Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Jusqu’à 60 litres d’eau consommée par truie et par jour grâce aux alimentateurs de précision en maternité

Dans sa nouvelle maternité de 50 places équipée d’alimentateurs individuels de précision, Frédéric Baudet a constaté des consommations d’eau et d’aliment nettement supérieures à celles d’une alimentation à la soupe.

Un doseur à roue délivre 130 grammes d’aliment avec une distribution simultanée d’eau quand les sondes disposées en fond d’auge sont découvertes. © D. Poilvet
Un doseur à roue délivre 130 grammes d’aliment avec une distribution simultanée d’eau quand les sondes disposées en fond d’auge sont découvertes.
© D. Poilvet

Pour Frédéric Baudet, éleveur à Maroué dans les Côtes-d’Armor, l’objectif en maternité est simple : « je veux que tous les sevrages soient à 13 porcelets sevrés au minimum sous la truie ». Un objectif qu’il a déjà quasiment atteint depuis qu’il a construit sa nouvelle maternité de 50 places, conçue pour une conduite en cinq bandes et un sevrage à 21 jours (voir Réussir Porc mai 2018 page 34), avec seulement deux bandes au-dessous des 13 porcelets à cause d’un épisode de diarrhée. Le bâtiment neuf contribue bien sûr à atteindre cet objectif, avec notamment des cases balance, et des alimentateurs individuels (Maternéo d’Asserva) qui lui permettent de gérer précisément l’alimentation de ses truies allaitantes. Dès leur entrée en maternité, les truies ont à disposition une quantité d’aliment définie à partir d’une courbe d’alimentation élaborée par l’éleveur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

« A Shangaï, la vie reprend son cours habituel », témoigne Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l'Institut français du porc
Face à l’épidémie mondiale de coronavirus, l'espoir vient de Chine. Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l’institut…
Jan Peter Van Ferneij, Ifip-Institut du porc © D. Poilvet
Le Covid-19 pourrait accélérer la démondialisation

Après des années d’intensification du commerce international, la mondialisation est entrée dans le…

Répartition des abattages de porcs en Bretagne par groupe en 2019 © Chambre d'agriculture de ...
La concentration des abattages de porcs bretons se poursuit
Selon les données Uniporc Ouest analysées par la Chambre d’agriculture de Bretagne, la part de Cooperl dans les abattages de la…
Christophe Battas (à droite), et Jean-Charles Cantin, éleveur à Maroué. « L'identification RFID des porcelets permet de gérer un historique de traitement par animal, en totale conformité avec la réglementation. » © D. Poilvet
Cooperl veut élaborer une carte Vitale électronique pour chaque porc
Avec l’utilisation des boucles RFID pour identifier chaque animal, Cooperl a pour ambition de mettre en place un véritable carnet…
[Coronavirus] L’appli de téléconsultation vétérinaire Linkyvet gratuite pendant un mois
Pendant la crise du Covid-19, la solution française de téléconsultation vétérinaire Lynkyvet met à disposition gratuitement la…
Covid-19 : organiser le travail en élevage de porcs en période d’épidémie
Même en période d’épidémie, l’activité d’élevage doit se poursuivre. L’organisation du travail doit toutefois être adaptée pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)