Aller au contenu principal

Évolution positive des volumes chez Cirhyo

Philippe Chanteloube, Francis Le Bas (président) et Gérard Dutois, les dirigeants de Cirhyo
© D.R.

En 2018, la coopérative Cirhyo basée à Montluçon, dans l’Allier, a commercialisé 1,3 million de porcs charcutiers, un volume en hausse de 3,4 % sur un an. Ces porcs ont été produits par 572 adhérents, détenant 62 959 truies. La taille moyenne des exploitations progresse, avec 358 truies présentes par élevage. Les filières de qualité tiennent une place importante : 210 500 porcs en filière non OGM (+2,5 %), 144 643 porcs en filière label rouge (+2 %) et 21 148 porcs bio (+3,8 %). Cirhyo est particulièrement ambitieux sur ce dernier créneau, avec un objectif de 50 000 porcs charcutiers bio en 2022. Les dirigeants de la coopérative soulignent l’importance de leur partenariat avec la société Tradival qui détient les abattoirs de Lapalisse, dans l’Allier, de Fleury-les-Aubrais, dans le Loiret, et l’usine de produits élaborés de La Talaudière, dans la Loire. "Ce partenariat étroit permet de coller pleinement au marché. On constate en 2018 une demande accrue pour des filières régionalisées", soulignent-ils. Cette demande a permis de développer la production, notamment au travers du parc d’engraissement. "Les projets pour 2019 sont nombreux, et confirment le formidable potentiel de développement de la zone Cirhyo grâce à ses atouts environnementaux."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Romain Louzaouen s’est préparé très tôt à son installation. « Il faut du temps pour mûrir son projet, conforter ses décisions, échanger avec les cédants. Il me paraissait important de les impliquer dans le projet. » © A. Puybasset
Jeune installé en porc : « On vise l’autonomie et la qualité de vie »
Romain Louzaouen est installé depuis 2019 avec son frère David dans le Finistère. La reprise d’une ferme voisine a permis d’…
© M.Courades
L’arrêt de la castration à vif des porcelets au cœur des débats de la Fédération Nationale Porcine
La Fédération nationale porcine (FNP) a réaffirmé son souhait que le mâle entier devienne la référence du cadran lors de son…
Arnaud Brielles, avec Mathieu Soulabaille (Asserva). «Par rapport à l’ancien post-sevrage, le gain d’indice de consommation me fait fait gagner 4 500 euros de coût alimentaire par bande de 1 100 porcelets, soit 45 000 euros par an.» © D. Poilvet
Une alimentation de précision pour les porcelets
Arnaud Brielles a investi dans l’alimentateur Optimat d’Asserva pour distribuer un aliment humidifié aux porcelets logés dans son…
L’enjeu pour raisonner les élevages de demain est de répondre à la fois aux attentes de la société, et à celles des éleveurs en termes de qualité de travail et de niveau de rémunération. © D. Poilvet
L’incidence environnementale des élevages doit être évaluée globalement
L’Ifip pilote un nouveau programme de recherche dont l’objectif est d’évaluer globalement les incidences environnementales de…
Le temps de travail hebdomadaire tous élevages avec truies confondus, est proche d’une UTH pour 56 truies présentes. © Chambres d'agriculture de ...
Un temps de travail important en élevage de porcs bio
Les éleveurs de porcs bio en bâtiment travaillent 33 heures par truie présente et par an, selon une enquête réalisée par les…
Didier Gaudré, Ifip-Institut du porc © Ifip
Des tanins pour réduire les odeurs sexuelles des carcasses de porc

Selon une étude d’un groupe de chercheurs tchèques et slovaques, l’incorporation de 2 % d’extraits de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)