Aller au contenu principal

10 kilos de plus de poids de portées grâce aux alimentateurs individuels de précision en maternité

Grâce à ses nouveaux alimentateurs individuels de précision installés en maternité, Philippe Gicquel a amélioré les poids de portée de dix kilos au sevrage.

Éleveur à Gomené, dans les Côtes-d’Armor, à la tête d’un atelier de 150 truies naisseur engraisseur, Philippe Gicquel a vu le poids des portées au sevrage passer de moins de 90 kilos à près de 100 kilos en moyenne pour un sevrage à 28 jours depuis qu’il a investi dans des alimentateurs individuels de précision en maternité (Gestal Solo). Ceci sans dégradation de l’état d’engraissement des truies. « Avec ma machine à soupe, je n’arrivais pas à couvrir les besoins alimentaires de mes Naïma 2.0 qui sèvrent désormais régulièrement 13 porcelets par portée, explique-t-il. Le volume des auges était insuffisant. Mais si j’augmentais le nombre de repas quotidiens, la quantité de soupe à préparer était trop juste à chaque repas. » Ses nouveaux alimentateurs répartissent la distribution des rations fixées quotidiennement par l’ordinateur en quatre repas de deux heures distribués régulièrement dans la journée entre 5 heures du matin et 21 heures le soir. L’éleveur utilise trois courbes d’alimentation prédéfinies par le logiciel (primipares, secondes portées et 3es portées et plus). Les truies reçoivent un premier aliment de lactation sécurisé jusqu’à 15 jours après la mise bas, puis un second plus énergétique jusqu’au sevrage pour favoriser la production laitière. Selon une analyse réalisée par Michel Launay, responsable technique Choice, les multipares consomment 7,2 kilos d’aliment par jour en moyenne, et les cochettes 6 kilos. « Des apports largement suffisants pour couvrir à la fois les besoins énergétiques et protéiques », souligne-t-il.

La truie gère elle-même son rythme d’ingestion

Les alimentateurs sont conçus pour que la truie puisse gérer elle-même son rythme d’ingestion et éviter le gaspillage. Elle déclenche la distribution d’une dose de 850 grammes en actionnant une bague magnétique coulissante le long d’une tige métallique située au fond de l’auge. L’intervalle entre deux distributions est de 15 minutes. Si la truie consomme toute la quantité programmée sur la journée, elle bénéficie d’un surplus de 20 %. Christophe Normand, le salarié de l’élevage, souligne que le suivi des consommations est facilité par la présence d’un témoin lumineux sur le boîtier individuel de commande situé au-dessus de chaque auge. Sa couleur diffère selon la quantité d’aliment ingéré. « En cas de ration non consommée, je peux intervenir directement sur le boîtier pour diminuer la quantité programmée », explique-t-il. « Mais grâce au fractionnement des apports et à la distribution à la demande, il n’y a jamais d’auges à vider. Le travail en maternité est considérablement simplifié. Par ailleurs, les truies sont plus calmes qu’avec une distribution soupe. Il y a moins d’écrasements de porcelets. » Le Gestal Solo ne gère pas la distribution de l’eau, ce qui ne semble pas poser de problèmes particuliers, selon Philippe Gicquel. « Chaque truie dispose dans son auge d’une pipette basse pression à haut débit. Ainsi, c’est la truie qui gère elle-même ses besoins », constate-t-il. Près de deux ans après l’installation de ses alimentateurs, l’éleveur est optimiste sur le potentiel de progression des performances de ses truies. « Les truies de la dernière bande ont sevré 13,7 porcelets en moyenne, avec un poids individuel de 7,8 kilos. Soit 107 kilos de poids de portée. En l’absence de problème sanitaire, ce sont des niveaux de performances qui semblent reproductibles grâce à l’alimentation individuelle de précision », conclut-il.

En savoir plus

EARL Gicquel à Gomené

150 truies productives naisseur engraisseur
7 bandes de 22 truies à la mise bas
Génétique femelle : Naïma 2.0 (Choice)
Génétique mâle : Excelium (Choice)

Avis d’expert

Michel Launay, responsable technique Choice Zone Europe

Michel Launay, responsable technique Choice Zone Europe. © D. Poilvet

« Nous avons réajusté nos courbes d’alimentation à la hausse »

« Le suivi des consommations des truies en maternité à notre station de sélection de Locmaria a confirmé le constat fait chez Philippe Gicquel : nos truies Naïma 2.0 peuvent consommer plus que ce qu’on leur impose généralement par des courbes d’alimentation prédéfinies. Par rapport à nos anciennes préconisations, les alimentateurs individuels de précision nous ont montré qu’elles pouvaient consommer jusqu’à 1,5 kilos d’aliment de plus par jour ! Cette capacité à beaucoup consommer est importante, puisqu’elle permet de mieux répondre aux besoins de croissance de portées nombreuses. Pour les cochettes, Choice préconise une progression quotidienne de 400 grammes d’aliment par jour à partir d’une base à 2,8 kilos d’aliment le lendemain de la mise bas, avec un plafond de 7,2 kilos. Pour les multipares, la progression quotidienne préconisée est de 500 grammes mais peut atteindre 700 grammes par jour, et le plafond peut monter jusqu’à 8,5 kilos d’aliment. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Romain Louzaouen s’est préparé très tôt à son installation. « Il faut du temps pour mûrir son projet, conforter ses décisions, échanger avec les cédants. Il me paraissait important de les impliquer dans le projet. » © A. Puybasset
Jeune installé en porc : « On vise l’autonomie et la qualité de vie »
Romain Louzaouen est installé depuis 2019 avec son frère David dans le Finistère. La reprise d’une ferme voisine a permis d’…
© M.Courades
L’arrêt de la castration à vif des porcelets au cœur des débats de la Fédération Nationale Porcine
La Fédération nationale porcine (FNP) a réaffirmé son souhait que le mâle entier devienne la référence du cadran lors de son…
Arnaud Brielles, avec Mathieu Soulabaille (Asserva). «Par rapport à l’ancien post-sevrage, le gain d’indice de consommation me fait fait gagner 4 500 euros de coût alimentaire par bande de 1 100 porcelets, soit 45 000 euros par an.» © D. Poilvet
Une alimentation de précision pour les porcelets
Arnaud Brielles a investi dans l’alimentateur Optimat d’Asserva pour distribuer un aliment humidifié aux porcelets logés dans son…
L’enjeu pour raisonner les élevages de demain est de répondre à la fois aux attentes de la société, et à celles des éleveurs en termes de qualité de travail et de niveau de rémunération. © D. Poilvet
L’incidence environnementale des élevages doit être évaluée globalement
L’Ifip pilote un nouveau programme de recherche dont l’objectif est d’évaluer globalement les incidences environnementales de…
Le temps de travail hebdomadaire tous élevages avec truies confondus, est proche d’une UTH pour 56 truies présentes. © Chambres d'agriculture de ...
Un temps de travail important en élevage de porcs bio
Les éleveurs de porcs bio en bâtiment travaillent 33 heures par truie présente et par an, selon une enquête réalisée par les…
Didier Gaudré, Ifip-Institut du porc © Ifip
Des tanins pour réduire les odeurs sexuelles des carcasses de porc

Selon une étude d’un groupe de chercheurs tchèques et slovaques, l’incorporation de 2 % d’extraits de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)