Aller au contenu principal

Fipso s’adapte à la demande des marchés

Aux côtés d’un porc conventionnel de qualité qui représente la majorité de ses volumes, Fipso développe des productions différenciées par leur mode d’élevage en label rouge et en bio.

Mis en service en 2001, l’abattoir Fipso de Lahontan, dans les Pyrénées-Atlantiques, est le dernier né des abattoirs industriels français. Il traite 610 000 porcs chaque année, produits pour les deux tiers par les adhérents du groupement Fipso, et achetés pour le tiers restant auprès d’autres structures des régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie, et un peu en Bretagne et Pays de la Loire. « Notre intérêt est de privilégier le plus possible nos approvisionnements sur la zone de production du jambon de Bayonne », tient à préciser le directeur du groupe Fipso, Patrick Le Foll, qui insiste sur l’importance de produire avant tout un porc conventionnel de qualité, répondant aux attentes d’une large majorité des consommateurs. " Nous travaillons en premier lieu sur l’origine locale des produits." L’expérience Sojalim, qui permet de valoriser le soja produit localement par les éleveurs de porcs, est un succès (voir Réussir Porc juin 2018 page 42).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Échanges intra-européens et vers la Chine de viande de porc © Source : Ifip
La PPA en Allemagne bouleverse les échanges commerciaux
La fermeture du marché chinois au porc allemand, suite à l’annonce de cas de peste porcine africaine (PPA) dans le pays, risque d…
La mesure et la notation des queues des porcs testés ont permis d'objectiver l'importance de la caudophagie.  © A. Puybasset
Adrien Montefusco teste l’arrêt de la caudectomie sur ses porcelets
Avec Le Gouessant, l’éleveur expérimente l’élevage de porcs avec une queue non raccourcie. Loin de généraliser cette pratique, il…
Le rattachement au cahier des charges qualité-traçabilité au logo Le Porc Français répond au besoin de mieux valoriser la production nationale. © D. Poilvet
Le Porc Français s’adosse au cahier des charges qualité traçabilité
L’interprofession Inaporc a annoncé la fusion de la démarche Le Porc Français et du cahier des charges QT enrichi de nouveaux…
La station de Romillé se dote d'un nouveau bâtiment permettant d'engraisser la totalité des porcelets produits. © Ifip
Romillé, un outil pour une R & D d’excellence
Bien-être, numérique, biosécurité… La station expérimentale de l’Ifip évolue pour répondre aux nouveaux enjeux de la filière…
Comment reconnecter les éleveurs de porcs et les consommateurs
Au grand débat du Space, écologistes, éleveurs et communicants ont débattu sur les moyens de reconnecter éleveurs de porcs et…
Michel Bloch, président de l'Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne. « Si nous pensons au court terme pour nos structures, on ne fera rien. Si nous pensons aux éleveurs, l’AOP se fera.» © D. Poilvet
« Le projet d’AOP est entre les mains des groupements »
Le président de l’UGPVB, Michel Bloch, exhorte les administrateurs des groupements à valider le projet d’association d’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)