Aller au contenu principal

Investir pour gagner en compétitivité

Philippe Bizien, président du Comité régional porcin de Bretagne, souligne la nécessité vitale d’investir dans les élevages pour bien préparer l’avenir.

Philipipe Bizien, président du CRP Bretagne. « Notre filière doit être en capacité d’offrir des produits de qualité à prix compétitifs aux consommateurs les moins aisés. » © D. Poilvet
Philipipe Bizien, président du CRP Bretagne. « Notre filière doit être en capacité d’offrir des produits de qualité à prix compétitifs aux consommateurs les moins aisés. »
© D. Poilvet

« Le projet de notre filière ne peut se limiter à une montée en gamme […]. Nous devons être aussi en capacité d’offrir des produits de qualité à prix compétitifs aux consommateurs les moins aisés », soulignait Philippe Bizien, lors de l’assemblée générale du Comité régional porcin (CRP) de Bretagne, le 27 juin dernier. Une prise de position qui rappelle que le projet de filière élaboré par l’interprofession, dans le cadre des États généraux de l’alimentation, met surtout en avant la nécessité de retrouver de la compétitivité pour produire au moindre coût. « La hausse des cours liée à la FPA en Chine nous rappelle que notre filière est en prise directe avec le marché international. La compétitivité est nécessaire pour ne pas perdre du terrain face à nos concurrents. » Et s’adressant aux éleveurs : « investissez pour moderniser votre outil, pour améliorer la cohérence de la chaîne de production, créer des places de truies et d’engraissement, rationaliser les flux, pour les conditions de travail, le bien-être du personnel et des animaux, la biosécurité ». Un vaste programme, « nécessaire pour préparer l’avenir », souligne-t-il.

La segmentation doit être maîtrisée par la production organisée

Cependant, le CRP Bretagne ne tourne pas le dos à la segmentation de la production, « à condition qu’elle soit valorisante et maîtrisée par la production organisée, et non par notre amont ou notre aval ». Il met notamment de grands espoirs dans le projet de rattachement de la démarche Le porc français (né, élevé et abattu en France) à la charte qualité traçabilité (QT), qui garantit l’identification et la notification des mouvements des animaux. L’interprofession Inaporc a été chargée de faire des propositions pour enrichir le contenu actuel de la démarche QT, afin d’inscrire toute la production dans une montée en gamme progressive. Huit items ont été définis : mise en place d’une zone d’isolement pour les animaux malades, déclaration d’activité, présence de matériau manipulables dans les cases, huit heures d’éclairage par jour, accès permanent à de l’eau fraîche, abord des bâtiments bien entretenus, plan de lutte contre les rongeurs, et mise en place d’une aire d’équarrissage. Une période de test est en cours dans un échantillon d’élevages jusqu’à fin 2019.

L’AOP toujours en débat

Le projet d’AOP (association d’organisations de producteurs) lancé il y a un an par l’UGPVB (union des groupements de producteurs de Bretagne) a également été mis à l’ordre du jour de l’AG. Un groupe de jeunes éleveurs issus des conseils d’administration des groupements de producteurs de porcs a été missionné pour définir son contenu. « Elle devra réunir toutes les organisations professionnelles, qu’elles soient liées ou non à des abattoirs, pour définir et porter un plan stratégique qui permettrait à la production porcine de bénéficier demain de mesures sectorielles de la politique agricole commune (PAC) », résume Philippe Bizien, qui souligne aussi que « les OP amont, qui s’adressent à plusieurs abattoirs, devront s’organiser pour gérer collectivement les problèmes de fluidité pour le compte de leurs adhérents ».

L’AOP pour les tomates, ça marche !

Les coopératives finistériennes ont créé un cahier des charges commun "sans pesticides" pour valoriser leur production de tomates. © D. Poilvet
Les coopératives finistériennes ont créé un cahier des charges commun "sans pesticides" pour valoriser leur production de tomate

Les participants à l’AG ont pu entendre les témoignages des dirigeants des coopératives finistériennes de la tomate cultivée sous serre qui se sont regroupées pour valoriser leur production « cultivées sans pesticides ». « Plutôt que de se tirer dans les pattes et d’avancer sur les marchés en ordre dispersé, nous avons préféré nous concerter pour envoyer un message clair aux consommateurs grâce à un cahier des charges et un logo communs », expliquent Pierre-Yves Jestin, le président de Savéol, et Marc Kérangueven, président de la Sica St Pol et de Prince de Bretagne. Lancée en 2018, cette démarche monte progressivement en gamme. « Elle apporte 10 à 15 % de valeur ajoutée à notre production conventionnelle », soulignent les dirigeants, qui espèrent qu’à terme, le « sans pesticides » concerne 100 % de leur production. « Nous ne pouvons pas nous positionner sur le marché des tomates standard », justifient-ils. Un an après son lancement, 10 % des volumes commercialisés par les coopératives sont estampillés "sans pesticides".

D.P.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Romain Louzaouen s’est préparé très tôt à son installation. « Il faut du temps pour mûrir son projet, conforter ses décisions, échanger avec les cédants. Il me paraissait important de les impliquer dans le projet. » © A. Puybasset
Jeune installé en porc : « On vise l’autonomie et la qualité de vie »
Romain Louzaouen est installé depuis 2019 avec son frère David dans le Finistère. La reprise d’une ferme voisine a permis d’…
© M.Courades
L’arrêt de la castration à vif des porcelets au cœur des débats de la Fédération Nationale Porcine
La Fédération nationale porcine (FNP) a réaffirmé son souhait que le mâle entier devienne la référence du cadran lors de son…
Arnaud Brielles, avec Mathieu Soulabaille (Asserva). «Par rapport à l’ancien post-sevrage, le gain d’indice de consommation me fait fait gagner 4 500 euros de coût alimentaire par bande de 1 100 porcelets, soit 45 000 euros par an.» © D. Poilvet
Une alimentation de précision pour les porcelets
Arnaud Brielles a investi dans l’alimentateur Optimat d’Asserva pour distribuer un aliment humidifié aux porcelets logés dans son…
L’enjeu pour raisonner les élevages de demain est de répondre à la fois aux attentes de la société, et à celles des éleveurs en termes de qualité de travail et de niveau de rémunération. © D. Poilvet
L’incidence environnementale des élevages doit être évaluée globalement
L’Ifip pilote un nouveau programme de recherche dont l’objectif est d’évaluer globalement les incidences environnementales de…
Le temps de travail hebdomadaire tous élevages avec truies confondus, est proche d’une UTH pour 56 truies présentes. © Chambres d'agriculture de ...
Un temps de travail important en élevage de porcs bio
Les éleveurs de porcs bio en bâtiment travaillent 33 heures par truie présente et par an, selon une enquête réalisée par les…
Didier Gaudré, Ifip-Institut du porc © Ifip
Des tanins pour réduire les odeurs sexuelles des carcasses de porc

Selon une étude d’un groupe de chercheurs tchèques et slovaques, l’incorporation de 2 % d’extraits de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)