Aller au contenu principal
Font Size

Investir, un pari sur l’avenir

Le CERFrance Bretagne démontre l’intérêt d’investir pour des productions hors sol telles que le porc, dont les résultats financiers sont très dépendants de la maîtrise de la technique et des charges opérationnelles.

Véronique Kerlidou, CERFrance Bretagne. "La rentabilité des productions hors sol est très sensible aux investissements productifs, car leurs coûts de productions sont essentiellement liés à la maîtrise de la technique et des charges opérationnelles."
© C. Gérard

Georges Douguet et Véronique Kerlidou, économistes au CERFrance Bretagne, soulignent l’importance pour les producteurs de porcs d’investir régulièrement dans leurs outils de production. "La rentabilité des productions hors sol est très sensible aux investissements productifs qui permettent de mieux gérer le niveau des charges opérationnelles. Ces charges représentent 71 % du coût de revient total", rappelaient-ils lors de l’assemblée générale du CRP Bretagne à Saint-Brieuc le 23 juin dernier. "L’influence des charges de structure est nettement moins importante que pour les productions liées au sol."

Une étude réalisée pour le CRP Bretagne et l’UGPVB le démontre. La marge brute des récents investisseurs (1176 euros par truie en 2015) est supérieure à celle de la moyenne des élevages spécialisés porcs en Bretagne (987 euros par truie). Soit un écart de 190 euros par truie, ou encore 7 centimes par kilo produit.

Le CERFrance Bretagne souligne que les investissements les plus intéressants sont ceux qui ont pour objectif de rendre les élevages plus autonomes. Ils concernent essentiellement la construction ou l’acquisition de nouvelles places d’engraissement pour diminuer le façonnage ou la vente de porcelets, et la construction d’installations pour stocker les céréales à la ferme et pour fabriquer ses aliments. "55 % des récents investisseurs produisent leurs aliments, contre seulement 34 % des élevages spécialisés bretons", indique Georges Douguet. Avec pour conséquence directe un prix moyen d’aliment plus bas (257 €/t contre 264 €/t), qui contribue à l’amélioration de la marge brute. "Force est de constater que les éleveurs qui investissent dans la FAF obtiennent en moyenne de meilleurs résultats économiques, même si elle ne peut pas compenser de mauvaises performances techniques."

Meilleures performances techniques, mais prix de revient identique

Techniquement, les récents investisseurs obtiennent de meilleures performances, avec notamment un indice de consommation global plus bas (2,80 contre 2,87) et une productivité des truies supérieure (26,2 contre 25,6). D’un point de vue financier, leur capital d’exploitation est logiquement plus élevé : 6 032 euros par truie, contre 3 680 euros pour la moyenne. Le taux d’endettement des deux groupes est similaire, autour de 73 %. "Sur ce point, il existe cependant une différence fondamentale entre les deux groupes", constate Georges Douguet. "Pour les éleveurs ayant récemment investi, ce niveau d’endettement s’explique en majorité par des dettes à long terme liées aux nouvelles constructions qui améliorent la productivité de l’élevage. Elles représentent 73 % des dettes totales, contre 59 % pour la moyenne Bretagne. En revanche, leur niveau d’endettement à court terme est moins élevé que celui de la moyenne des élevages spécialisés."

Le coût de revient moyen des deux groupes est identique, car la meilleure marge brute des récents investisseurs est annulée par un niveau d’amortissement des bâtiments plus élevé. "Il ne faut pas oublier qu’un investissement suppose une prise de risque", met en garde Georges Douguet. "En période de cours bas, les résultats économiques se resserrent entre les deux groupes. Les éleveurs ayant investi peuvent aussi bien se retrouver en difficulté qu’avec un élevage vieillissant." Mais les périodes de cours élevés profitent nettement plus aux élevages dont les performances techniques sont bonnes. "En production porcine, l’investissement joue pleinement son rôle de pérennisation de l’outil de production sur le long terme." Des investissements qui jouent également un rôle important sur le confort de travail, un élément essentiel dans la gestion des salariés. Avec aussi pour conséquence un élevage plus facile à transmettre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
La case Protek se pose comme le modèle standard du bien-être animal en maternité. © B. Plesse
I-Tek étoffe sa gamme de cases bien-être pour les truies en maternité
I-Tek refond entièrement sa gamme de cases maternité bien-être avec la commercialisation de trois modèles différents.
L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les études démontrent des contaminations par les mouches à l'intérieur et à l'extérieur des bâtiments d'élevage. © Elanco
Les mouches peuvent transmettre la fièvre porcine africaine
Des études scientifiques démontrent le rôle important des mouches dans la transmission des maladies du porc.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)