à la référence Ademe de 819 kWh par place et par an pour le chauffage et la ventilation (étude URE Ademe 2008), les économies d’énergie sont proches de 72 %. Cela représente aujourd’hui une économie de 65 euros par place et par an pour un tarif de l’électricité fixé à 0,11 €/kWh. Le prix proposé par l’équipementier pour équiper deux cases est d’environ 650 euros HT, lampes régulées et capots inclus. Dans ces conditions, le temps de retour sur investissement s’évalue à environ cinq ans sur les seules économies d’énergie réalisées.

Le chauffage est régulé à l’aide du capteur infrarouge

L’équipement comprend un capot par case, un tapis en caoutchouc, une lampe de 150 watts, un capteur infrarouge ainsi qu’un boîtier de régulation des lampes de deux cases. Le chauffage est régulé à l’aide du capteur infrarouge qui mesure la température de peau des porcelets. Ce mode de mesure est plus précis qu’une simple sonde qui régule l’intensité des lampes sur la seule mesure de la température de l’air. La température de consigne chauffage préconisée au départ est de 34 °C. Elle baisse de 0,5 °C par jour jusqu’à atteindre 27 °C au bout de 14 jours. Les niches permettent de fixer la température de consigne ventilation de la salle à 20 °C sans gaspillage de chaleur, afin d’assurer un confort thermique optimal aux truies.

 

Les + et les –

+
Chauffage localisé
Régulation à la niche
Confort des animaux
Économies d’énergie
 
-
Moins bonne visibilité des porcelets
Lavage plus difficile
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les animaux produits par Laurent Dartois, l’éleveur, sont destinés à une commercialisation haut de gamme supérieure au label rouge dont la distribution se fera dans les rayons boucherie frais de l’enseigne Intermarché.
« Un élevage de porcs entre le conventionnel et le bio »
Le cahier des charges de la SA Ker Angel est unique dans son genre. Pour le concrétiser, Laurent Dartois, l’éleveur, et le…
Cooperl veut se désengager du dispositif collectif de gestion de l'équarissage pour valoriser à terme les co-produits issus des animaux trouvés morts.
Le collectif de la filière porcine française en danger
L’actualité de ces derniers mois démontre les tensions grandissantes dans la filière. Les dossiers de la fin de la castration à…
Les éleveurs ont construit une fosse de réception en béton d’une capacité de 15 tonnes. Les céréales sont reprises par une vis de diamètre 160 mm puis par un élévateur à godets qui les envoie vers les trois cellules de stockage.
"Nous baissons le prix de nos aliments porcs grâce à notre fabrique à la ferme"
Philippe et Guillaume Vasseur fabriquent les 800 tonnes d’aliments annuels nécessaires pour leur atelier de multiplication de 130…
Chaque rangée est composée de 11 cases libertés Pro Dromi Basic de Vereijken, de 2,7 mètres de long sur 2,42 mètres de large, soit une surface totale par case de 6,5 m2.
Une maternité pour truies en liberté à coûts maîtrisés
Dans la Manche, le Gaec de Kerezenn a agrandi son élevage de 145 à 180 truies et investi dans une maternité de 44 places,…
Les ministres de l’UE prudents sur l’interdiction des cages dans les élevages
Les ministres de l’UE prudents sur l’interdiction des cages dans les élevages

Sur le principe, tous les États membres, ou presque, souscrivent au renforcement des règles de l’UE en matière de bien-…

Une fois dans l’auge, l’aliment absorbe rapidement l’eau. Cela donne une forme de bouillie vite consommée par les porcelets. © D. Poilvet
Spécial SPACE : Quoi de neuf en nutrition porcine?
Beaucoup de nouveautés nutritionnelles seront présentées au Space pour répondre aux besoins de démédication et à l’arrêt de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)