Aller au contenu principal

Faire face aux controverses sur l’élevage

Le Comité régional porcin des Pays de la Loire met en avant l’intérêt du dialogue et la coconstruction de systèmes viables pour les éleveurs afin de contrer les opposants aux élevages.

Gérard Bourcier, président du CRP des Pays de la Loire « La montée en gamme implique des investissements et nécessite une rémunération plus élevée. »
© V.Bargain

Lors de son assemblée générale à Angers le 26 juin dernier, le Comité régional porcin (CRP) des Pays de la Loire a débattu sur les stratégies à adopter pour faire face aux controverses sur l’élevage de porcs. Selon Christine Roguet, de l’Ifip, L’objectif prioritaire doit être de « regagner la confiance du public en s’adaptant, anticipant, dialoguant et en faisant évoluer les pratiques ». Un enjeu est de répondre aux attentes pour calmer la controverse et progresser vers un consensus, volontairement (démarches filière) ou par la réglementation. Un autre est de financer les évolutions. « Soit il y a segmentation et seuls les acheteurs paient, soit tout le monde paie par des initiatives de distributeurs, une orientation des aides PAC, une montée en gamme. » En France, Casino veut instaurer un étiquetage sur le bien-être animal. L’ONG welfariste CIWF concentre ses efforts en truies sur les cases de mise bas alternatives, amovibles ou liberté. « Les retours sur les truies gestantes en groupe sont positifs", admet Gérard Bourcier, le président du CRP, qui souligne cependant que le bien-être implique des investissements et nécessite une rémunération plus élevée. « Nous travaillons avec les distributeurs pour qu’ils informent les consommateurs sur le bien-être et qu’il y ait un juste prix pour l’éleveur », assure Amélie Legrand, responsable agroalimentaire à CIWF. Or, selon Guillaume Rochard, responsable boucherie de Système U Ouest, l’élasticité des prix ne dépasse pas 5 %. « Pour que l’évolution tarifaire soit mesurable pour l’éleveur, il faut des contrats de filière ou des signes distinctifs, » affirme-t-il. Chez Fleury Michon, on met plutôt l’accent sur la santé, « qui est la première attente du consommateur », estime David Garbous, directeur marketing chez Fleury Michon. « La filière est à un virage stratégique", a conclu Gérard Bourcier. "Nous devons entendre les remarques et proposer des évolutions réalistes. Et il faut que le consommateur soit informé pour qu’il puisse faire ses choix en connaissance de cause. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

La nouvelle maternité liberté réalisée par Gildas Hamel à Trégomeur, dans les Côtes-d'Armor, est constituée de 36 grandes cases dans une salle unique pour une conduite en cinq bandes. © D. Poilvet
Une maternité grand espace pour des truies en liberté
A Trégomeur dans les Côtes d'Armor, Gildas Hamet a investi dans une maternité équipée de 36 cases liberté pour son élevage de 250…
Pierre Cloarec dans la zone de courettes de son nouvel engraissement. «Je tenais à ce que les porcs aient un accès à l'extérieur.»  © A. Puybasset
Un bâtiment bien-être avec courettes extérieures pour l’engraissement des porcs
Pierre Cloarec a investi dans un engraissement alternatif de 672 places, avec lumière naturelle et courette extérieure. Son…
L'export devrait stimuler la production dans les bassins de production américain. © Chayakorn/stock.adobe.com
La production de porcs dans le monde va augmenter en 2021
La production mondiale de porcs devrait rebondir en 2021 par rapport à 2020. Mais la reprise ne permettra pas de retrouver les…
Frédéric Bloyet, le chef d’élevage de la Huettière (2e en partant de la droite) avec Charline Bardoul, Thibault Juton et Quentin Boisrame. « Une bonne productivité des truies est le résultat d’un travail d’équipe. » © D. Poilvet
Une productivité élevée des truies grâce à l’organisation du travail dans une maternité collective
À la SCEA de la Huettière, chaque bande en maternité est sous la responsabilité de l’un des trois techniciens d’élevage de l’…
La recherche de l'origine du foyer d'infection doit mobiliser les chasseurs pour rechercher d'éventuels sangliers morts de PPA.
Peste porcine : un plan d’intervention sanitaire d’urgence testé en Bretagne
Alors que le risque PPA demeure aux portes de l’Hexagone, l’administration teste depuis plusieurs mois l’efficacité d’un plan d’…
l'abattoir JPS à Josselin (Côtes d'Armor) est une filiale du groupe Mousquetaires dont fait partie Intermarché. © Les mousquetaires
L’activité des abattoirs de porcs JPS et Jean Floc’h en Bretagne a progressé de plus de 1 % en 2020
Les deux groupes d'abattage privés arrivent en deuxième et troisième position dans le classement des plus importants abatteurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)