Aller au contenu principal

Faire face aux controverses sur l’élevage

Le Comité régional porcin des Pays de la Loire met en avant l’intérêt du dialogue et la coconstruction de systèmes viables pour les éleveurs afin de contrer les opposants aux élevages.

Gérard Bourcier, président du CRP des Pays de la Loire « La montée en gamme implique des investissements et nécessite une rémunération plus élevée. »
© V.Bargain

Lors de son assemblée générale à Angers le 26 juin dernier, le Comité régional porcin (CRP) des Pays de la Loire a débattu sur les stratégies à adopter pour faire face aux controverses sur l’élevage de porcs. Selon Christine Roguet, de l’Ifip, L’objectif prioritaire doit être de « regagner la confiance du public en s’adaptant, anticipant, dialoguant et en faisant évoluer les pratiques ». Un enjeu est de répondre aux attentes pour calmer la controverse et progresser vers un consensus, volontairement (démarches filière) ou par la réglementation. Un autre est de financer les évolutions. « Soit il y a segmentation et seuls les acheteurs paient, soit tout le monde paie par des initiatives de distributeurs, une orientation des aides PAC, une montée en gamme. » En France, Casino veut instaurer un étiquetage sur le bien-être animal. L’ONG welfariste CIWF concentre ses efforts en truies sur les cases de mise bas alternatives, amovibles ou liberté. « Les retours sur les truies gestantes en groupe sont positifs", admet Gérard Bourcier, le président du CRP, qui souligne cependant que le bien-être implique des investissements et nécessite une rémunération plus élevée. « Nous travaillons avec les distributeurs pour qu’ils informent les consommateurs sur le bien-être et qu’il y ait un juste prix pour l’éleveur », assure Amélie Legrand, responsable agroalimentaire à CIWF. Or, selon Guillaume Rochard, responsable boucherie de Système U Ouest, l’élasticité des prix ne dépasse pas 5 %. « Pour que l’évolution tarifaire soit mesurable pour l’éleveur, il faut des contrats de filière ou des signes distinctifs, » affirme-t-il. Chez Fleury Michon, on met plutôt l’accent sur la santé, « qui est la première attente du consommateur », estime David Garbous, directeur marketing chez Fleury Michon. « La filière est à un virage stratégique", a conclu Gérard Bourcier. "Nous devons entendre les remarques et proposer des évolutions réalistes. Et il faut que le consommateur soit informé pour qu’il puisse faire ses choix en connaissance de cause. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les animaux produits par Laurent Dartois, l’éleveur, sont destinés à une commercialisation haut de gamme supérieure au label rouge dont la distribution se fera dans les rayons boucherie frais de l’enseigne Intermarché.
« Un élevage de porcs entre le conventionnel et le bio »
Le cahier des charges de la SA Ker Angel est unique dans son genre. Pour le concrétiser, Laurent Dartois, l’éleveur, et le…
Cooperl veut se désengager du dispositif collectif de gestion de l'équarissage pour valoriser à terme les co-produits issus des animaux trouvés morts.
Le collectif de la filière porcine française en danger
L’actualité de ces derniers mois démontre les tensions grandissantes dans la filière. Les dossiers de la fin de la castration à…
Les éleveurs ont construit une fosse de réception en béton d’une capacité de 15 tonnes. Les céréales sont reprises par une vis de diamètre 160 mm puis par un élévateur à godets qui les envoie vers les trois cellules de stockage.
"Nous baissons le prix de nos aliments porcs grâce à notre fabrique à la ferme"
Philippe et Guillaume Vasseur fabriquent les 800 tonnes d’aliments annuels nécessaires pour leur atelier de multiplication de 130…
Chaque rangée est composée de 11 cases libertés Pro Dromi Basic de Vereijken, de 2,7 mètres de long sur 2,42 mètres de large, soit une surface totale par case de 6,5 m2.
Une maternité pour truies en liberté à coûts maîtrisés
Dans la Manche, le Gaec de Kerezenn a agrandi son élevage de 145 à 180 truies et investi dans une maternité de 44 places,…
Les ministres de l’UE prudents sur l’interdiction des cages dans les élevages
Les ministres de l’UE prudents sur l’interdiction des cages dans les élevages

Sur le principe, tous les États membres, ou presque, souscrivent au renforcement des règles de l’UE en matière de bien-…

Une fois dans l’auge, l’aliment absorbe rapidement l’eau. Cela donne une forme de bouillie vite consommée par les porcelets. © D. Poilvet
Spécial SPACE : Quoi de neuf en nutrition porcine?
Beaucoup de nouveautés nutritionnelles seront présentées au Space pour répondre aux besoins de démédication et à l’arrêt de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)